Martyria – Martyria

écrit par M.
0 commentaire

Pays : Grèce
Genre : Dark Ambient
Label : Malignant Records / Hammerheart Records
Date de sortie : 8 Janvier 2018

Je dois bien vous l’avouer, j’écoute assez peu de dark ambient. Pourtant, cette scène regorge de pépites intéressantes. Outre Ruairi O’Baoighill, superbe groupe de ritual/dark ambient irlandais découvert il y a quelques années, je n’avais pas jeté mon dévolu sur un autre groupe depuis, mais Martyria a clairement retenu mon attention. Fondé en 2015, ce duo grec mélange savamment de multiples influences du bassin méditerranéen pour sa musique ritualiste au concept sérieux. D’abord paru discrètement chez Malignant Records en 2017, l’album a ensuite bénéficié d’une sortie plus importante chez Hammerheart Records en 2018, sur plusieurs supports.

L’artwork est sombre, rouge et noir, épuré mais riche en significations. Teintés de mysticisme et d’influences orthodoxes, Martyria arrive néanmoins à faire de son album une expérience ritualiste unique en son genre. « Logos », premier morceau de l’album, a des accents orientaux sensuels particulièrement efficaces pour s’approprier dès le départ le concept du disque. Le projet utilise des instruments traditionnels, tel que le didgeridoo ou le baglama. Par bien des aspects, notamment l’alternance de chants féminins et masculins éthérés, Martyria rappelle par moments les tous premiers albums de Dead Can Dance, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Mais cet album est beaucoup plus sombre, plus solennel, il arrive à rester profond sans être pour autant un album trop hermétique. Faut-il adhérer aux concepts eschatologiques chrétiens pour apprécier la musique de Martyria ? Pas forcément, mais les efforts et l’authenticité mis en avant par le groupe suffisent à attiser notre curiosité et plonge l’auditeur dans une salve d’émotions contradictoires.

Martyria reste sombre et tortueux, l’obscurité y côtoie naïvement la lumière. D’ailleurs, les textes sont inspirés des écrits eschatologiques bibliques, censés narrer la fin de l’humanité avec des évènements prophétiques. Quoi de mieux qu’un groupe grec pour exprimer un point de vue orthodoxe ? Le résultat est à la hauteur des ambitions, Martyria évoque les derniers instants du monde, emprunts de souffrance, de recueillement et de dévotion, le tout servi dans une ambiance austère du plus bel effet. On regrette toutefois la courte durée de cet album, à peine quarante minutes, c’est bien trop peu pour une bande son de l’Apocalypse. Dans la scène grecque, Martyria a largement mérité sa place aux côtés d’un Shibalba, les influences drone en moins.

Si vous écoutez peu de dark ambient comme moi, Martyria saura ravir vos oreilles, c’est un projet ambitieux, fouillé, avec une approche assez élitiste de son art, mais c’est ici un compliment. On ressent une recherche d’authenticité qui prime sur tout le reste. Il est bien difficile de résumer un album de dark ambient au final, c’est une expérience individuelle et introspective qui se vit dans la solitude, à l’abri de l’agitation tout en se partageant sur scène en guise de cérémonie. Dans le néant actuel, dans le chaos débordant, Martyria offre une bande originale idéale pour une fin du monde toujours plus proche, tout en nous faisant adhérer aisément à sa cause.

Laisser un commentaire