Turia – Degen Van Licht

écrit par M.
0 commentaire

Pays : Pays-Bas
Genre : Black Metal Atmosphérique
Label : Eisenwald Reccords
Date de sortie : 14 Février 2020

En matière de black metal, les Pays-Bas sont rapidement devenus un terreau fertile regorgeant de groupes talentueux, laissant éclore un nombre impressionnant de pépites dans le domaine du black metal atmosphérique. Turia en fait bien évidemment partie, devenu une vraie révélation depuis sa formation en 2014. Son credo ? Tout miser sur une atmosphère tantôt mélancolique, tantôt furibonde, avec un line-up et un matériel minimaliste, et le moins que l’on puisse dire c’est que cela fonctionne habilement. Un groupe impressionnant, tant sur disque qu’en live, dont on ressort complètement envoûté et acquis à sa cause. Le 14 février dernier est paru Degen Van Licht chez Eisenwald Records, son dernier méfait en date qui ne passe pas inaperçu.

Degen Van Licht bénéficie d’un son extrêmement limpide quasi-irréprochable, contrastant avec les précédentes productions du groupe. Là où on pouvait être charmé par le côté crasseux très DIY d’un Deder Kondre, Degen Van Licht prend de la hauteur et incarne toute la luminosité qui en découle. Une évolution impressionnante qui marque un tournant salutaire dans la carrière de Turia. L’album débute sur « I », morceau instrumental aux doux accents dronesques, qui ravira les amateurs de Sunn O))) et autres joyeusetés. Quand vient le tour de « Merode », pas de doute, on constate que le groupe n’a rien perdu de sa ferveur habituelle. Si on ne devait retenir qu’un morceau, c’est bien « Met Sterven Beboet », qui condense ce que le groupe sait faire de mieux en matière de compositions dissonantes, avec nombre de pédales d’effets pour varier sa palette d’émotions, il tire ainsi son épingle du jeu. Le chant est puissant, hurlé avec une impressionnante profondeur, qui donne l’impression d’un long grognement viscéral. Mais bien évidemment, chaque morceau est unique, s’écoutant sans retenue. Pour sûr cet album est idéal pour voyager.

Turia est unique dans le paysage black metal atmosphérique, une sorte de chaînon manquant entre Solar Temple et Iskandr, le romantisme et l’expérimentation en sus. Trouvant sa place et cultivant sa différence, Turia marque clairement les esprits au travers de compositions sans équivalent. Les paroles sont soignées, aux antipodes des thématiques habituelles. Elles se rapprochent du Sehnsucht dans le romantisme littéraire allemand. Ici, Satan n’a pas sa place, de même que le blasphème ou le patriotisme. On évoque des monts perdus, une nature hostile mais juste, les montagnes et sa faune sont dangereuses pour qui s’y aventurent sans en mesurer les conséquences.  Les paroles et les mélodies donnent un ensemble parfaitement cohérent et le résultat final est réellement bluffant.

L’ambiance recherchée est volontiers mélancolique, il en découle une fureur cathartique particulièrement bénéfique qui nous confronte à un tourbillon de sentiments extrêmes. Degen Van Licht est un voyage intérieur qui se mérite et dont on ne ressort pas indemne. Les falaises accidentées de la pochette n’ont jamais paru aussi familières. Chez Turia, on célèbre la nature avec humilité, on la craint autant qu’on la vénère. Les thématiques rappellent constamment la dualité entre la cupidité des hommes et une nature souveraine omniprésente. Degen Van Licht signifie « épée de lumière », c’est bien le signe d’une ascension spirituelle qui prend forme. L’atmosphère recréée pour l’occasion indique bien que le terrestre et le divin convergent vers un même point.

Il est bien difficile de passer à autre chose après avoir écouté Degen Van Licht. Ses mélodies restent en mémoire, son chant nous hante, c’est un album bouleversant de mélancolie et riche de sens. Les quarante-six minutes de cet album passent bien trop vite, mais il convient de les savourer encore plus intensément. On ne lésinera pas sur les compliments, cet album est tout simplement grandiose. Turia marque donc un nouveau tournant dans sa carrière, Degen Van Licht est un monument, un joyau brut qui fera date dans l’histoire du groupe. Il est indubitablement le meilleur de sa jeune carrière.

Laisser un commentaire