Actualités

Wongraven – Fjelltronen

Pays : Norvège
Genre : Ambient/Folk
Label : Moonfog Productions
Date de sortie : 26 Juin 1995

Vous connaissez tous, à fortiori sur ce webzine, les immenses Satyricon et Emperor, grands noms s’ils en sont de la première vague norvégienne de black metal. Nul besoin de vous rappeler les faits d’armes légendaires de ces deux entités au moment de l’explosion du style, qui a connu son paroxysme suivit d’un déclin temporaire en 1994. Seulement, si vous connaissez In The Nightside Eclipse ou Dark Medieval Times, que leurs noms soient à jamais loués, peut-être ne connaissez-vous pas le projet parallèle de Satyr baptisé selon son patronyme, Wongraven.

berjt

Le projet n’a sorti qu’un seul disque, Fjelltronen, constitué de cinq pistes pour une durée totale de 32 minutes. Assez courte donc, mais particulièrement marquante, cette œuvre vous plonge dans la sombre et mystique atmosphère médiévale des débuts de Satyricon. Satyr y fait tout le travail, Ihsahn n’étant pas crédité pour l’album alors qu’il a pourtant bien fait partit du groupe. Metal Archives mentionne qu’il aurait aidé pour les claviers, mais il me semble pourtant reconnaître sa voix si particulière sur plusieurs passages, parsemée tout au long de la première piste et encore plus sur les chœurs de la seconde. Sûrement juste une impression, mais il règne sur l’ensemble du disque une atmosphère parfois assez proche de celle que l’on peut trouver sur le premier disque d’Emperor, en particuliers sur la très longue première piste. Je me permets donc de soupçonner une influence d’Ihsahn plus grande que celle évoquée par le tout-puissant Metal Archives.

Concernant la musique en elle-même, on a affaire à de l’ambient réalisé assez classiquement à l’aide de nappes de claviers et de boucles mélodiques simples et hypnotiques. Là-dessus viennent se greffer des voix indistinctes et une guitare acoustique qui donne la touche folk et sa vraie personnalité au disque. L’atmosphère générale est vraiment prenante, parfois presque angoissante, comme sur « Over Ødemark », ou plus entraînante, avec par exemple « Tiden Er En Stenlagt Grav » ou « Opp Under Fjellet Toner En Sang ». L’aspect médiéval de cette dernière étant tout particulièrement marqué, notamment par cette basse grave et très audible qui souligne les mélodies.

Cette pièce d’ambient/folk est assez caractéristique de son époque. On sait que les artistes de cette vague black norvégienne avaient pour beaucoup des projets indépendants, dans lesquels ils exploraient de manière plus approfondie leurs univers personnels. Wongraven se fait assez caractéristique de cette démarche, dans laquelle, à la manière d’un Fenriz voguant à travers les étoiles avec son projet Neptune Towers, Satyr recréé une atmosphère médiévale tortueuse et très prenante. Il est fascinant de réaliser que les artistes de cette vague avaient réellement des univers intérieurs profonds et riches, qu’ils exprimaient par leur musique. Tous semblaient être touchés par un mysticisme, une volonté de transcender et de plonger l’auditeur dans une transe. Varg Vikernes avec Burzum se fait l’illustration évidente de cette idée, lui qui a effectué une synthèse du black metal, dans lequel il était plongé entre 1991 et 1993 et de son cher univers païen. Au point, d’ailleurs, de délaisser le black metal dans ses productions les plus récentes pour ne plus se tourner que vers l’ambient/folk. Un indice de plus, qui aide à reconstruire mentalement l’univers culturel dans lequel nageaient les acteurs de cette scène black metal norvégienne.

Ce Fjelltronen est une œuvre particulièrement intéressante. Très envoûtante, la trop courte demi-heure de l’album passe sans que l’on ne s’en aperçoive et transporte l’auditeur sur le versant de cette falaise boisée sur laquelle il aperçoit cette lointaine demeure perdue dans la brume. Wongraven est le témoin de l’atmosphère globale et de la démarche musicale qui planait à cette époque au-dessus des têtes tourmentées et rêveuses qui ont porté à elles-seules cette si riche et fascinante scène musicale. Malheureusement seule œuvre du projet, Fjelltronen est une pièce indispensable à tout amateur de musique atmosphérique prenante et ensorcelante. Cette demi-heure de musique brumeuse, c’est l’assurance de se retrouver plongé dans un sombre monde médiéval, entre profondes forêts et vielles pierres.  

About dantefever (124 Articles)
Salut vous

1 Trackback / Pingback

  1. Lunar Womb – The Sleeping Green – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :