Actualités

Manetheren – The End

Pays : États-Unis
Genre : Black Metal
Label : Avantgarde Music
Date de sortie : 22 Février 2017

Parmi les quelques albums de choix sortis par nos partenaires italiens d’Avantgarde Music en ce début d’année, nous allons aujourd’hui vous parler d’une production fort intrigante qui nous vient tout droit des États-Unis. Manetheren, quatuor originaire de Minneapolis, du moins pour son membre fondateur, nous sert en ce mois de février son cinquième album, près de cinq ans après la sortie de Time, dernière production en date. The End est un album aux accents nihilistes extrêmement marqués. Nous connaissions l’attachement du groupe pour l’occulte, mais en la matière, ce nouvel album surpasse tout ce que nous avions eu entre les mains jusqu’alors.

front_manetheren
Manetheren, du nom d’une ancienne nation de la série littéraire de fantasy La Roue du Temps, oeuvre de l’américain Robert Jordan. Un univers qui a visiblement beaucoup inspiré notre ami Azlum lors de l’élaboration de son projet, même si cela n’est pas nécessairement perceptible d’emblée lorsque l’on se penche sur sa musique. Dans l’univers de l’écrivain, cette nation finit par être détruite, voilà qui colle à merveille à la musique assez tragique du groupe américain. Oui mais voilà, Manetheren, ce n’est pas uniquement de la musique. Le groupe, dont fait partie un certain Thorns depuis 2011, a son style bien à lui, et il faut reconnaître qu’il dépasse assez allègrement le simple plan musical.

Dans un mélange de black metal et de post-rock, Manetheren nous offre depuis ses débuts des albums très fatalistes et porteurs d’un message fort peu reluisant à propos de la condition humaine. Surprise sur cette nouvelle sortie, des thématiques anti-chrétiennes font leur apparition au sein d’un maelstrom d’arrière-pensées toujours plus obscures. The End est construit sur six pistes plutôt longues, j’en veux pour preuve que leur durée se situe entre huit et quinze minutes, et cela n’est pas fait pour nous déplaire. Avec un univers musical comme celui-ci, il aurait été dommage de ne pas pouvoir profiter de titres à rallonge comme ceux-ci. D’éventuels détracteurs leur reprocheront un manque de variété, ce qui n’est pas foncièrement faux, mais je peux vous assurer que vous viendrez à bout de cet album sans même avoir ressenti une once de lassitude.

Ce qui est intéressant avec ce genre d’album, c’est qu’il fait appel à quelque chose de bien précis situé au plus profond de nous-mêmes. Sans vouloir les discréditer, les styles plus surfaciques ne vous feront que peu d’effet à côté de ceux qui mettront l’accent sur des émotions et des sentiments plus profonds. Manetheren, c’est exactement cela. Nous savions le groupe excellent lorsqu’il s’agit d’éveiller certaines choses en nous, mais ce nouvel album est une véritable perle. Le malaise, la résignation, la peur, l’appréhension, le vertige, la nausée, l’inconfort. Telles sont les joyeusetés qui pourraient s’emparer de vous au moment d’aborder The End. Avouez tout de même que rares sont les albums susceptibles de vous faire passer de l’égarement à la mélancolie en un claquement de doigts. The End le peut, et il le fait même très bien.

Jetez un oeil à l’artwork pour vous en persuader. Un profond sentiment malsain s’en dégage, comme une froideur martiale et maladive. Bienvenue dans l’univers du groupe américain, voici ce qu’il peut nous offrir de mieux. Cet album est une réussite incroyable, il fait mouche sur tous les tableaux, et le travail réalisé en amont est tout bonnement excellent. Il devient difficile de décrire ou d’analyser ses caractéristiques techniques dans la mesure où chaque commentaire deviendrait superflu. Il se dégage une justesse impressionnante de cette nouvelle sortie, et cela ne fera qu’augmenter la côte d’un groupe déjà exemplaire. Un véritable coup de maître.

Avantgarde Music a très bien fait de s’approprier la sortie du nouvel album d’un groupe tel que Manetheren. Actif depuis 2003, le projet d’Azlum ne cesse de nous surprendre, même s’il est quelque peu tombé dans l’oubli depuis la sortie de Time. Avec The End, le quatuor revient sur le devant de la scène avec la manière et la forme. Voici une production qui, je l’espère, rencontrera le succès qu’elle mérite, car les musiciens ont mis au monde un album d’une grande qualité qui s’affirme déjà comme l’une des sorties black metal de l’année. Un coup de poing émotionnel mémorable.

manetheren-theend-jewelcase-1

About Maxime (257 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :