Actualités

Interview avec Grylle

Dans la lignée d’un dernier album très convaincant et très largement apprécié par le public black metal, nous avons souhaité en savoir plus sur les rouages du projet français de Grylle. Situé à mi-chemin entre la musique médiévale et le black metal, voici une formation qui nous livre une musique et un discours fort intrigants.

Bonjour et merci beaucoup d’avoir accepté cette interview.
Merci à vous.

Pouvez-vous présenter rapidement le projet ?
Il s’agit de musique dont l’habillement visuel est primordial, et dont les thèmes lyriques et paroles sont tous, absolument tous, travaillés pour avoir un sens dans le cadre de la musique. Grylle, c’est la musique honnête qui habite les deux membres ainsi que les musiciens de session. Il est difficile de définir ou de présenter la façon dont on vit : il faudrait que tu viennes habiter un an ici pour comprendre. Grylle est plus largement que simplement un projet musical, c’est l’expression franche et honnête de ma personnalité et de celle d’Aliunde.

Parlez-nous un peu de votre attachement pour le Moyen Âge. Qu’est-ce qui vous fascine et retient en particulier votre attention au sein de cette période ?
Nous y vivons, donc nous n’en sommes pas forcément fascinés. Tout, et rien, retient notre attention. Les plus petits détails de nos vies nous font vivre Grylle, et nos événements plus marquants ont aussi un sens. Sur 1500 ans d’histoire auxquelles on peut ajouter les années que nous y vivons qui sont une goutte d’eau mais dont nous jouissons pleinement, la plongée dans un univers entier peut s’apparenter à un voyage sans retour vers un pays où l’on n’arrive jamais.

Comment est venue l’idée de composer de type de musique (médiévale avec des influences black metal) ?
Un jour radieux, dans le cloître d’une abbaye qui n’était pas connue mais qui est désormais bien célèbre, je jouais. Je venais d’échanger avec frère Jean-Théophane sur la mort et sur la Danse Macabre qu’abrite cette église. Le sentiment mortuaire se mêlait à mon luth : c’était Grylle.

Comment avez-vous fait pour vous entourer de musiciens ayant le même intérêt pour ce type de musique ?
Ce sont tous des amis, certains de longue date, ils font partie du cercle du label ou du label même, donc je fais appel à eux pour la pratique de certains instruments.

Vous sentez-vous proches d’autres groupes de musique, musicalement et idéologiquement ?
Oui, nous avons quelques groupes de qui nous sommes amis et avec qui nous nous sentons proches, au-delà même du style musical. Je ne sais pas très bien quoi ajouter de plus.

Quelles sont vos influences musicales, littéraires et artistiques ?
Extrêmement vaste. Comme on peut le deviner, tout ce qui vient du Moyen Âge, mais aussi tout ce qui est médiéval en dehors du Moyen Âge.

Avez-vous l’intention de faire des concerts ?
Si nous trouvons le temps, si les propositions sont intéressantes, sans aucun doute que nous considérerons cela.

Comment se passe l’enregistrement de votre musique ? Est-il difficile de sonoriser les instruments folkloriques ?
C’est assez difficile, les enregistrements prennent des mois. La sonorisation est tout à fait compliquée comme tu t’en doutes, mais c’est aussi une part entière de l’identité de Grylle.

Que conseilleriez-vous à des auditeurs souhaitant approfondir leur culture et faire des découvertes dans ce genre de musique ?
De continuer à écouter Grylle ? Je crois que nous sommes seuls à pratiquer ce genre. Et je n’ai plus beaucoup de conseils à donner.

Pensez-vous que l’esthétique médiévale puisse encore avoir un sens à notre époque ? Ou n’est-elle plus que le vague souvenir galvaudé de ce qu’elle fût réellement ?
Elle n’a plus aucun sens, car aucune esthétique n’a plus aucun sens, car cette époque et ce monde n’ont pas d’esthétique, ni de sens. Médiéval, pirate, gothique, style victorien, metalleux, vikings ces styles n’ont aucun sens. Je pourrais dire que, mis à part en architecture, où il s’est arrêté au début du XXème siècle, le Moyen Âge est la seule époque qui continue d’exister aujourd’hui. Il vivote, mais il est bien présent comme une braise mal éteinte. En revanche, je te mets au défi de trouver des vikings par exemple, au-delà du costume ou du jeu de rôle. De vrais vikings, qui violent, font des raids. Ça s’est fini au XI-XIIème siècle ? Parce que c’était plus proche d’une civilisation, comme les grecs, les babyloniens. De même, on ne voit plus que dans les films de vrais aristocrates pré-révolutionnaires. Car c’est une époque historique, l’époque moderne. Le Moyen Âge, c’est devenu une manière d’être. Le Moyen Âge transcende son esthétique, et sa période habituellement définie. Il est au XVIème siècle dans la Renaissance où on s’imagine prince-poète du XIIIème siècle. Il est au XVII-XVIIIème siècle dans le style néogothique (oui, oui). Au XIXème, le Moyen Âge s’impose encore, et revient en musique, en peinture, en littérature, en architecture, dans tous les arts. Même l’Art Nouveau dans son traitement des végétaux et son organisation du chaos naturel. Les guerres du XXème siècle sont terriblement médiévales, avec leurs bandes armées, leurs épopées, leurs chevaucheurs d’avions. Le style victorien-gothique, viking, ne se départent pas d’une matière politique qui les chapeaute : sans jarls, sans royauté, ces styles sont bien vides car cantonnés à la bienséance républicaine. Mais les républiques qui ont existé au Moyen Âge ont très bien cohabité avec ce dernier. Le Moyen Âge, ça ne le gêne pas : il peut se faire discret sous la République. Ses enfants vivent même dans le siècle, utilisent la technologie, obéissent même aux lois.

Avez-vous étudié la musique médiévale ou composez-vous en autodidacte, au feeling ?
J’en écoute beaucoup et je lis à propos, mais je n’ai pas étudié la musique avec des profs de musique. Disons que je l’ai comprise en étudiant d’abord l’architecture du Moyen Âge occidental.

Avez-vous des projets concernant Grylle pour les mois à venir ?
Un nouvel album dont l’enregistrement continue, et déjà des compositions pour un album court et un album suivant qui se suivent. J’ai beaucoup de choses à raconter. Le nouvel album : des compositions longues, avec une touche plus rock car parties de batterie au sens rock, jouées par votre serviteur, le gryllesque signore que je suis. Un album très long qui a même été amputé de deux compositions. Un album aux sources de « notre » vision de Grylle. Je peux dire de ce que j’entrevois qu’il va être sincèrement puissant, fourmillant d’idées, un immense lac volcanique, bouillonnant. J’invite les curieux à glaner les informations, les images et la musique au fur et à mesure !

Vous considérez-vous comme antimoderniste, comme peuvent l’être beaucoup de musiciens de la scène black metal ?
Absolument pas. Beaucoup le sont pour promouvoir avant tout l’image de leur groupe : « regardez mes photos dans un parc municipal, je suis païen antimoderniste ». Les antimodernistes logiques et authentiques, on ne doit normalement pas les voir, ni en entendre parler. Parce qu’ils n’ont pas internet, ni aucun média accessible. Cite-moi un seul groupe au discours « antimoderniste » qui applique cela à la lettre, je n’en vois pas, et c’est bien logique. Ils sont bien contents, beaucoup de ces « antimodernistes » ou de ceux qui ont une vision passéiste, d’avoir accès à leurs BandCamp pour publier leurs démos, et de pouvoir toucher du monde sur Facebook. Sauf qu’ils ne le disent pas, tu vois tout l’illogisme ? Non on le dit, et on est très très contents de ça : le monde merveilleux dans lequel on vit c’est parfaitement l’Enfer de Bosch. Et Internet, qui permet d’entrer dans la vie de chacun, c’est le géant Asmodée qui soulève le toit des maisons pour observer les gens dormir, dans l’intimité de leurs foyers. Tout va parfaitement mal comme on pourrait l’attendre d’un des tableaux les plus noirs de l’avenir du monde. Je m’y sens plus que jamais chez moi, dans mon Moyen Âge de 2017 !

Merci pour vos réponses, nous vous laissons le traditionnel mot de la fin.
Posez-nous les questions que vous voudrez pour le prochain album quand l’envie vous en prend ; c’est un disque plein de petites choses cachées, plein de secrets et d’étrangeté.

About Maxime (360 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :