Actualités

Lunar Womb – The Sleeping Green

Pays : Finlande
Genre : Dungeon Synth
Label : Indépendant
Date de sortie : 21 Novembre 2016 (remaster)

Tout le monde ici connaît probablement Moonsorow. Le groupe domine de très haut la scène black pagan, et réaffirme son titre à chaque nouvel album. Si vous connaissez le groupe, vous savez combien son rapport à la nature et au folklore est important. C’est dans cet ordre idée qu’Henri Sorvali, membre fondateur du groupe, avait commencé son projet dungeon synth mêlé au folk en 1995. De son propre aveu, beaucoup de matériel avait été enregistré à l’époque et quelques démos étaient sorties, mais rien depuis 1999. Ce n’est qu’il y a quelques jours qu’il s’est décidé à donner une nouvelle jeunesse à ce matériel, remastérisé pour l’occasion.

kansi

D’emblée et avant même d’avoir posé ne serait-ce qu’une oreille sur l’album, l’artwork charme avec son omniprésence de vert, tout nuancé et harmonieusement décliné pour former ces scénettes inspirées de l’imagerie traditionnelles des fables nord-européennes. Un bel écrin pour une musique en cohérence totale avec cette première impression. Dès la première piste, « The Sleeping », l’introduction se fait toute en douceur. Une charmante mélodie rêveuse puis plus guillerette vous enlace pendant un peu moins de trois minutes, vous plongeant au cœur d’une forêt nocturne imprégnée de mystère. Rien à redire, c’est tellement touchant que cela pourrait tourner en boucle sans jamais devenir lassant. Il y a même un je ne sais quoi qui rappelle les films de Myazaki.

Dès la seconde piste, la véritable nature de l’œuvre de Sorvali se dévoile. L’ensemble est assez cinématographique, assez visuel. L’alternance entre passages enchanteurs et plus angoissants est assez réussie, quoique parfois un tantinet brusque dans le dernier quart de « The Awakening ». Un soupçon de subtilité supplémentaire dans les transitions n’aurait peut-être pas été de trop pour cette première vraie piste. Enfin, ce n’est qu’un maigre détail auquel l’oreille finit par s’habituer au fil des écoutes, mais qui fait tiquer et écorche tout de même un peu les tympans lors des premières occurrences. L’ensemble est assez homogène, les cassures évoquées mises à part, et le reste de l’album se fait plus apaisé après le petit crescendo presque épique de la seconde piste.

L’ensemble est définitivement très forestier. Les compositions sont bien évidement toutes menées par les mélodies de synthétiseur, mais il est rare de ne pas entendre en fond une guitare acoustique qui égrène ses arpèges délicats dans le fond du mix. Ainsi, cette couche sonore supplémentaire assez subtile rajoute une réelle profondeur au tout, et donne une touche folk au projet. Son placement se fait si harmonieusement dans la composition que vous ne la remarquerez peut-être même pas au début, ou si je ne vous l’avais pas dit. Ces échos lointains aident vraiment à s’immerger dans cette forêt en éveil dans laquelle le projet vous entraîne.

Les éléments typiques dungeon synth sont bien présents ; mélodies au clavier simples, répétées et envoûtantes, effets de profondeurs et de réverbérations pour donner plus de consistance et animer la musique, percussions pour rythmer le tout, et lignes de basse lointaines pour encore ajouter de la densité et de l’intensité au paysage sonore. À ce titre, vous pouvez penser à la précédente chronique de Wongraven, dans laquelle je m’essayais à une réflexion sur les projets parallèles des groupes de black metal des années 1990. Ainsi, Sorvali développe son propre univers sonore issu de son imaginaire personnel, qui n’est pas sans rapport avec son travail dans Moonsorow. Même amour de la nature, même affection pour les titres longs et qui font voyager, même attrait pour le folklore, même sincérité dans l’expression.

Enfin, il faut relever les deux derniers titres, qui sortent un peu du lot par l’ajout de chœurs et de chant en finlandais. Ceux-ci sont une fois de plus parfois assez semblables à ceux que vous pouvez entendre chez Wongraven. Ils tendent également à me faire penser au chant incantatoire et désincarné de Garm sur Bergttat, d’Ulver. Si la présente production est beaucoup moins sombre que l’album évoqué, le ressenti est à certains moments assez semblables. À tel point qu’à la réflexion, cet album peut avoir quelque chose d’un Bergtatt diurne et moins dramatique. Le jeune fille enlevée par le peuple folklorique de la montagne contre son gré n’est plus ici captive et effrayée, mais se promène simplement dans la même nature avec émerveillement, apercevant ce même peuple avec ravissement. Il est très improbable, voire même complètement farfelu d’imaginer que cela ait été effectivement la démarche de Sorvali, mais la correspondance et la cohérence sont troublantes. Durée presque égale, cinq titres également, un intermède plus court, et si vous téléchargez la version bandcamp, vous vous apercevrez que Sorvali a doté chaque chanson d’une illustration particulière qui renforce encore plus cette troublante ressemblance ! Tout de même, il est impressionnant de voir à quel point ces artistes partageaient à cette époque des imaginaires si proches et profonds, eux qui étaient investis dans le même courant musical.

Lunar Womb est une très bonne surprise. Un peu sortie de nulle part, cette production se voit finalement donner une exposition toute méritée. Il aurait vraiment été dommage qu’un album d’une telle qualité reste confidentiel. Forestier, enchanteur, verdoyant et en définitive charmant, cet album malheureusement probablement destiné à rester seul n’en est pas moins touchant et particulièrement agréable à écouter. Une bien jolie ressortie, disponible en plus gratuitement sur bandcamp. Un contenu généreux, généreusement offert. 

About dantefever (124 Articles)
Salut vous

2 Comments on Lunar Womb – The Sleeping Green

  1. Superbe chronique pour un si beau chef d’oeuvre !

    J'aime

1 Trackback / Pingback

  1. Fief – II – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :