Actualités

Fields Of The Nephilim – The Nephilim

Pays : Angleterre
Genre : Rock Gothique
Label : RCA Records
Date de sortie : Septembre 1988

Aujourd’hui, pas de black metal. Pas de metal du tout en fait. Juste du rock. Du rock gothique. Alors oui, je sais ce que vous avez en tête. Des types habillés en drag queens, maquillés comme des lycéennes en manque de personnalité, chantant leur souffrance adolescente égocentrique sur une instrumentalisation vaguement rock/metal. Oubliez ça tout de suite, laissez ça aux années 2000. Je vous parle du vrai goth rock. Celui qui est né en Angleterre dans les années 1980. Aujourd’hui, je vous parle des cultes Fields Of The Nephilim.

telechargement-7

Retour au contexte. Dans les année 1980, la vague goth rock explose en Angleterre, inspirée par des artistes comme Lou Reed (RIP) ou Alice Cooper. Une esthétique de plus en plus sombre se développe autant dans les fringues que dans la musique. Un trio de tête se dégage rapidement, Bauhaus, Sisters of Mercy et Fields of the Nephilim (FOTN si vous me permettez). Après quelques années, les deux premiers s’orientent plus électro/industriel. Seul FOTN reste fidèle au rock. Le groupe déploie son univers avec son concept de Far West mystique sur son premier album Dawnrazor, qu’il quitte ensuite pour devenir un pur goth rock band. Son second album, The Nephilim, représente l’apogée de la première période du groupe. Période qui a inspiré un nombre titanesque de groupes de la scène metal actuelle. Allez, pour le name dropping, c’est l’une des influences principales de Watain, et Nergal, de Behemoth, a fait une apparition récente pendant un live de FOTN. Voilà pour les plus connus. FOTN est culte et tentaculairement influent.

fields-of-the-nephilim-650x450

Ce second album est simplement parfait. Tous les morceaux sont à leur place, sans un seul titre moins bon que les autres. Essayons de décrire cette musique. Tout d’abord, le son de FOTN se repose sur la basse lourde mais très naturelle de Tony Pettitt, qui grave la ligne de fond de toutes les compositions. Ensuite, ce sont ces riffs de guitare aussi cristallins que crasseux, arpégés, alternant entre son clair et saturé. Les variations mélodiques sont incroyablement diverses, groovies et épiques sur la magistrale « Endemoniada » ou « Phobia », lugubres et sombres sur « Last Exit for the Lost » ou « Love Under Will », ou encore complètement mystiques comme sur la culte et éternelle « Moonchild ». En fond, vous entendez cette batterie très sèche qui bat la mesure. Et surtout, surtout, la voix d’outre-tombe de l’âme du groupe, Carl McCoy. Cette voix, ce chant… Si profond, si nuancé et varié. Ces grognements sinistres alternent avec des murmures de fond de caveau avec un naturel impressionnant. Ce chant est l’élément le plus important de la musique de FOTN, ce qui le distingue de toute la concurrence.

05349daf-462f-4538-95a6-eb5139c7cea4-1

Vous retrouvez sur ce disque les thèmes que la moitié des groupes de metal utilisent, à savoir les ténèbres, la mythologie biblique, l’ésotérisme et Lovecraft. Vous connaissez tout ça. Seulement, avec FOTN, tout cela vit littéralement. McCoy insuffle dans son chant, soutenu par les mélodies aériennes, une magie créatrice d’ambiances que vous n’avez entendues nulle part ailleurs. Sans exagérez, la musique créée ici n’a aucun équivalent. Ecoutez « Shiva » pour vous en rendre compte. Rien ne ressemble de près ou de loin à ces mélopées évanescentes portées par des airs qui suintent la poussière et le mysticisme.

c996bd0cd5dd9114c6f90580c8b2dc24

Et vous savez quoi ? FOTN, ça rock. On ne fait pas semblant du tout. Quand les deux autres chefs de file du goth rock ont décidé que l’électro c’était mieux, FOTN refuse de ranger ses guitares et ses amplis. Les Fields font du vrai rock, on sent même presque l’influence de Lemmy planer, comme sur le riff d’intro de « Phobia ». De bonnes grosses saturations avec du grain, des amplis qui chauffent. FOTN a inventé le rock mystique. Incroyable ce que l’ésotérisme du groupe se marie bien avec cet aspect typique du rock anglais, cette capacité à créer avec un naturel confondant des riffs qui sentent le vieux blues. FOTN n’est jamais redondant, jamais lassant, et oserais-je dire jamais chiant, comme le sont les groupes de goth/emo rock modernes.

fields_of_the_nephilim_js_200515

L’album est peuplé de lignes de guitare, et surtout de chants, qui vous resteront en tête à vie tant ils sont ensorcelants. Sur « Chords of Souls », Carl fait gronder sa voix, la poussant dans des quasi-cris parfois, et vous emporte dans ce tournoiement de riffs dantesques qui féconde votre imaginaire. Ou encore sur la magnifique « Celebrate », dans laquelle Pettitt cale sa ligne de basse avant que Carl ne vienne poser sa voix, moins rauque que sur les autres pistes, mais toujours vibrante d’émotion. Les paroles délivrées sont, comme d’habitude avec le groupe, des merveilles d’intelligence et d’évocation. Ces textes écrits par Carl sont sublimés par son interprétation, et sa voix si profonde et grave viendra faire danser ces incroyables atmosphères autours de vous.

images

Que vous faut-il de plus finalement ? Du gros rock qui groove parfois, du mysticisme, un chanteur complètement unique qui a fait un pacte avec les Grands Anciens pour obtenir des cordes vocales monstrueuses et des ambiances complètement hors du commun. J’insiste bien lourdement, mais vous n’avez jamais entendu ça ailleurs. Le seul ersatz d’ambiance Far West héritée de Dawnrazor se trouve sur la piste introductive « Endemoniada ». Celle-ci fait monter progressivement un riff qui semble littéralement fait de poussière et de vent du désert, vous plantant sur un cheval, votre duster enroulé autour de vous, le chapeau enfoncé sur les yeux. L’une des meilleures pistes de l’album, qui n’est de toute façon constitué que de chansons d’anthologie. Allez, pour le plaisir, citons « The Watchman », piste à l’ambiance très biblique sur laquelle McCoy fait aller son chant crescendo, nous parlant à la fois de Jésus et de Cthulhu (sans blague, que vous faut-il de plus après ça ?). Enfin, il faut parler de « Moonchild ». J’ai déjà utilisé tout mon stock d’adjectifs mélioratifs, alors tant pis, il me faut être redondant. Cette chanson est simplement dans les étoiles. Cette introduction ponctuée de râles de McCoy, cette mélodie arpégée en réverbération, cette ambiance lunaire. Cette chanson, c’est le goth rock. La définition du spirituel en musique. J’arrête les éloges ici, ça va finir par être agaçant.

fields-of-the-nephilim-600x300

Ce groupe fait partie de l’histoire du metal et du rock au sens large. Toujours resté underground, il fait partir de ces groupes cultes qui sont restés dans l’ombre et que l’on découvre complètement par hasard. Vous aimez le metal ? Vous aimez l’ésotérisme et le spirituel? ? Vous aimez Lovecraft ? Ecoutez The Nephilim. Juste une fois si vous voulez, mais essayez. Cet album est capital. Le black metal et le death metal ne seraient sûrement pas ce qu’ils sont sans l’apport de ce groupe. Certes, tous les thèmes utilisés par FOTN l’auraient été de toute façon, mais pas avec la même dévotion ni avec la même richesse. Les Fields ont livré un pan d’univers qui n’était accessible qu’à eux.

fieldsofthenephilim10-1

The Nephilim est un album au panthéon de la musique d’inspiration sombre. C’est un monument, un recueil d’hymnes au spirituel, au transcendantal. Fields of the Nephilim fait partie de ces groupes qui auraient pu tomber dans l’oubli au moment du désintérêt pour la vague rock gothique des années 1980, mais qui ont créé quelque chose de si exceptionnel et d’unique qu’ils ne seront jamais oubliés totalement. Je compte vous chroniquer les prochains albums du groupe, tout aussi intéressants et uniques. J’espère que ceci vous aura permis de rencontrer ce groupe hors de notre plan spirituel, et que vous saisirez à quel point cet entité est à part dans l’histoire de la musique.

About dantefever (148 Articles)
Salut vous

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Fields of the Nephilim – Elizium – Heiðnir Webzine
  2. Nokturnal Mortum – Verity – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :