Actualités

Raspail – Dirge

Pays : Italie
Genre : Post Rock / Funeral Doom Metal
Label : Sickmand Getting Sick Records
Date de sortie : 11 Novembre 2016

Loin d’être le premier groupe italien dont il est question sur Heiðnir Webzine, Raspail ne fait que confirmer la tendance actuelle selon laquelle l’Italie est bel et bien un fournisseur de qualité en ce qui concerne le metal extrême. Officiant dans un genre assez polymorphe oscillant entre le funeral doom et le post rock, le quatuor italien signe avec Dirge un premier album à la hauteur de ses ambitions. Il s’agit là d’un album méditatif et profondément ancré dans une vision sensible de la musique. Précisions.

Image

Autant crever l’abcès de suite, le mariage du funeral doom et du post rock ne peut donner naissance à un genre foncièrement agressif ou porté sur des riffs dévastateurs. Les amateurs de metal ouvertement sombre ou violent seront donc priés de ne pas aborder cet album avec la volonté d’y dénicher un style musical porté sur le conflit et la véhémence. Dans le cas de Raspail, c’est même tout l’inverse. Car en plus des deux genres cités précédemment, la formation italienne se nourrit d’influences propres au drone, au shoegaze, et, dans une moindre mesure, au death metal. Le fruit de cette alchimie ne peut se situer ailleurs que dans un registre où la léthargie et le marasme sont rois.

Comme nous pouvons légitimement nous y attendre, Dirge est un album très lent et sur lequel les envolées sont rares. Il est rythmé par une batterie très lente, par des guitares répétitives et par des sonorités d’ambiance qui ne font qu’amplifier notre sentiment d’hébétude lors de son écoute. Il ne s’agit pas d’un album somnolent pour autant, simplement, il convient davantage à des instants de détente qu’à des moments où la fureur doit naître en vous. L’aspect paisible et songeur de la musique de Raspail pourrait éventuellement laisser perplexe, mais, si cela vous arrive, je vous invite fermement à redoubler d’efforts pour vous plonger avec passion dans celle-ci, car elle est riche d’une certaine douceur qui est très agréable à l’oreille.

Nous pourrions croire que le côté édulcoré de la musique des italiens est préjudiciable, mais les chants diablement bien maîtrisés de Ianus sont là pour nous rappeler ce que nous écoutons vraiment, un album porté sur des sonorités légères, mais produit sur une base sombre et pleine d’incertitudes. Techniquement, Dirge est construit sur des titres à structures similaires mais de durée variables. Les instrumentations varient peu, ce qui déçoit un peu. C’est également le cas pour le rythme, mais nous ne saurions y voir un point faible compte tenu du genre auquel appartient l’album. Gardons également à l’esprit qu’il s’agit là du tout premier album des italiens. Ces derniers font, certes, preuve de prudence vis à vis des sentiers explorés, mais nous pouvons également déceler une certaine maturité dans leur travail.

Dirge est un long cheminement vers un sommeil de plomb. Un sommeil rythmé par des rêves colorés et vaporeux, mais qui peuvent subitement se transformer en quelque chose de bien plus obscur et compact. Les moments de relâchement sont vécus comme des interruptions risquées au sein d’un songe aussi complexe que dangereux. La délicatesse ambiante cache une certaine opacité inébranlable qu’il est difficile d’évacuer. Dirge est un astucieux dédale un tantinet lacunaire dans sa conception mais qui fait mouche concernant les émotions procurées aux auditeurs touchant du doigt son sommet.

Avec des pistes de référence telles que le titre éponyme, « The Wanderer » ou encore « Et In Arcadio Ego », les italiens ont écrit un album de très bonne facture. Même si nous avons affaire à un album privilégiant le post rock, nous cherchons encore les éléments annoncés de death et de doom metal. Les sonorités un poil trop gentilles auront raison de ceux cherchant quelque chose de martial ou de transcendant. Mais, pour les autres, ils trouveront en Dirge un album abouti et propice à la perdition émotionnelle. Une vraie bonne surprise.

About Maxime (360 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :