Old Tower – Finsterströmung

écrit par Calicem
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Pays : Pays-Bas
Genre : Dungeon Synth / Dark Ambient
Label : Indépendant
Date de sortie : 14 Juin 2019

Après le très bon Drachenblut sorti en fin d’année dernière (et brièvement abordé ici), Old Tower nous revient avec un nouvel EP, Finsterströmung. Ce dernier est en fait le second volet de la Grim Alchemy’s Trilogy, série de 3 EP jusqu’alors les plus sombres et axés dark ambient de la discographie d’Old Tower. Finsterströmung n’échappe donc pas à la règle que s’est imposé The Specter, tête pensante du projet, mais développe différentes atmosphères malgré tout, faisant alors évoluer les couleurs de cette trilogie.

Pour dix minutes d’écoute divisées en trois morceaux, l’atmosphère part du chaos aussi profond que pour le premier EP avec le titre « Saturn’s Essence », pour au final changer d’horizon avec le titre éponyme. Définitivement froid et contemplatif, « Finsterströmung » nous emmène en territoire enneigé. J’y vois un bourg, de pierres taillées bâtie, et de blanc recouvert. On s’approche là du Pré-Au-Lard, de la mythologie de J.K. Rowling, mais davantage décrépit encore. Interprétation personnelle donc, mais qui situe bien les couleurs du titre. Musicalement, on a là le titre le plus dungeon synth de la trilogie. Doux et reposant, on pourrait le rapprocher de la cover de l’EP « The First Snow » de Lustre.

Enfin, dans le chaos nous retournons avec « Moonchamber ». Plus subtil que les autres titres de cette trilogie, il est annonciateur que le pire reste à venir, comme passerelle vers le final de cette trilogie. Il est composé principalement de nappes de synthé froides. C’est ce morceau que j’ai le moins apprécié. Il manque de développement et, hormis cette fonction de passerelle, il n’apporte pas énormément à l’EP contrairement aux titres précédents. Dommage.

Finalement, cet EP possède une trame assez intéressante, partant du chaos, atteignant une terre froide, pour au final retourner au noir le plus complet. Comme si cet être visible sur la pochette réussit à obtenir un aperçu de notre univers, avant de retourner d’où il vient. C’est un bon EP, qui fait bien suite au premier avec des atmosphères prenantes. Je regrette simplement sa longueur générale, qui mériterait un développement, au moins du dernier morceau, plus important.

 [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=TZ9Zhe05HH8″][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire