Immmortal – Northern Chaos Gods

Pays : Norvège
Genre : Black Metal
Label : Nuclear Blast
Date de sortie : 6 Juillet 2018

Immortal est de retour. Après une décennie de rumeurs et d’annonces successives d’un album à venir « vraiment très bientôt… », Northern Chaos Gods est enfin là. Annoncé comme un retour aux sources par Demonaz, cet album devait renouer avec les légendaires assauts de neige et de glace des bêtes de l’hiver. De quoi rendre rêveur les très nombreux amoureux de Battles in the North et de Pure Holocaust.

Un artwork bien agressif, quarante-deux petites minutes et un personnel réduit à Horgh et Demonaz. De bien bons signes quelque peu assombris par le logo Nuclear Blast qui a tendance à annoncer un album médiocre quand il est apposé sur les couvertures de groupes cultes… La piste éponyme, dévoilée plusieurs semaines en avance, est toujours aussi agressive et agréable, avec son rythme bloqué en vitesse maximum tout au long de la chanson et son refrain bien entraînant. « Into Battle Ride » suit le même schéma avec ses passages plus tragiques, un rien grandiloquents, qui permettent au groupe de nous replonger dans cette fameuse ambiance épique qui a fait la réputation du groupe. Immortal, c’était l’assaut constant et l’agression sans pitié, mais toujours avec des mélodies empruntes d’un certain esprit classique et noble.

Qui dit Immortal dit aussi Blashyrkh, le fameux royaume de glace perdu dans le Nord, renfermant sorcellerie et puissants maîtres de guerre, théâtre de nombreuses fresques épiques et de glorieuses batailles. C’est l’occasion de faire revivre une des grandes tradition du groupe, à savoir les arpèges. Tous les albums d’Immortal sont hantés par des accalmies en arpège réverbérés qui coupent le rythme effréné des chansons pour venir instaurer une atmosphère austère de sommet de montagne surplombant une vallée enneigée. Bon sang que cela fait plaisir de les retrouver ! Votre serviteur n’est pas le plus grand disciple d’Immortal qui soit, mais quel plaisir de se retrouver propulsé à nouveau en plein hiver aux côtés de ces grands anciens du black metal !

Northern Chaos Gods suit son cours sans jamais surprendre pour peu que l’on connaisse les premiers albums du groupe. Les progressions d’accords simples et entraînants entrecoupés de séquences thrashisantes pour réveiller l’agressivité et faire hocher la tête se succèdent. Au rayon des pièces marquantes, on notera « Called to Ice », avec ses riffs on ne peut plus caractéristiques, cette rythmique enlevée et guerrière, et les appels à l’hiver de Demonaz.

« Where Mountains Rise » fait aussi plaisir, avec ses relents de « At the Heart of Winter ». Plus lancinante et mélancolique, avec ses arpèges qui font bomber le torse pour cacher la petite fêlure du cœur, cette piste très réussie touche véritablement la moelle gelée d’Immortal. Enfin, la conclusive « Mighty Ravendark » offre un final remarquable. Arpèges, riff galvanisant, puis chevauchée fantastique au travers des landes blanches de Blashyrkh. On aurait juste aimé un refrain plus marquant, mais le gros travail de mélodies et d’ambiance du morceau rattrapent aisément ce petit manque.

Immortal en impose. Se taire pendant dix ans, pour revenir avec un album solide et prenant, ce n’est pas donné à tout le monde. Les bêtes du blizzard se montrent à la hauteur de leur réputation. On s’est souvent moqué d’Immortal, en témoignent la quantité astronomiques de parodies et de memes autours du groupe. Toutefois, il ne faut pas oublier que derrière les bouffonneries d’Abbath et le côté second degré revendiqué du groupe, Immortal a livré des albums absolument légendaires sans jamais proposer de mauvaise sortie. En 2018, le groupe est passé par pas mal de péripéties, mais parvient tout de même à sortir un bon album.

Certes, il n’aura jamais la stature des anciens, mais Northern Chaos Gods est solide. Très solide même. Allez, pour le piquer de quelques reproches, on ira dire que la production est un peu trop propre et manque un peu d’une couleur organique. On dira aussi que Demonaz manque légèrement de coffre, et surtout qu’on aurait aimé plus de mélodies de la trempe de celles de Battles in the North et Pure Holocaust. Le présent album se repose surtout sur des riffs en accords joués très rapidement et manque un peu de mélodies plus subtiles comme on en trouvait dans les œuvres citées.

Northern Chaos Gods fera plaisir à beaucoup de monde. Honnête, bien construit, il arrive à faire vivre le cœur glacé d’Immortal sans trahir l’esprit d’origine. Les années ont passées, le chemin d’Immortal n’a pas toujours été facile, mais le groupe tient toujours sa route gelée. Rien à dire, cela impose le respect. En espérant que le groupe continue sur cette voix, après avoir prouvé qu’il avait encore des histoires à nous rapporter de Blashyrkh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *