Actualités

Lord Wind – Forgotten Songs

Pays : Pologne
Genre : Folk / Dungeon Synth / Dark Ambient
Label : Full Moon Productions
Date de sortie : 28 Juillet 1996

Vous aimez Graveland ? Moi, pas vraiment, mais ce n’est pas grave ! Le groupe mené par le fameux Rob Darken aura eu un impact considérable sur le black metal à tendance païenne et folklorique, défrichant des sonorités encore inconnues dans cette musique et sonnant du même coup l’une des marottes les plus controversées du black à l’heure actuelle, à savoir une propension à lever le bras droit un peu trop haut, qu’il y ait du soleil ou pas. Les récents événements de Montréal nous prouvent que beaucoup n’ont pas digéré cette ferveur un peu trop nationaliste de jeunesse, bien que Graveland n’ait jamais réellement fait preuve d’un attachement au nazisme. Enfin, laissons ses fâcheuses polémiques de côté puisque ce n’est de toute façon pas de Graveland que nous parlons aujourd’hui.

Pas de Graveland, mais nous restons sur l’œuvre du père Darken. Il se trouve que celui-ci tient depuis presque le début de sa carrière musicale un projet parallèle appelé Lord Wind. C’est grâce à l’intermédiaire d’une chaîne YouTube de bon aloi que je découvris en une paisible soirée cet incroyable premier album, justement intitulé Forgotten Songs. Et bon Dieu, c’est simplement exceptionnel ! Une musique unique, avec une atmosphère absolument fascinante et originale, composée avec une inspiration qui ne peut que laisser ébahi. Je vous assure, des merveilles comme ça, on aimerait en trouver plus souvent !

L’album commence conformément à son titre par le vent qui fluctue au loin, sur lequel se lèvent d’abord des chœurs cérémonieux, puis la voix rocailleuse et aigre de Darken évoquant les paysages mystiques dans lesquels vivaient les peuples anciens. Après cette ouverture, la première vraie piste commence, et vous êtes introduits à la formule qui définit ce premier album de Lord Wind. Des mélodies de guitare saturées et réverbérées jouant des accords et mélodies surannées, accompagnées de percussions, d’effets d’échos, et de chœurs. Assez peu évocateur sur le papier, mais il est décidément impossible de retranscrire par écrit les fantastiques arrangements et ambiances créés par Rob Darken. Chaque piste semble émaner d’un passé obscur, enfoui, qui ne percerait dans notre réalité que sous formes d’échos assombris.

L’album dure une cinquantaine de minutes, et se fait très homogène. Toutes les pistes sont basées sur la formule décrite, et l’ambiance des pistes elle-même ne varie que peu. En passant de l’une à l’autre, l’impression qui s’installe est celle d’un long voyage introspectif à la recherche d’une époque disparue, et pourtant encore survivante dans les tréfonds de nos mémoires. Les mélodies et nappes de clavier varient, mais restent dans cette ambiance particulière sans dénoter entre elles. Pensez à une errance dans les rues d’une vieille cité plongée dans de païennes ténèbres. Comme celle de l’artwork, tiens. L’image de la cité est assez parlante, puisqu’il se dégage quelque chose d’assez aristocratique et noble de ces chansons oubliées, comme sur « Father’s Sword ». Une espèce de superbe, d’ombrageuse fierté venue de jadis.

Rob Darken évoque ici les ancêtres, l’héritage païen, la haine diffuse de la modernité et du monothéisme, le regret et la fierté. Les mêmes thèmes que l’on retrouve dans Graveland, mais évoqués différemment. La sincérité qui transpire de ces compositions donne un véritable cachet à cette production, et l’univers intérieur de Darken s’étend et se développe en vous à travers sa musique. Le dépaysement est total, tant la musique pratiquée ici est inclassable et déroutante. Ce qui est sûr, c’est que vous n’aurez jamais entendu ça ailleurs.

Lord Wind livre un album complètement hors du temps, surprenant et parfaitement maîtrisé. Une très belle évocation du passé, utilisant ses propres codes et ses propres sonorités pour vous emporter loin de notre froide époque. Ce recueil de chansons oubliées mérite toute votre attention pour peu que vous appréciiez le passéisme et l’évocation de sombres époques fantasmées. Ce qui est sûrement le cas si vous venez sur ce site. La formule ne plaira pas à tout le monde, mais il ne s’agit pas moins d’un chef d’œuvre dont ceux qu’il touchera ne pourront plus se passer.

 

About dantefever (137 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :