Actualités

The Moon And The Nightspirit – Of Dreams Forgotten And Fables Untold

Pays : Hongrie
Genre : Folk
Label : Equilibrium Music
Date de sortie : 10 Octobre 2005

La scène pagan folk metal actuelle est saturée de sorties dont la qualité standard baisse dangereusement depuis déjà plusieurs années. Difficile, en ces mornes temps, de trouver le disque qui vous fera quitter notre époque pour vous plonger dans la nature d’un autre temps sans revenir aux grands anciens du genre, type Nokturnal Mortum ou Moonsorrow, qui restent les meilleurs groupes d’un genre qu’ils ont eux-mêmes défini.

a0024048724_10
Heureusement, il vous reste une alternative. Une alternative si évidente qu’on en vient à se demander pourquoi ne pas l’avoir considérée avant une fois qu’on l’a sous le nez, comme ça a été le cas pour moi. Cette solution si évidente s’énonce comme suit : vous ne trouvez pas votre compte dans le pagan folk metal actuelle, écoutez de la musique folk païenne tout court. Et c’est à ce stade qu’intervient The Moon And The Nigthspirit, groupe de folk hongrois formé en 2003. Si tous les amateurs de folk se retrouvent autours de grands noms tels que Wardruna, Faun ou Malicorne, pour les plus patriotes, The Moon And The Nigthspirit bénéficie d’une exposition moindre. Quoique le groupe se fasse de plus en plus remarquer ces dernières années.

Le duo propose une musique moins explicite et moins démonstrative que Faun, moins tribale que celle de Wardruna. En fait, The Moon And The Nigthspirit compose une musique plus intimiste, plus enchanteresse. Allez, usons une fois de plus d’images pour illustrer le propos ; si la musique de Faun pourrait être comparable à celle d’une troupe de bardes venus animer une célébration ancienne par des airs évoquant les légendes et le folklore, The Moon And The Nigthspirit se rapproche plus de celle d’un ermite qui se serait coupé du monde pour vivre dans la forêt, en quotidienne communion avec la nature.

Car la musique de The Moon And The Nigthspirit est, à l’instar de celle de Faun, très lumineuse. Non pas joyeuse comme peut parfois l’être le groupe allemand, notamment sur ses derniers disques, mais plutôt sereinement rayonnante au milieu de son sanctuaire de mousse et de racines. Tout au long des quarante minutes de l’album, l’auditeur se retrouve enlevé dans une forêt profonde mais accueillante, mystérieuse mais non hostile, fascinante mais non périlleuse. La façade apaisée du Bergtatt d’Ulver si vous voulez, dans une version où la jeune fille évoquée dans les paroles ne serait pas enlevée par les trolls mais ferait une promenade charmante au milieu des arbres, en saluant seulement de loin les créatures de la forêt.

L’album offre une majorité de titres enjoués et légers, comme les très agréables « Pagan » ou  « Beloved Enchantress ». Seuls deux titres sont un petit peu plus portés sur la mélancolie et la nostalgie, « The Secret Path » et « Echo of Atlantis ». Malgré cette diversité assez légère, l’album sonne très homogène, et tous les morceaux nous touchent. La musique est prenante, les parties de guitare servent de base à la composition, auxquelles s’ajoutent piano, flûtes, violons et la très claire voix d’Ágnes Tóth.

L’album est manifestement fait pour être écouté sans interruption, et a le mérite de ne pas être trop dense, dans le sens où la musique n’accapare pas toute votre attention comme le ferait par exemple un disque de death technique. Vous pouvez parfaitement écouter ce disque pendant que vous faites tout autre chose dans le même temps, que ce soit remplir une fiche d’impôt, lire un livre ou rédiger une chronique pour un webzine musical par exemple. L’atmosphère si délicate et douce du disque enveloppe, sans envahir, toute la pièce, et arrive réellement à plonger dans une sensation de sérénité. C’est tout de même notable d’avoir dans sa discothèque un album si charmant et qui s’adapte si bien au quotidien, et lui donne de plus jolies couleurs que celles qu’il a habituellement. En fait, ce Of Dreams Forgotten And Fables Untold pourrait presque être de la médecine musicale, tant il arrive à vous apporter sa lumière forestière apaisante où que vous soyez.

The Moon And The Nigthspirit nous fait cadeau d’un très beau disque, riche en couleurs et en atmosphères. Les quarante minutes passent très vite, et vous aurez envie de vous replonger dans l’ambiance des deux hongrois dès la fin de la lecture. Difficilement trouvable, à part sur Discogs, la quête de cet album en vaut définitivement la peine quand on a enfin le bonheur de se plonger dans son atmosphère feutrée et intimiste si agréable. Un excellent premier album, auquel il est très difficile de trouver de vrais défauts.

About dantefever (149 Articles)
Salut vous

1 Trackback / Pingback

  1. The Moon and the Nightpsirit – Metanoia – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :