Murg – Strävan

écrit par Maxime
0 commentaire

Pays : Suède
Genre : Black Metal
Label : Nordvis Produktion
Date de sortie : 26 Avril 2019

La Norvège ceci, la Finlande cela. Tout ce petit monde sait y faire (ou a su y faire) en matière de black metal, rien de neuf là-dedans. Mais entre ces deux magnifiques pays il y a la Suède, qui ne soutient malheureusement pas la comparaison avec ses voisins en matière de black metal. Le pays excelle ailleurs, bien évidemment, mais c’est un poil plus délicat lorsqu’il s’agit de la branche la plus noire du metal. Malgré tout, il serait réducteur de dire du pays qu’il n’abrite pas une scène black metal de qualité, et certains acteurs sont constamment au rendez-vous pour le rappeler, à commencer par l’excellent label Nordvis, que l’on ne présente plus.

Fin avril, ce même label a dévoilé le troisième album de Murg, duo originaire de Berglagen, qui a gratifié ses adeptes de deux albums d’une qualité certaine avant Strävan, à savoir Varg & Björn en 2015 et Gudatall en 2016. Pour ceux qui connaissent le groupe suédois, il est relativement simple à décrire, Murg est pour ainsi dire l’archétype du groupe de black metal seconde vague avec des riffs plutôt intéressants et un son de guitare qui l’est au moins tout autant. Avec huit titres pour quarante minutes de musique, Strävan se montre sur le papier suffisamment consistant pour apporter son lot d’émotions, et son contenu va également dans ce sens.

Lorsque l’on tombe sur “Ur Myren”, le titre introductif, sans savoir quel groupe en est à l’origine, on pourrait presque y trouver quelque chose de typiquement finlandais, notamment dans les riffs très efficaces qui donnent corps à la musique de Murg. Et si le reste de l’album ne propose pas nécessairement des riffs de la même qualité, on retrouve toujours quelque chose qui vient servir un rythme et une atmosphère très prenants. À vrai-dire, mis à part l’excellent trio de tête, aucun titre ne se dégage réellement des autres, mais là n’est pas la présence d’un quelconque ennui au sein de l’album, loin de là.

À défaut de proposer des riffs cinglants tout au long de Strävan, Murg sait tenir ses auditeurs en haleine, et c’est ainsi que le climat sombre et contemplatif présent sur l’album ne faiblit quasiment jamais du début à la fin des hostilités. Une certaine mélancolie se joint également à la fête sur certains titres, notamment ceux faisant la part belle au mid-tempo, et qui jouissent ainsi d’une ambiance un peu plus morose qui est du plus belle effet au milieu des rythmiques plus soutenues. Seul réel point noir de l’album, sa pochette. Murg n’a jamais brillé par la qualité de ses pochettes, et même si la miniature de celle de Strävan vous a séduit, à l’arrivée, on fronce les sourcils…

Finalement, rien de plus à dire sur Strävan, si ce n’est qu’il se mue en porte-étendard légitime d’une scène black metal suédoise qui a du mal à se faire une place à côté de ses voisins. L’essentiel a été brièvement évoqué précédemment, il vous reste à écouter l’album, si ce n’est déjà fait, et à vous imprégner pleinement de ses riffs et de sa rythmique. Murg n’a jamais été cité parmi les références en terme de black metal scandinave, ou si peu, mais le duo a les armes pour faire valoir son talent et se hisser au niveau de certaines valeurs sûres…

Laisser un commentaire