Ignis – Sic Transit Gloria Mundi

Pays : Russie
Genre : Black Metal
Label : Depths of Void
Date de sortie : 31 Mai 2018

Près de cinq ans après une année 2013 on ne peut plus prolifique pour Ignis, le trio originaire d’Ekaterinbourg remet le couvert en baptisant par la même occasion le tout nouveau label Depths of Void, dont Sic Transit Gloria Mundi est la première production. Muet depuis 2013, Ignis entend bien faire un retour remarqué à l’aide d’un solide album porteur de ce que le groupe sait faire de mieux. Plongeons au cœur du style du groupe, riche d’un black metal riche de multiples influences, et à la fois mordant et pictural.


Si vous avez comme l’impression que le nom du deuxième album d’Ignis ressemble fort à celui du premier, c’est normal, puisqu’il s’agit effectivement du même. Sic Transit Gloria Mundi deuxième du nom a donc, du moins pour le groupe, vocation à finir le travail entamé avec le premier album, surtout lorsque l’on sait que quelques compositions datant de 2011 ont été remasterisées par garnir la liste des titres. Cette dernière est d’ailleurs particulièrement bien garnie dans la mesure où les six titres pèsent tout de même près de cinquante minutes sur la balance. Album conséquent s’il en est, Sic Transit Gloria Mundi veut offrir de quoi faire à son public potentiel.

En des termes plus techniques, le style d’Ignis sur ce nouvel album se veut avant tout black metal, mais un black metal assez chaud et jouissant d’une production quasiment parfaite. Seuls les chants hurlés de Dmitri viennent apporter à l’ensemble son aspect déchirant, et on ne va pas s’en plaindre, car l’album aurait pu se montrer un poil trop propre sans une once de douleur. C’est évidemment ce que l’on peut reprocher à un album comme Sic Transit Gloria Mundi, qu’il soit trop net et ne tance pas suffisamment l’auditeur. Si vous aimez particulièrement le black metal originel, noir et sale à souhait, passez votre chemin. En revanche, si les différences mouvances modernes du genre trouvent grâce à vos yeux, alors ce deuxième album pourrait bien vous faire vivre un voyage des plus pertinents.

Illustré par une pochette très bien réalisée, et dont la netteté fait évidemment écho au style du groupe, l’album a beaucoup de choses à offrir. Les deux titres charnière de sa tracklist sont le titre éponyme ainsi que « Meet the Savior ! », dont les durées respectives de douze minutes offrent une expérience plus poussée que pour les autres titres. Même lorsque le rythme s’accélère et que les guitares soutiennent comme il se doit les vociférations de Dmitri, il demeure le sentiment selon lequel l’ensemble fait effectivement preuve d’une certaine fraîcheur, sans que cela soit péjoratif pour un sou.

Malgré tout, et comme le suggère la pochette, tout ceci n’empêche l’atmosphère générale de dégager une certaine décadence. Le chaos semble très proche, et Ignis a visiblement su se donner les moyens de le dépeindre avec efficacité. Ayons enfin quelques mots pour certains petits passages sucrés de l’album, où le rythme retombe quelque peu pour laisser place à des mélodies plus posées, comme sur « To the Shining of Black Spheres ». Ignis laisse alors l’auditeur apprécier une certaine variété dans son travail, pour son plus grand plaisir.

Le trio russe a fait les choses en grand pour la sortie de son nouvel album, cinq ans après la sortie de sa dernière production. Riche et très efficace, Sic Transit Gloria Mundi n’a aucun mal à se faire une place de choix parmi les albums qui pourraient avoir une importance au cours de l’été. C’est un retour intéressant de la part du groupe. Quant à Depths of Void, on espère de tout cœur avoir à nouveau l’occasion de se pencher sur des sorties tout aussi réussies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *