Sorcier des Glaces – Un Monde de Glace et de Sang

écrit par M.
0 commentaire

Pays : Canada
Genre : Black Metal
Label : Obscure Abhorrence Productions
Date de sortie : 30 Octobre 2020

Ah le black metal québécois… On aura beau dire ce qu’on veut, cette scène est particulièrement foisonnante, active et force l‘admiration avec des groupes tous très qualitatifs. Forcément, on pense bien évidemment au trio de tête qu’est Forteresse, Monarque et Sorcier des Glaces, même si la scène est bien plus vaste que cela. Pourtant c’est bien avec son black metal atmosphérique que le black metal québécois a su s’exporter hors des frontières. D’ailleurs, cet hiver, Sorcier des Glaces en a profité pour sortir son dernier opus, Un Monde de Glace et de Sang. Alors qu’est-ce que ça vaut ? Eh bien on part sur un bon en arrière dans les années 90, de quoi surprendre nos oreilles.

« Crossing The Haunting Forest » est un condensé d’efficacité qui réussit le pari d’être énergique et fédérateur, les riffs sont accrocheurs, pas de doute, on a affaire à du black atmosphérique de haute voltige. La suite de l’album n’est pas en reste, « La Couronne de Mille Hivers », scindé en deux parties, est à mon sens le morceau le plus réussi de l’album, avec des tremolos épiques et mélancoliques, non sans rappeler les confrères de Forteresse. Un Monde de Glace et de Sang s’achève sur un clavier baroque du plus bel effet, qui fleure bon le manoir gothique et la chemise à jabot, collant à merveille avec l’ambiance unique de nostalgie qui se diffuse partout.

Un Monde de Glace et de Sang est un album riche, long, dense et on est clairement revenu en arrière d’au moins vingt ans. Même si le chant n’a rien d’exceptionnel, il est assez typé et mis en valeur pour se fondre parfaitement dans chaque titre. Non pas que ce soit un reproche, au contraire, tous les signaux sont au vert, les influences du groupe sont bien présentes. Car oui, on ne peut pas s’empêcher de penser à Cradle of Filth au début de sa carrière avec cet album, la voix insupportable de Dani en moins. On reste sur un black metal atmosphérique ampoulé, avec quelques moments un peu trop kitsch auprès des oreilles les plus aguerries. Pourtant Un Monde de Glace et de Sang est loin d’être raté. Disons qu’on retrouve ce savoureux mélange de kitsch et de grand guignolesque, caractéristiques de cette période des 90’s, auquel on adhère volontiers. Sorcier des Glaces arrive à garder sa patte typique de « groupe de black atmo québecois » avec un sens du tremolo et de la mélodie bluffante, et un sens de l’épique très probant, reconnaissable à mille kilomètres.

Si on devait résumer très grossièrement cet album, imaginez le meilleur d’Emperor et Cradle of Filth du début (dans la période V Empire or Dark Faerytales in Phallustein) condensé sur une heure. Le charme désuet de la période est ici particulièrement mis en valeur par une production irréprochable. Oui, ça paraît fou dit comme ça mais le résultat est bluffant. Bien sûr, Sorcier des Glaces mêle habilement black metal et influences heavy avec le morceau « The Warlock », petite reprise particulièrement réussie de Necromantia, simple et efficace comme il se doit. Même si on remarque un goût de la répétition qui pèse sur la durée de l’album, au final Un Monde de Glace et de Sang réussit son pari haut la main, l’expérience de nous faire revivre certains albums des 90’s a parfaitement fonctionné, et il est un album fort de sa jeune carrière. Une belle surprise de fin 2020 à ne pas bouder pour les plus nostalgiques.

Laisser un commentaire