Riot City – Burn the Night

écrit par Maxime
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pays : Canada
Genre : Heavy Metal
Label : No Remorse Records
Date de sortie : 29 Avril 2019

J’aime bien le heavy metal. Sans plus, certes. Tant et si bien que les rares fois où j’en écoute ne sont pas réellement de mon fait, mais plutôt de celui de mon camarade Dantefever, bien souvent atterré que je ne sois guère plus cultivé dans cette branche du metal. Et mon contact avec Riot City s’est également fait de la manière la plus fortuite qui soit, dans la mesure où j’avais été attiré par la pochette en pensant qu’il s’agissait d’un album de synthwave. Oui, absolument. Mais si j’ai décidé de vous en parler aujourd’hui, c’est évidemment parce que le groupe canadien a frappé très fort en avril dernier…

Tout le monde l’aura aisément remarquée. Ce qui frappe en premier chez Burn the Night, c’est bien évidemment sa pochette. Et même si tout le monde se tue à le dire depuis la sortie de l’album, je vais quand même (l’air de rien) souligner le parallèle flagrant que l’on peut dresser avec les pochettes des sacrosaints albums Screaming for Vengeance et Defenders of the Faith de Judas Priest. D’ailleurs, lorsque l’on sait ce que les Britanniques ont pu faire dans les années 1980, on ne peut qu’être convaincus du respect et de l’estime qu’ont les membres de Riot City pour leurs illustres aînés. L’inspiration musicale est d’ailleurs tout à fait audible.

Comme la magnifique pochette de Burn the Night le suggère lourdement, la musique de Riot City est très fortement ancrée dans un style heavy speed provenant directement des années 1980. Seule la production très claire (peut-être un peu trop justement ?) vient rappeler à tout le monde que Riot City est effectivement un groupe très récent. Pendant une grosse demi-heure, les cinq Canadiens assomment tout le monde à l’aide de riffs très efficaces et de solos dévastateurs. Au micro, Cale Savy fait preuve d’un timbre de voix impressionnant, montant dans les aigus comme pour rire. Les chants sont d’ailleurs l’un des gros points forts de l’album, puisque régulièrement entonnés par deux voire trois membres, renforçant le côté très galvanisant de l’album.

Parce que bien évidemment, Burn the Night dévaste tout sur son passage. Il s’agit du genre d’album que l’on écoute lorsque l’on a de l’énergie à revendre, beaucoup trop d’énergie à revendre. Même les titres qui semblent moins rapides que les autres finissent eux aussi par passer la seconde pour en rajouter une couche, “In the Dark” en tête de liste. Pour ce qui est des autres titres, seul “The Hunter” se montre un poil en dessous des autres, et a presque tendance à agacer. Mais il est par la suite bien rattrapé par “329” et son riff introductif, qui donne réellement envie de casser la première chose qui se trouve à portée. Ce titre, sûrement l’un des meilleurs de l’album, permet d’ailleurs de hausser la qualité de la deuxième partie de l’album, un poil moins enthousiaste que la première.

Mais globalement, il est difficile de trouver le moindre défaut majeur dans l’album, dont l’écoute passe d’ailleurs en un éclair. Est-ce surprenant avec un tel rythme ? Pas le moins du monde. Mais encore une fois, il nécessite un certain état d’esprit pour être apprécié à sa juste valeur. Burn the Night est un album sulfureux qui contentera n’importe quel adepte de heavy metal, même de très loin, et je prends pour exemple ma propre vision du genre. Riot City ne fait rien de nouveau en soi, mais il le fait extrêmement bien, et c’est là tout ce qu’il faut garder à l’esprit.

Le groupe canadien nous avait gratifié d’une petite démo, passée plutôt inaperçue, en 2014. Cinq ans plus tard, voilà qu’il débarque à nouveau, cette fois-ci en grande pompe et du heavy metal de bon aloi plein sa besace. Forcément, on adhère. S’agirait-il de la bonne surprise heavy de l’année ? Mes piètres connaissances en la matière ne me permettent pas de répondre. Mais une chose est sûre, il va désormais falloir surveiller Riot City de très près. À quand un petit concert en France ?[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=Je_f3dgxq4o&t=1911s »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire