Actualités

Live Report – Pensées Nocturnes + Ave Tenebrae + Hast

Si l’on m’avait dit ce matin que je verrais une prestation de Pensées Nocturnes le soir même, je ne l’aurais probablement pas cru. Alors que la grande majorité des spectateurs présents ce soir pensait assister à une soirée black des plus normales à la salle de concert El Diablo de Lille, les organisateurs d’Ondes Noires nous firent la fabuleuse surprise, en début de soirée, d’annoncer le tout premier concert de Pensées Nocturnes. Le clou du spectacle se devait d’être grand après les prestations des autres français de Hast et de Ave Tenebrae. Place au divertissement.

C’est par un froid de plus en plus mordant que les quelques spectateurs présents, pas plus d’une trentaine ce soir, sont arrivés peu après 19h à la salle El Diablo assister à une soirée marquée du sceau black des plus sympathiques, mais qu’ils n’imaginaient pas riche d’une aussi belle surprise. Néanmoins, avant cette dernière devait se produire deux autres groupes, en l’occurrence celui des lillois de Hast, évoluant dans un registre black aux influences hardcore, et celui des franciliens de Ave Tenebrae, venus en découdre à l’aide de leur black death pour le moins mélodique. Et la soirée débuta on ne peut mieux.

20161204_2043541
Débridés et maîtres de leur musique, les artistes de Hast n’ont pas fait dans la demi-mesure malgré un public plutôt réduit. Venus nous faire entendre les plus vifs aspects de Hast, leur dernier et sobrement intitulé album, les lillois savaient parfaitement comment procéder pour éveiller un public à peine sorti de l’étau glacial qui sévissait à l’extérieur de la salle. Grâce à un metal extrême aux nombreuses influences et agrémenté d’un chant hardcore des plus enjoués, Hast a fait tremblé les murs et a livré une prestation tout à fait satisfaisante. La setlist était majoritairement composée de titres figurant sur Hast, et cela nous a offert des titres de grande qualité, comme « Le Temps des Guerriers », joué en clôture de prestation. C’est d’ailleurs à ce moment là qu’une poignée de spectateurs s’est réveillée pour s’agiter au son d’une musique agressive mais joué avec justesse. Juste le temps qu’il fallait pour que votre humble rédacteur se fasse violemment percuter pour se retrouver deux mètres plus loin dans l’incompréhension la plus totale. L’imprudence, ce fléau.

20161204_2128041
Nous avons également pu assister à la venue devant le public de Wazo, chanteur du groupe de hardcore lillois Discorde, pour interpréter une chanson en compagnie du groupe. Joli moment de communion et d’amitié que voici. Après cette excellente entrée en matière, ce fut au tour des franciliens de Ave Tenebrae de se présenter devant une fosse désertée par un public sans doute parti se chercher une bière ou deux. Rions-en, mais le groupe débuta son show devant un nombre de spectateurs qui se comptaient sur les doigts d’une main. La formation des frères Hovelaque démarra tambours battants alors que la fosse se garnissait fort lentement, et cela est regrettable compte tenu de la qualité de la prestation livrée. Les riffs s’enchaînaient avec une vitesse démente, les chants de Julien vociféraient les paroles avec beaucoup de maîtrise, et la qualité du jeu des musiciens était tout bonnement impressionnante. Néanmoins, la sept cordes de Damien subit quelques petits désagréments sans que ceux-ci ne soient totalement réglés jusqu’à la fin de la prestation. Dommage, mais ce léger point noir ne vint pas entacher une prestation de très bon aloi. En revanche, la réception du public fut réellement lacunaire. Si cette dernière fut au rendez-vous sur les derniers titres, ce ne fut vraiment pas le cas au préalable.

Arriva désormais le moment tant attendu par ceux ayant été renseignés concernant le dernier groupe à entrer en piste. Alors que l’affiche et l’événement du concert annonçait un groupe assez méconnu nommé Paria, quelle ne fut pas notre ébahissement au moment d’apprendre, par l’intermédiaire de la page Facebook d’Ondes Noires, que ce même groupe était un leurre et ce n’était ni plus ni moins que Pensées Nocturnes qui allait assurer la dernière prestation de la soirée. Le groupe phare du black metal d’avant-garde français pour sa toute première prestation en live. C’est Noël avant l’heure. Déjà forts de cinq albums, le projet de notre génial Vaerohn ne laisse personne indifférent.

20161204_2245571
Mais il n’est nullement question ici de partir dans l’exercice de la chronique. Autant il est tout à fait concevable de ne pas apprécier la musique de Pensées Nocturnes, autant il fallait particulièrement souffrir d’insatisfaction perpétuelle pour ne pas être bercé par la prestation haute en couleurs des musiciens franciliens. Il y avait pourtant de quoi être sceptique, derrière l’excitation se cachait une légère appréhension. Par nature, la musique de Pensées Nocturnes est difficilement adaptable en concert. Les instruments sont multiples et l’atmosphère présente ne saurait être recréée en live avec tant de justesse. J’avais tort d’estimer cela.

Les premières minutes ont fait disparaître mes interrogations. Mené par un Vaerohn littéralement possédé et maître de son oeuvre, le groupe s’est surpassé pour offrir aux quelques spectateurs présents, connaisseurs ou néophytes, un concert de haut vol qu’il sera fort difficile d’oublier. S’agissait-il d’une cirque grotesque ou d’une fanfare surréaliste ? Quelqu’un le sait-il réellement ? Toujours est-il que la prestation fut réalisée avec une maturité remarquable, alors que la grande majorité des membres présents paraissait très jeune. Pensées Nocturnes se matérialisait devant nos yeux ébahis, terrorisés, charmés et troublés. Arborant des tenues à bretelles et un maquillage à la fois glauque et ridicule, les membres avaient des apparences qui se mariaient à merveille avec tout l’absurdité de la musique de Pensées Nocturnes. Vaerohn affichait d’ailleurs joliment le sourire de l’ange. Seule la frustration due à la durée ridiculement courte de la prestation viendra légèrement entacher un concert qu’il est maintenant difficile de qualifier avec de simples mots. Il s’agissait là de la toute première prestation de Pensées Nocturnes, et nous n’attendons qu’une seule chose, que l’expérience se renouvelle.

Le collectif Ondes Noires nous a fait là une surprise d’envergure. Même s’il aurait sans doute été préférable d’annoncer la couleur d’emblée afin d’informer les vrais adeptes de Pensées Nocturnes, le cadeau fut évidemment très appréciable et apprécié. Encore une excellente soirée passée à El Diablo, avec, certes, des prestations bien courtes, mais en présence de groupes d’excellente qualité et dont la maîtrise ne nous a procuré que du bonheur.

 

About Maxime (257 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :