Actualités

Satanic Warmaster – Carelian Satanist Madness

Pays : Finlande
Genre : Black Metal
Label : No Colours Records
Date de sortie : 30 Juin 2005

J’avais toujours refusé de m’intéresser à Satanic Warmaster pour une raison stupide. Je trouvais le nom du projet trop cliché, dixit le type qui vénère Deströyer 666. Oui, c’est complètement idiot de refuser de s’intéresser à un groupe pour un prétexte aussi vide, mais que voulez-vous, je craignais de me retrouver une fois de plus devant un groupe de black metal bas du front et obtusément intègre à la charte trve black metal. Grand bien m’a pris de sortir de mon entêtement ; ce Carelian Satanist Madness est une merveille.

a0889944982_10

La quête de trve black de qualité est quelque chose qui s’avère particulièrement difficile. Les groupes pullulent, les monochromes fleurissent partout sur les catalogues des labels et sur les sites de partage de musique. Et de petits ingrats refusent toujours d’écouter une des plus grandes références du genre. Quelle erreur. Sitôt les oreilles posées sur cet album, on ne peut qu’être emporté par le travail de Werwolf. Le cahier des charges du raw black metal est bien respecté, les paternes de batterie sont très simples, les guitares crachent leur distorsion extrême, la basse est quasiment inaudible et les vocaux sont grognés. Mais ce qui démarque Satanic Warmaster de ses confrères, ce sont les mélodies. Impossible de résister aux élans épiques et mélancoliques de la piste éponyme, de « True Blackness » ou de « Eaten By Rats ». Ces riffs en trémolo complètement habités dégagent tout le froid et la dévotion qui animent le black metal scandinave.

Werwolf pousse ses cris du début à la fin du disque, faisant parfois penser à Ihsahn dans ses moments les plus coassant. Tradition de la scène finlandaise, les paroles se focalisent, en-dehors des inévitables odes aux paysages austères et enneigés, sur le satanisme et les ténèbres malignes. Les loups sont aussi de la partie, comme le laisse subtilement deviner le pseudonyme du géniteur du projet ainsi que le logo du groupe. Rien que du très classique, mais il est impressionnant de voir comme ces thèmes pourtant si usés se font prenants quand la musique est de qualité. C’est peut-être la différence entre un code et un cliché. Après vingt-cinq ans de black metal scandinave, nous en avons un peu soupé de ces histoires d’errances solitaires enténébrées et glaciales habitées par les hurlements des loups et surplombées par l’ombre de Satan. Et pourtant, Werwolf arrive à y insuffler un enthousiasme, une conviction qui se couplent aux mélodies pour vous contraindre à apprécier encore et encore ce black metal si primitif. Un coup de maître pour sûr.

Il faut reconnaître que Werwolf a un don pour les mélodies catchy et entraînantes. « Eaten By Rats » en est le meilleur exemple, mais toutes les pistes comportent au moins une lead qui s’imprime dans l’esprit pour venir y tourner en boucle. C’est sûrement l’aspect plus franc du collier des finlandais par rapport à leurs collègues norvégiens qui donne cet aspect, mais l’énergie apportée permet au disque de sortir vraiment du lot, et de se sentir investi dans ce black metal volontaire et déterminé.

Ce disque est décidément un sans-faute. Étonnant de voir à quel point tout l’habillage de la musique peut parfois repousser. Du nom du projet à la pochette en passant par le titre de l’album et le pseudonyme du seul maître à bord, tout laisse à croire à du black metal bêtement lo-fi et minimaliste. Une bonne leçon pour moi et mes préjugés à deux francs. Satanic Warmaster fait véritablement ce qui se fait de mieux dans le black metal originel, et vous finirez probablement comme moi à vous repasser sa discographie en boucle après l’avoir découverte.

Inutile de s’étaler des heures sur du trve black, il n’y a de toute façon que rarement grand-chose à dire sur ce style. Le raw black metal, ça s’écoute et ça se ressent, ça ne se disserte pas. Marque de fabrique du groupe, l’album s’achève sur une chanson aux claviers assez apaisée. Carelian Satanist Madness est un monument découvert sur le tard pour ma part, et je vous enjoins à ne pas faire la même erreur. Tout y est parfait, les mélodies en particulier viendront vous hanter pour toujours. C’est le genre de black metal que l’on écoutera encore dans quarante ans, quand les groupes plus sophistiqués, les plus originaux et les plus complexes nous auront lassés. Le black metal, ce n’est jamais mieux que quand c’est minimaliste et fait avec les tripes.

About dantefever (137 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :