Actualités

Live Report – God of Death + Krisiun + Dark Funeral

14556507_1426545217375260_6296735456441210514_o
À l’occasion de leur impressionnante tournée, les légendaires suédois de Dark Funeral faisaient une halte on ne peut plus surprenante dans la petite ville de Oignies, dans le nord de la France. En compagnie de destinations telles que Berlin, Munich, Madrid ou encore Londres, c’est bel et bien la salle du Métaphone, située au coeur de la région des Hauts-de-France, qui allait accueillir les suédois ainsi leurs compagnons de route, les brésiliens de Krisiun. Une affiche qui semblait très prometteuse et qui promettait d’offrir un spectacle haut en couleurs au nombreux spectateurs s’étant déplacés.

C’est sous une légère pluie et balayés par un vent frais que nous sommes arrivés devant la salle du Métaphone quelques minutes avant l’ouverture des portes. Quelques dizaines de spectateurs étaient massés devant la porte avant que les membres de la sécurité commencent à contrôler les tickets et à fouiller les sacs. Nous pouvions déjà, à ce moment-là, sentir une certaine excitation dans l’air, et il y avait de quoi. Dans le cadre de la tournée Shadows Over Europe, ce ne sont ni plus ni moins que les suédois de Dark Funeral qui se présenteront sur scène plus tard dans la soirée, précédés de leurs homologues brésiliens de Krisiun, officiant dans le registre death. Petite pointe de déception en marge du concert, ce ne sont pas les allemands de Deserted Fear qui s’occuperont de la première partie, comme il était prévu au moment de l’organisation du concert, mais God of Death, un groupe de death metal local originaire de Carvin.

Je ne vais pas vous mentir ou prétendre avoir mené des recherches abouties, je ne savais pas grand chose de ce groupe au moment d’entrer dans la salle et de me présenter devant la scène. Néanmoins, force est de constater que la musique du groupe nordiste fut très efficace et parfaite pour ouvrir le bal. Grâce à un death metal assez mélodique et teinté de touches heavy, les artistes de God of Death savait comment éveiller un public plutôt timide au moment de l’entame de leur prestation. Si nous étions sévères, nous pourrions reprocher aux deux guitaristes une prestance scénique quelque peu farouche, mais le spectacle fut heureusement assuré par le jeu du bassiste et du batteur, qui prenaient visiblement beaucoup de plaisir sur scène. Un plaisir communicatif, puisque le public s’est peu à peu pris au jeu pour finalement sombrer à corps perdu dans la musique des nordistes.

La demi-heure consacrée à la prestation des nordistes s’acheva, malheureusement, plutôt rapidement. God of Death fit donc office de groupe parfait pour remplacer les allemands de Deserted Fear. Une vraie bonne surprise en ce qui me concerne. Une ou deux bières plus tard, il est désormais temps de laisser place au furieux trio brésilien de Krisiun. Ce dernier est maintenant actif depuis une bonne vingtaine d’années, et n’en est donc pas à son premier fait d’arme, loin s’en faut. Les trois frères, Alex à la basse et au chant, Max à la batterie, et Moyses à la guitare, se présentent donc devant un public bien plus dense pour entamer une prestation que l’on espère agressive à souhait.

En effet, nous sentons de suite toute l’expérience que les brésiliens ont de la scène. Les titres s’enchaînent avec une fluidité parfaite, Alex prend bien soin d’entretenir sa relation avec le public, et, malgré un lâcher de médiator tout à fait involontaire, beaucoup de maîtrise se dégage de son jeu. Il en va de même pour ses frères, qui affichent le même plaisir sur scène et qui offre toujours plus de leur musique à un public qui est désormais entré bien dans son concert, comme en témoigne le terrain de jeu qu’est devenue la fosse dès les premiers titres. Que serait un concert de death sans une fosse déchaînée ?

Nous avons également beaucoup apprécié l’hommage rendu par les membres du groupe à feu Lemmy Kilmister. En effet, l’avant-dernier titre de leur prestation ne fut ni plus ni moins que « Ace of Spades », fameuse chanson de Motörhead. La perspective d’entendre résonner ce titre fut aussi inattendue que séduisante, et cela offrit un final parfait aux brésiliens sur « Black Force Domain ». Un show mené avec expérience et qui plût, manifestement, beaucoup au public. Il est maintenant temps de voir les suédois de Dark Funeral se produire devant un public très conséquent. Les membres de Krisiun étaient à peine sortis que les ingénieurs du son de la formation suédois s’affairaient déjà à préparer la scène pour les artistes de Stockholm.

Pentacles et crucifix, inversés, évidemment, arborèrent une scène qui devint subitement bien plus sombre. Les suédois firent alors leur apparition, dans leurs tenues de scène que l’on connait tous, devant une foule qui n’attendait qu’eux. Néanmoins, en entamant la prestation sur « Unchain My Soul », il y eût comme un problème. Alors que ce titre se devait de déchaîner toute la haine du groupe sur le public par ses riffs destructeurs, cette perspective tomba littéralement à l’eau lorsque l’on s’aperçut pour de bon que la batterie était le seul instrument à réellement se faire entendre distinctement. Irréprochable jusqu’à maintenant, la qualité du son se montra lacunaire au pire moment.

Cela fut rapidement corrigé, mais sans que l’on chasse l’impression selon laquelle la batterie prend le pas sur les autres instruments. Dommage. Malgré cela, la présence scénique des suédois est toujours aussi efficace, et cela n’est pas sans lien avec leurs tenues et leur maquillage. Que l’on estime cela désuet, c’est une chose, toujours est-il que les années passent que cet aspect vieillissant du black metal demeure aussi efficace sur scène qu’à ses débuts. Cela fait partie du spectacle, et les suédois savent y faire. Au contraire des autres musiciens, Heljamadr aime à utiliser toute la largeur de la scène pour cracher ses insanités au plus près des spectateurs, pour le plus grand plaisir de ces derniers.

De manière générale, la prestation fut très aboutie et les nombreux spectateurs présents prirent beaucoup de plaisir à suivre Dark Funeral de bout en bout, alors que le groupe resta sur scène bien plus d’une heure. L’affiche fut effectivement bien conforme aux attentes, le seul point noir ayant été la gestion des balances pour Dark Funeral. Un bilan qui sera donc globalement très positif, mais cela s’inscrit de toute manière dans la lignée des concerts donnés au Métaphone de Oignies, qui impressionne toujours autant par les affiches qu’il propose.

 

About Maxime (321 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :