Actualités

The Great Old Ones – Al Azif

Pays : France
Genre : Post Black Metal
Label : Les Acteurs de l’Ombre
Date de sortie : 27 Avril 2012

Lovecraft. Ce cher bon vieux Howard, le reclus de Rhode Island, l’âme de Providence. Tant de choses évoquées à ce simple nom ! Le cosmos hostile, la haine de la modernité, la misanthropie. Et puis aussi ce panthéon odieux composé de dieux et entités immondes, grotesques et absurdes dans leur démesure. Vous connaissez leurs noms ; Shub Niggurath, Azatoth, Dagon, et bien sûr Cthulhu ! L’immense, le terrifiant Cthulhu, qui attend en rêvant dans sa cité du fond des mers. Vous connaissez l’histoire.

335553

Parce que Lovecraft, c’est avec Tolkien l’auteur le plus utilisé, exploité et révéré de notre musique bien-aimée ! Sans exagérer, il a sans doute inspiré autant de groupes que son confrère anglais, en particuliers parmi les plus grands. Iron Maiden, Black Sabbath, Morbid Angel, Burzum. Et encore maintenant, l’héritage de Lovecraft se popularise de plus en plus ! Nous en arrivons petit à petit à là où je veux en venir. En 2012, l’excellent label français Les Acteurs de l’Ombre sort Al-Azif, premier album du groupe de post black metal bordelais The Great Old Ones. L’album fait grand bruit, les cinq musiciens ayant mis en place une musique très personnelle, portée par des mélodies et des textures sonores crées par l’utilisation de trois guitares simultanées, le tout produit par le même ingénieur son qui travaillait pour le groupe de post metal de la même ville Year Of No Light. Rien que ça. Les Grands Anciens nous envoient donc leur Al-Azif, du nom du manuscrit de l’arabe fou qui consigna les révélations odieuses d’entités d’outre-espace dans le détestable Necronomicon, qu’aucun homme ne peut lire sans sombrer dans la folie. Durant cinquante-deux minutes, le groupe nous emmène donc dans l’esprit torturé par des visions terrifiantes du pauvre scribe, à la merci d’une transe qui ne semble jamais devoir cesser.

La première piste éponyme vient d’entrée de jeu vous calmer. Un gros riff doom vous est servi, soutenu par les trémolos sous-jacents des deux guitares supplémentaires. Les harmoniques sifflent, les mélodies distordues se mettent en place. Pas de doute, nous sommes en plein univers lovecraftien. Notons déjà l’impressionnant travail effectué sur le son des guitares et de la basse. Malgré la présence de quatre instruments à cordes saturées, le tout est audible et compréhensible, parfaitement assimilable. Les ambiances alternent entre voyage dans les profondeurs et élévation au-dessus de paysages hallucinés. Le son des guitares semble capable de se muer de lui-même, passant de l’aérien à l’aquatique avec une facilité déconcertante. Rien à dire, l’utilisation des trois guitares est tout à fait justifiée et n’est pas là pour la gueule. Le son a été minutieusement élaboré. Le grain est d’ailleurs plus proche des productions post rock ou post hardcore que black metal. L’approche de The Great Old Ones est bel et bien moderne quant à sa musique.

Le groupe a mis un point d’honneur à ce que toutes les pistes soient différenciables et possèdent une personnalité propre. Toutes les chansons sont longues, mais aucune ne finit par être lassante. « Visions fo R’Lyeh » démarre avec un excellent riff post black en trémolo picking pour ralentir progressivement. « Jonas » se fait plus doom et très touchante, reprenant le mythe biblique de Jonas en l’insérant dans un contexte lovecraftien. « Rue d’Auseil » se fend d’un très bon passage jazz. Nous nageons décidement en pleines eaux progressives. Progressif, le groupe l’est sans en faire des caisses. Pas question ici de soli à rallonge ou de séquences alambiquées, mais des chansons évolutives et risquées, sans structure, explorant des sonorités très personnelles à l’aide de leur combinaisons instrumentales spécifiques. Tout cela au service de l’atmosphère global de l’album. Vous passez donc plus d’une fois des plus profondes ténèbres à une soudaine clarté venue d’on ne sait où. Al-Azif est très riche et diversifié, vous ne vous lasserez pas de sitôt de la multiplicité des panoramas qu’il offre à contempler.

Il reste à aborder le point de l’univers dans lequel baigne le groupe. Comme déjà évoqué, des groupes inspirés de Lovecraft, il y en a à ne plus savoir quoi en faire, et ce dans tous les styles. The Great Old Ones a carrément fait le choix de se baptiser selon son Saint Patron et de faire intégralement baigner sa musique dans l’univers de l’américain. Pas quelques références appuyées, une plongée totale dans les fantasmes tourmentés du vieil Howard. Risqué comme pari, mais tout à fait réussi en ce qui concerne cet album. Les rêves macabres et célestes de Lovecraft sont incroyablement présents, d’une manière réellement saisissante. Vous ne pouvez pas y échapper, ils sont tous présents. Cthulhu et ses congénères innommables vous guettent à chaque coin de mélodie. Tout l’album semble être constamment en équilibre, comme sur le point de basculer du côté de la folie. Elle explose d’ailleurs parfois aux oreilles de l’auditeur, alternant avec les accalmies typées post rock évoquant l’humanité en train de se perdre d’Al Azred. Un résultat proprement impressionnant de maturité pour un premier album, dans lequel on sent que tout a été millimétré.

Finalement, nous nous retrouvons avec un premier album véritablement surprenant, débordant de passion pour le reclus de Providence. Une musique très savante, intellectuelle et émotionnelle à la fois. Résolument moderne, complètement atmosphérique et prenante comme rarement. The Great Old Ones livre pour un premier album un coup de maître complètement unique en son genre, doté d’une patte reconnaissable entre mille. Le 27 janvier sortira le prochain album des bordelais, qui devrait une fois de plus nous plonger dans les méandres de l’imagination de Lovecraft, avec une cette fois une suite fantasmée d’une des meilleurs nouvelles de l’écrivain, Le Cauchemar d’Innsmouth. En espérant que ce retour sur cette première œuvre vous permettra de vous préparer au retour des Grands Anciens !

About dantefever (148 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :