Actualités

Live Report – Bill Valley + Stories + Loudblast – Sedan

Dernier concert de l’année en ce qui nous concerne, nous avons rendez-vous en ce froid samedi 17 décembre à la MJC Calonne de Sedan, en compagnie de Loudblast, que nous n’avions plus croisé depuis un moment !

Passons rapidement sur les premières parties du soir, à savoir Bill Valley, un très bon duo basse/batterie de stoner qui aura fait bonne impression et Stories, groupe de néo bien plus dispensable (et au style maintes et maintes fois entendu dans le département) et concentrons-nous sur le plat principal de la soirée, à savoir celui des Louds.

loudblastsedan

Cette tournée célèbre les vingt ans de l’album Sublime Dementia (1996) et voit le groupe se produire dans une configuration inédite puisque c’est Fred Leclercq (Dragonforce, Sinsaenum), le presque local de l’étape, qui tient la basse en lieu et place d’un Alex Lenormand récemment devenu papa, et qui a donc décidé de rester au bercail auprès des siens. La MJC Calonne est très bien remplie pour l’occasion (plus de 375 billets vendus pour une capacité totale de 450 places) et rassemble un public de plusieurs générations. Cette configuration ne semble pas dérouter Loudblast le moins du monde puisque les automatismes sont déjà là et que la camaraderie entre Steph Buriez (chant/guitare) et Fred crève les yeux. Il faut dire que des morceaux comme « Wisdom… (Farther On) », « Subject To Spirit » ou encore le titre éponyme « Sublime Dementia » ont souvent trouvé refuge dans les setlists du groupe depuis son retour en 2010 (le combo n’est donc pas spécialement dérouté), mais les vieux de la vieille ne cachent pas leur plaisir d’entendre le reste des morceaux de l’album dont la présence en live s’est faite beaucoup plus rare. Après dix minutes de concert, le pit commence enfin à s’activer et ne s’arrêtera pas avant la fin du set. Nous avons donc droit à un déluge de pogos, de slams et de stage-diving ce qui amusera beaucoup les musiciens mais un peu moins le roadie du groupe, forcé de vérifier que les câbles à l’avant de la scène n’ont pas lâché. Si les premiers rangs s’en donnent à cœur joie, le fond de la salle est un peu plus discret mais finit par répondre présent, suite aux interventions de Stéphane, bien décidé à en découdre. Comme à leur habitude Drakhian et Hervé Coquerel sont aussi appliqués que diablement efficaces mais c’est aujourd’hui vers Fred, « l’enfant du pays » dixit Buriez, que tous les regards sont tournés. Celui-ci ne cachera pas son plaisir de se produire sur ses terres natales (pour la première fois depuis six ans) lors d’un speech qui le verra trinquer au Jack Daniel’s en compagnie des autres membres du groupe.

Une fois l’album Sublime Dementia terminé (et qui est passé comme une lettre à la poste), le groupe a encore le temps pour asséner une bonne demi-heure de classiques et la température continue de monter, au sens propre comme au figuré, puisque nous aurons droit à quelques-uns des meilleurs moments de la soirée. Jugez vous-mêmes, Loudblast balance pas moins de quatre extraits issus de Disincarnate dont les énormes « Steering For Paradise » et « Disincarnate » qui font un carton. Les fans les plus old-school de l’assistance sont évidemment aux anges, on se croirait presque revenu deux décennies en arrière ! On regrettera tout de même que Loudblast n’ait pas glissé un extrait de ses deux dernières offrandes dans cette partie du set et surtout que « No Tears To Share » manque à l’appel. Mais la fête n’est bien sûr pas gâchée pour autant et prendra fin avec l’inévitable « Cross The Threshold », accrocheur, puissant et épique. Loudblast et l’association Sapristi nous ont donc offert une soirée réussie qui nous a prouvé que le public metal, dans les Ardennes, pouvait se déplacer !

loudblastsedan1

Setlist Loudblast :
– Presumption
– Wisdom… (Farther on)
– Turn the Scales
– About Solitude
– Subject to Spirit
– Fire and Ice
– In Perpetual Motion
– Fancies
– Sublime Dementia
– My Last Journey
– Steering for Paradise
– Disincarnate
– Flesh
– Disquieting Beliefs
– Malignant Growth
– The Horror Within

– Cross the Threshold

Il ne s’agissait là que de la cinquième date d’une tournée qui suivra son cours jusqu’au mois d’avril et on peut dire que le quartet n’a pas fait dans le détail. Tout juste regrettera-t-on que le son ne fut un poil plus clair, la voix étant parfois un peu en retrait mais il ne fait aucun doute que cette tournée ravira les fans de la première heure, ainsi que les jeunes qui n’ont pas encore eu l’occasion de voir tous ces morceaux sur scène. See you in 2017 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :