Actualités

Live Report – Stray Train + Kadavar + Blue Pills – Bruxelles

Le mois de novembre 2016, comme celui des années précédentes, est toujours aussi bien fourni en concerts, à tel point qu’il faut choisir ses dates (Bruxelles recevait par exemple en moins d’une semaine Alter Bridge, Europe, Blues Pills et Kadavar, Volbeat/Airbourne/Crobot et les horripilants Bring Me The Horizon) ! Voilà qui met le portefeuille et les cages à miel des fans à rude épreuve. Nous avons donc, pour bien commencer ce mois, porté notre dévolu sur un duo de groupes qui montent, qui montent, à savoir Blues Pills et Kadavar !

L’Ancienne Belgique est en configuration « AB Box » pour l’occasion, les gradins et les balcons sont fermés et la fosse est coupée d’un rideau derrière la table de mixage, ce que nous ne comprenons que difficilement, le concert affichant complet depuis plusieurs semaines.

straytrain

La soirée est ouverte par le groupe slovène Stray Train, ajouté sur le tard et qui se produit devant une AB dont les spectateurs sont encore en train d’arriver. Il faut dire que si nous sommes un jour férié, le concert a tout de même débuté à 18h45, ce qui est tôt, vous en conviendrez. Le rock du combo n’est pas désagréable, loin de là, mais il manque tout de même de mordant et de caractère pour véritablement marquer les esprits et convaincre un public encore peu impliqué. Les musiciens font leur boulot dans cette configuration, qui n’est pas des plus évidentes (public peu concerné, espace restreint sur scène), mais nul doute qu’une telle date à l’AB ne peut être que bénéfique pour la formation dont le principal défaut est d’être encore un peu tendre.

kadavarab

On passe par contre tout de suite aux choses sérieuses avec Kadavar (qu’on pensait voir jouer en dernier) qui blinde la salle à ras bord dès son arrivée sur scène. Les lumières sont assez sombres et profondes pour accueillir le trio berlinois qui dispose d’un son fort et puissant mais de qualité. Évidemment, la prestation est des plus statiques, mais tout à fait hypnotisante, puisque le public est directement happé dans les riffs lourds et entêtants de la formation. Autant dire que plus d’une tignasse va être secouée ! Lupus au chant et à la guitare est en belle forme. S’il ne s’agit pas du frontman le plus communicatif du circuit, celui-ci sortira tout de même quelques blagues bien senties qui feront rire l’assistance et acceptera même la requête d’un fan lui réclamant le morceau « Goddess Of Dawn », qui viendra donc remplacer l’excellent « The Old Man ».

On appréciera également le fait que le combo ait quelque peu modifié sa setlist depuis la tournée des festivals cet été. Cette tournée est donc l’occasion de dépoussiérer quelques morceaux des premiers albums, le dernier opus Berlin n’étant représenté que par trois extraits, dont un « Last Living Dinosaur » qui fait véritablement mouche. Si nous avons parlé de Lupus, comment ne pas mentionner l’excellent batteur Christoph « Tiger » Bartelt qui, derrière son kit transparent, est complètement possédé. Au centre de la scène, ses mouvements atypiques et ses headbangings incessants captivent l’attention. On regrettera par contre le peu de participation d’un public qui peine parfois à exprimer son enthousiasme, mais la musique de Kadavar est tellement prenante que les fans gardent peut-être tout à l’intérieur d’eux. L’heure allouée au trio passe malheureusement bien vite et s’achève avec une reprise très convaincante du « Helter Skelter » des Beatles. Kadavar vient tout simplement de nous prouver qu’en terme de rock/hard rock vintage (ou bien old school, ou revival, appelez ça comme vous voulez), il fait partie du haut du panier. Tout y est, la musique, le son, le look (même le cordon jack de Lupus est vintage) et le public ne s’y trompe pas. À revoir au plus vite !

Setlist Kadavar :
Come Back Life
Pale Blue Eyes
Last Living Dinosaur
Broken Wings
Goddess Of Dawn
Black Sun
Forgotten Past
All Our Thoughts
Thousand Miles Away From Home
Creature of the Demon
Helter Skelter (The Beatles cover)

bluespillsab

Lady In Gold, le deuxième album de Blues Pills a déjà divisé les fans à cause de son orientation plus Blues et Soul que le précédent. Cela n’empêche pas le combo de fermer le bal sur cette tournée alors qu’il dispose d’un album de moins que Kadavar (même s’il s’agit en réalité d’un co-headlining). Pour autant, il aurait été plus judicieux que le groupe allemand joue en dernier, sa musique étant plus heavy que celle de Blues Pills. Les suédois, désormais accompagné d’un cinquième membre en la personne de Rykard Nygren, qui se charge des claviers et de la guitare rythmique, arrive au son de l’accrocheur titre éponyme du nouvel album. Il nous faut peu de temps pour comprendre que la resplendissante Elin Larsson est dans une forme vocale des grands jours. C’est bien simple, elle ne faiblira pas une seule seconde. Le début du set fait la part belle au nouvel album mais la setlist est au final très équilibrée, on regrettera juste qu’elle soit un peu mal agencée, même si l’enchaînement de « High Class Woman », « Ain’t No Change », et surtout « Devil Man », fait des ravages et réveille un public qui jusque-là était plus attentif que démonstratif. Mais le talent du groupe fait le reste et on se laisse transporter sans mal au son des « Black Smoke », « Astralplane », ou encore « Elements And Things ».

Le groupe, lui aussi, se laisse porter par les ambiances planantes de sa musique, qu’il ressent à fond à l’instar du guitariste français Dorian Sorriaux, totalement absorbé par ce qu’il joue. C’est bien simple, le guitariste passe le concert les yeux fermés vivant chaque accord, chaque coup de médiator avec des gestes virevoltants, bien qu’un peu maniérés. L’un des grands moments de ce set a sans conteste lieu en rappel avec un « I Felt A Change » tout en sensibilité, où Elin se trouve seule au piano. Quelle voix ! Le groupe au complet revient pour parachever un concert parfaitement maîtrisé mais dont nous n’avons pas retrouvé le petit brin de folie qu’il pouvait y avoir lors du Hellfest 2014 ou du Graspop 2015. Blues Pills a mûri et tourné sans relâche depuis plusieurs années, et nul doute que le combo suédois a le potentiel pour aller encore beaucoup plus loin.

bluespillsab2

Setlist Blues Pills :
Lady in Gold
Little Boy Preacher
Bad Talkers
Won’t Go Back
Black Smoke
Bliss
Little Sun
Astralplane
Elements and Things (Tony Joe White cover)
You Gotta Try
High Class Woman
Ain’t No Change
Devil Man
I Felt a Change
Rejection
Gone So Long

Voici donc une affiche de qualité qui a tenu toutes ses promesses, les deux groupes ayant excellé dans leur style respectif. On regrettera tout juste un public un peu timide tout au long de la soirée, mais les conditions et le cadre offerts par l’AB sont toujours des plus appréciables. Une très belle soirée donc de la part de ces deux groupes qui, nous l’espérons, ne vont pas s’arrêter en si bon chemin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :