Actualités

Schattenvald – V

Pays : Allemagne
Genre : Black Metal
Label : Kristallblut Records
Date de sortie : 22 Janvier 2017

Conformément à ce que l’on peut lire ici et là depuis le début du mois de janvier, l’année 2017 s’annonce d’ores et déjà mémorable par ses sorties. Après avoir rédigé la double chronique à propos de la dernière sortie de Mosaic, restons outre-Rhin pour nous atteler désormais à parler du dernier album de Schattenvald. Et quel album. Sorti à la fin du mois de janvier, ce dernier était très attendu par les adeptes de black metal à la fois épique et atmosphérique. Sa marque de fabrique ? Des sonorités aussi froides qu’aventureuses, qui nous offrent un style inégalable. Un groupe d’exception.

a2242301402_16
Concernant Schattenvald, nous en étions restés au sulfureux EP Der Winterkönig, fruit d’une réédition de quelques titres composés des années auparavant. Moins d’un an plus tard, voici que le duo franconien remet le couvert avec ce cinquième album, sobrement intitulé à l’aide d’un chiffre romain, tout comme ses prédécesseurs. À titre de rappel, ou non, le groupe se revendique comme appartenant au genre upper franconian black metal. La Haute-Franconie est une partie de l’actuelle Bavière, qui lui fut annexée en 1815. Voici une belle introduction à la musique de Schattenvald, qui se veut porteuse d’une message historique et d’une réelle éloge envers cette partie de l’Allemagne.

Schattenvald a un style bien à lui, il serait malvenu de le nier. Cette tempête constante qui s’abat sur l’auditeur nous est bien familière, c’est Schattenvald. Ce son de guitare si caractéristique, ce jeu de batterie dément, cette place accordée à la basse, c’est Schattenvald. Il est très difficile, pour ne pas dire quasiment impossible, de trouver cette atmosphère ailleurs. C’est quelque chose qu’on trouve uniquement chez Schattenvald. Le black metal allemand dans toute sa splendeur, et ce nouvel album ne déroge pas à la règle. Ce qui intéressant avec le duo franconien, c’est que l’on sait d’emblée que chaque nouvelle sortie ne nous décevra pas. Un sentiment rare et extraordinaire. Nous pesterons peut-être sur la durée de V, qui nous offre six titres pour quarante-cinq minutes de musique, mais quelle musique. Nous pouvons être frustrés, mais impossible de ne pas nous satisfaire de ce que nous avons entre les mains.

Effectivement, Schattenvald ne nous offre rien de foncièrement novateur, mais pourquoi s’entêter à proposer quelque chose de nouveau lorsque la recette initiale marche avec autant de succès ? Cet album prolonge un voyage déjà splendide à travers les glaciales forêts bavaroises. Il nous conte le caractère impétueux du vent, le bruit des pas dans la neiges, ou encore la beauté de la nuit étoilée. Sans oublier, évidemment, l’aspect résolument épique de sa musique, qui nous transporte littéralement au coeur d’une aventure dont nous sommes les héros. Au rythme des chants, qu’ils soient parlés ou durs, vous avancez, sereinement ou non, au gré de vos envies dans un album qui peut à tout moment se montrer fougueux ou exalté. Malgré son allure pétulante, V fait preuve d’une grande rectitude. La musique ne sera jamais trop forte, jamais trop agressive.

Vous aurez toujours le sentiment que l’album essaie de vous faire passer son message sans en faire des caisses. Un travail d’écriture et de composition remarquable. Ajoutez à cela les touches très légères de metal atmosphérique et de black folk, et vous avez entre les mains un album purement et simplement exceptionnel. Ayons également un mot pour l’artwork, résolument old school, qui illustre à merveille le message passéiste qui se dégage de cet album. Enfin, le duo a cru bon de nous gratifier d’une reprise du grand Quorthon. C’est ainsi que nous avons l’occasion de nous replonger dans le titre « The Stallion », tiré du très bon Blood On Ice. Une fin en apothéose pour un album qui devrait être connu de tous.

Il est vrai que le point de vue adopté au cours de cette chronique est sans doute fort peu objectif, je vous l’accorde de bonne grâce. Mais lorsque l’on parle de Schattenvald, les sentiments priment. Sa musique fait appel à ce qui se situe au plus profond de nous. Notre amour du passé, du folklore, des grands espaces. Difficile de ne pas adhérer. Le duo franconien ne cesse de nous surprendre. Non pas grâce à sa musique, qui est assez conservatrice, mais grâce à sa formidable capacité à nous émouvoir encore et encore. V en est la parfaite illustration, une fois encore. Un album parmi ce qui se fait de mieux outre-Rhin.

About Maxime (261 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :