Taake / Whoredom Rife – Pakt

écrit par M.
0 commentaire

Pays : Norvège
Genre : Black Metal
Label : Terratur Possessions
Date de sortie : 20 Mars 2020

Deux salles, deux ambiances au royaume de Norvège. Sorti le mois dernier, Pakt est le split improbable mais bien réel entre Whoredom Rife et Taake, paru pour l’instant uniquement en version digitale et vinyle chez Terratur Possessions. Une curiosité qui m’a amenée naturellement vers ce projet fort alléchant sur le papier, tant les groupes sont complémentaires avec une identité très affirmée. D’ailleurs, l’artwork est particulièrement réussi, il est sobre, sombre et marque un retour au corpse paint des grands jours. Généralement, les splits sont redoutés car on attend beaucoup d’eux. Souvent vus comme des ersatz de groupes aux univers très disparates, ils n’en restent pas moins intéressants et sont souvent l’occasion de révéler une collaboration unique en son genre. Pakt a la rude mission de rassembler deux entités norvégiennes redoutables qu’on ne présente plus, que pouvait-on espérer de mieux ?

Whoredom Rife s’octroie donc les deux premiers titres de l’album « From Nameless Pagan Graves » et « En Lenke Smidd i Blod ». Le premier est particulièrement réussi, il rappelle à certains égards Dark Funeral dans sa période Diabolis Interium, la ressemblance est frappante. Mention spéciale pour “En Lenke Smidd i Blod”, titre lent, froid et mélancolique avec un tremolo picking final particulièrement efficace et ravageur. On pense à une suite logique de l’excellent Dommedagskvad, sorti en 2017. Les Norvégiens continuent habilement de distiller la même atmosphère violente, morose et possédée. Ce split met clairement en valeur le travail de Whoredom Rife, c’est une franche réussite qui laisse présager le meilleur pour un futur album longue durée.

Concernant Taake, on ne peut pas dire que la réussite soit au rendez-vous. On ne présente plus le phénomène norvégien réputé pour son true black metal incisif et singulier. Taake a d’ailleurs permis de faire revivre l’âge d’or du black metal froid et sans fioriture, avec l’attitude provocante et nihiliste qui va avec. “Ubeseiret” dégage certes la même énergie qu’un “Orkan”, mais la déception est palpable. Le groupe revient à ses expérimentations acoustiques/banjo qui ont fait sa renommée, cependant l’ensemble est bien trop juste pour affirmer une réussite totale. Le titre dégage pourtant une belle énergie et des riffs heavy assez entraînants. En soi, c’est un bon titre, il n’est cependant pas exceptionnel pour autant. Mais le pire reste à venir. Taake enfonce le clou avec une reprise particulièrement grotesque de “Heartland” de… The Sisters of Mercy. Soit, le groupe souhaite s’attaquer au rock gothique des 80’s, or il s’y prend très mal. Peut-être est-ce un hommage maladroit à ce monument qu’est The Sisters of Mercy, mais on ne détrône pas un roi aussi facilement. L’ensemble sonne extrêmement faux et artificiel. Pire, le résultat vacille entre une bouillie inaudible et une mauvaise copie de Marilyn Manson. À trop vouloir jouer la carte de la provocation et de l’insolite, Taake se perd complètement dans les méandres du mauvais goût.

Pakt est donc un split en demi-teinte qui ravira les fans de la première heure de Whoredom Rife, mais décevra potentiellement ceux de Taake. Au final, c’est bien Whoredom Rife qui ressort gagnant de ce split, il aura su convaincre en proposant ce qu’il sait faire de mieux. Malheureusement, Taake déçoit avec un seul titre notable au compteur. La frustration est bien là. Produire un bon split est un exercice décidément bien périlleux, et on termine l’écoute avec une amère sensation d’inachevé.

 

Laisser un commentaire