Dødsfall – Den Svarte Skogen

écrit par Maxime
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pays : Norvège
Genre : Black Metal
Label : Obscure Abhorrence Productions
Date de sortie : 11 Mai 2011

La sortie du dernier album de Dødsfall, Døden Skal Ikke Vente, était l’occasion de revenir sur la discographie de l’une des désormais valeurs sûres de la scène black metal norvégienne, et notamment sur son premier album, Den Svarte Skogen, sorti au printemps 2011 chez Obscure Abhorrence Productions. C’est à ce moment-là que le public a pu faire connaissance avec un groupe au style très accrocheur et quelque peu calqué sur certaines productions des années 1990. Et ainsi débuta la sulfureuse carrière de Dødsfall.

– Vem är du ?
– Jag är Döden.

C’est sur ces deux répliques en suédois (qui se prononceraient exactement de la même manière en norvégien) que s’ouvre le nouveau disque de Dødsfall, celles-ci étant directement tirées du film, suédois lui aussi,
Det Sjunde Inseglet (Le Septième Sceau en français, sorti en 1957) d’Ingmar Bergman. “Qui es-tu ?” – “Je suis la Mort”. Vous l’aurez compris aisément, la mort est quelque chose qui motive dangereusement nos deux musiciens, si bien que l’on retrouve la thématique dans chaque nouvel album, ou presque. Ceci étant, si vous vous attendez à trouver chez Dødsfall l’archétype du black metal froid et mortifère, vous vous mettez le doigt dans l’oeil assez vigoureusement.

En effet, pour schématiser la chose de manière simple, Dødsfall sert à ses ouailles un black metal plutôt influencé par la seconde vague et auquel on aurait ajouté une bonne dose de riffs extrêmement efficaces. Den Svarte Skogen ne déroge pas à la règle, pour notre plus grand bonheur, et il démarre même tambours battants. Une fois ces deux répliques fort joyeuses prononcées, le titre “Dødsfall” prend l’auditeur aux tripes et déverse sur lui un torrent de blast et de riffs dévastateurs. Difficile de rester de marbre à l’écoute de Dødsfall, en particulier sur ce premier album longue durée, qui a alors ouvert la voix à toute une ribambelle d’albums plus efficaces les uns que les autres.

Même si Dødsfall est bien évidemment un groupe de black, on retrouve chez lui, et notamment sur Den Svarte Skogen, quelques joyeusetés un peu plus enthousiasmantes que ce à quoi on peut avoir l’habitude avec la scène norvégienne. Contrairement à ce que son nom indique, Den Svarte Skogen n’a rien de la forêt sombre et inquiétante inhérente à n’importe quel album de black metal traditionnel qui se respecte. Dødsfall dépeint au contraire quelque chose de diablement péchu. Le rythme ne retombe jamais, ou si peu, et chaque titre apporte son lot de sensations, et surtout des riffs et des solos tous plus galvanisants les uns que les autres.

Pour parler des titres un peu plus en détail, on retient bien évidemment “Dødsfall” et “I Helvete Er Vi Dypt Savnet” pour leurs incroyables solos, mais également “Alt Er Slutt”, qui clôt l’album en beauté. On n’ira pas jusqu’à dire que l’ensemble manque d’originalité, mais la grande majorité des titres est construite sur le même schéma, avec parfois des riffs assez similaires (bien que toujours très efficaces), ce qui peut en rebuter voire en lasser plus d’un. Un peu dommage, mais en même temps, avec de tels riffs, on peut sans doute se permettre de considérer la variété avec moins d’importance.

Den Svarte Skogen fêtera bientôt son huitième anniversaire et est toujours la preuve que Dødsfall a donné naissance à des albums d’exception pour qui aime se faire remuer comme il se doit. Ce premier album longue-durée distribue des mandales à tour de bras sans se montrer violent outre-mesure, et c’est une petite prouesse. Rien que pour ses riffs, allez de suite écouter ou réécouter Den Svarte Skogen.
[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=rWLUMXx5vg0&t=260s » align= »center »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire