Actualités

Witchmaster / Voidhanger – Razing the Shrines of Optimism

Pays : Angleterre/Pologne
Genre : Black/Thrash/Death
Label : Third Eye Temple
Date de sortie : 2 Décembre 2016

Le format split est souvent traître. On peut y faire de bonnes découvertes, et ressortir avec deux groupes à approfondir. Pas du tout au hasard, le mythique split Hordanes Land a marqué en profondeur le black norvégien en 1993, et contenait d’excellents titres des deux groupes cultes que sont Emperor et Enslaved. Pas que j’espérais écouter quelque chose d’aussi bon ici, évidemment. Heureusement d’ailleurs.

610037
Rapide présentation. Witchmaster fait dans le black thrash basique, voire bas du front. Le projet existe depuis vingt ans, et est polonais d’origine, relocalisé maintenant en Angleterre. Voidhanger fait lui un genre de death thrash, mais se voit donné également une étiquette black par le label. Le groupe a six ans, polonais lui aussi. Les deux projets ont donc à priori de bonnes raisons de travailler ensemble. Mais, visiblement, ça ne suffit pas.

Commençons avec la partie de Witchmaster. On a déjà presque envie de rire en voyant la tracklist. Une seule composition originale, une reprise sans queue ni tête et trois morceaux live. Ou comment dire qu’on ne s’est pas trop foulé. Et le pire, c’est que le morceau composé pour l’occasion, « Permafrost », n’est vraiment pas incroyable non plus. Le départ sur les chapeaux de roues avec un riff sympathique donne espoir, la batterie qui sonne très naturelle et claquante tend également à y faire croire. Malheureusement, tout le reste la composition se résume à un riff vraiment pas terrible, et répété pendant tout le morceau et coupé par un break pas fantastique non plus, ce qui rend le tout juste ennuyeux. S’ensuit la reprise d’un morceau d’Einstürzende Neubauten, groupe de musique industrielle allemand. Et, autant le morceau d’origine peut plaire, autant je ne vois vraiment pas comment l’idée de le mettre à la sauce black thrash est venue dans la tête des musiciens. Le résultat est simplement inaudible, poussif, désagréable et agaçant. On a ensuite trois titres live, clairement le terrain de prédilection du groupe. On sent une bonne énergie, une vraie conviction et le jeu de batterie est vraiment impressionnant, très martial. De toute manière, le black thrash est taillé pour être efficace, surtout en live. Le groupe se défend bien sur scène, et c’est ce qu’on lui demande. C’est simplement normal pour un groupe du genre, surtout quand on fait dans le bas du front, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi. Mais ce n’est pas une justification pour ne fournir sur un split qu’un morceau médiocre et une reprise absurde qui sent presque la blague, en plus d’un aperçu live, aussi convaincant soit-il.

Passons à la partie Voidhanger. Tout de suite, on a affaire à quelque chose de plus satisfaisant. Le death black(?) thrash du groupe est bien composé, efficace et groove comme il faut. Les morceaux n’ont rien de bien sorcier, mais c’est fait sincèrement et ça se sent. Le son de guitare est très typé death, et la première chanson « Burnout Hearts Exhibition » en particulier offre un bon death metal bien énergique. Les riffs sont plaisants sans casser des briques non plus, le chant arraché est convaincant. On aurait juste aimé plus de dynamisme à la batterie. Le second titre continue dans cette lignée, avec plus de lourdeur en introduction pour offrir ensuite un sympathique death thrash blasté. On se demande un peu où est passé le black, mais bon, ça se laisse tout de même écouter sans soucis. On a même un passage presque punk à 2:35 bien efficace. Le dernier titre est exactement dans la même lignée. Bref, ça fait plaisir, mais ça reste assez vite oubliable, on n’y revient pas vraiment. Pas que ce soit mauvais, mais rien de marquant ni de vraiment transcendant. On a quelques riffs efficaces, mais le tout reste un peu linéaire. Il y a manifestement moyen de faire des choses intéressantes, mais ce n’est pas encore ça.

Finalement assez décevant, ce split présente en première partie quelque chose qui ressemble à une mauvaise blague, heureusement rattrapée ensuite par un second versant plus sympathique orchestré par Voidhanger. Au final, on sort de l’écoute avec une moue sur les lèvres. Dommage. Au moins cette production aura le mérite de vous faire peut être découvrir Voidhanger, qui prouve qu’il est un groupe à suivre malgré tout. Peut être un bon album de death metal dans quelques années ? Quant à Witchmaster, la pilule a beaucoup plus de mal à passer.

About dantefever (124 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :