Örnatorpet – Fjällets Gyllene Slott

écrit par Dantefever
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Pays : Suède
Genre : Dungeon Synth / Winter Synth
Label : Indépendant
Date de sortie : 24 Décembre 2019

Si je ne suis plus le petit monde très mouvant du dungeon synth avec autant de ferveur qu’il y a quelques années, le genre garde malgré tout une valeur toute particulière dans les régions troubles de mon affectif musical. L’actualité de cette scène étant bien trop régulièrement polluée par des projets tous aussi stupides les uns que les autres (c’est bien toi que j’ai dans mon viseur, Diplodocus, et l’autre petite souris opportuniste n’est pas loin derrière, bien planquée derrière ton gros concept boursouflé), il y a souvent meilleur vent à se tourner vers le passé. Sauf pour cette fois-ci.

Örnatorpet a beau être un des grand noms de la scène, je ne m’étais jamais trop intéressé à son travail. Jusqu’au 24 décembre dernier, date à laquelle le suédois a décidé de sortir un album d’exception : Fjällets Gyllene Slott.

Une splendide illustration de Bauer, qui pour une fois n’est pas accolée à une musique médiocre, et l’étiquette winter synth qui va rejoindre mes préférences personnelles dans le genre n’ont pas manqué d’attirer mon attention. Ou comment s’assurer d’une bonne première impression.

La petite introduction de deux minutes et trente secondes passées, nous entrons dans la splendide « Nej, Se Det Snöar ». Et sans exagération aucune, c’est là sans doute l’une des toutes meilleures pistes de dungeon synth sur laquelle j’ai eu l’occasion de poser mes oreilles. La mélodie de piano, les sonorités très épurées, les petites cymbales qui bruissent en fond, les chorus discrets… Sept minutes d’exception, composées avec une sensibilité, un sens de la mesure et une force d’évocation exceptionnelles. C’est assez simple, si vous aimez l’hiver et le dungeon synth, vous ne pouvez pas passer à côté de cette piste. Un bijou, vous dit-on.

La suite directe prend un tournant plus glacial, avec « Midvintersagor », qui repose sur une unique mélodie de clavier évolutive (et sans doute assez largement improvisée) jouée sur des touches recouvertes de givre, cristallines et éthérées. Nous avons quitté la chaumière de laquelle nous étions partis en promenade dans la neige pour nous retrouver dans la forêt blanchie, au milieu de troncs scintillants. Örnatorpet a décidé de nous plonger dans un hiver véritable, sous différents aspects, mais en gardant une forme d’homogénéité pour sous-tendre le tout, un peu comme l’avait fait Mosaic avec son très généreux EP Old Man’s Wyntar.

L’album dure une cinquantaine de minutes, et continue son alternance entre paysages gelés un brin menaçants, mystérieux et hermétiques à toute influence humaine, et d’autres passages dans des scènes plus douillettes qui sentent la soirée éclairée au feu de bois après une journée passée à arpenter les collines immaculées. Difficile de dire précisément ce qui parvient à maintenir l’enchantement sur toute la durée de l’album. Les pistes peuvent être très simples, seulement basées sur une trame de fond et une mélodie de clavier presque ambient, comme superposer les mélodies et les chorus de fort adroite manière pour un résultat assez complexe parfois. Dans les deux cas, le résultat est prenant, touchant, convaincant et bien souvent impressionnant de musicalité. Nous parlons ici d’une album qui a véritablement le pouvoir de vous ravir à votre présent pour vous emmener vers quelque chose de plus lointain, de plus primordial, qui continue d’exister malgré le monde moderne et ne s’éteindra qu’après lui.

L’album ayant correctement marché en ce début d’année, il y a fort à parier que vous le connaissiez déjà. Le but de cette chronique est davantage de mettre en avant une production de qualité exceptionnelle, traditionnelle en Diable et infiniment supérieure à tous les concepts ubuesques qui fleurissent en ce moment dans la scène dungeon synth. Örnatorpet n’a pas besoin de crétineries thématiques pour briller. En espérant un pressage physique sous peu, on ne saurait trop vous conseillez de vous jeter sur cette sortie.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/jyBQfy_Q0n0″ align= »center »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire