Actualités

Mortifera – Vastiia Tenebrd Mortifera

Pays : France
Genre : Depressive Suicidal BM
Label : GoatowaRex
Date de sortie : Décembre 2004

N’y voyez pas la moindre touche de chauvinisme, mais j’estime qu’il est de notre devoir d’avouer que notre scène black metal n’a rien à envier à celle des autres pays européens, scandinaves y compris. Parmi la multitude de groupes incontournables, il en est certains qui sont malheureusement légèrement moins connus que les autres, mais pas moins talentueux pour un sou. Revenons donc à l’aide de cette chronique rétrospective sur le tout premier album de Mortifera, formation créée au début des années 2000, qui a bien secoué son monde au moment de sa sortie. Faites connaissance avec la douleur pure. Bienvenue au coeur de Vastiia Tenebrd Mortifera.


Si mon souhait est aujourd’hui celui de parler de cette relique du black metal tricolore, c’est pour une bonne raison, et j’imagine que vous savez de suite ce que j’ai en tête. En effet, vous avez vu juste. Vastiia Tenebrd Mortifera est effectivement le seul album du projet français sur lequel le grand et estimé Neige a apporté sa contribution, si toutefois on laisse de côté d’autres sorties d’importance moindre comparée à celle de cet album. Avant que Neige ne quitte Mortifera (ou ne se fasse expulser, selon la version adoptée), il aura tout de même fait de Vastiia Tenebrd Mortifera le meilleur album du groupe, alors aux côtés d’un Noktu au sommet de son art.

Aujourd’hui sur son projet nommé Alcest, Neige connaît la musique et sait la rendre perçante et prenante, il serait plutôt mal vu de prétendre le contraire. À ce titre, son association avec Noktu pour le tout premier album de Mortifera ne pouvait donner naissance qu’à quelque chose de grandiose. Vastiia Tenebrd Mortifera est un album assez classique dans sa construction et sa structure. La musique y est froide et lancinante. Elle lacère à vif avec des lames de rasoir et se nourrit de la moindre de vos pensées maladives pour faire naître en vous quelque chose de sensiblement plus effrayant. Sans jamais tomber dans la violence ou l’opulence, Mortifera a mis au monde quelque chose de délicieusement mordant, qui sait faire preuve de langueur et de tranquillité pour vous amener plus sûrement vers quelque chose dont vous ne ressortirez pas indemne.

Les riffs sont d’ailleurs extrêmement simplistes, tout comme le jeu de batterie, qui se contente de battre la mesure en mettant l’accent sur l’aspect glacial de la musique. Petite déception néanmoins en ce qui concerne les chants présents sur cet album. Comme les connaisseurs le savent, seules deux pistes contiennent quelques textes pour les étoffer un peu, « Le Revenant » et « Ciel Brouillé ». Il s’agit donc d’une déception dans la mesure où les paroles représentent généralement quelque chose de fort important en ce qui concerne le black metal, peut-être encore plus lorsqu’un groupe choisit de s’orienter vers une branche mélancolique ou particulièrement émotionnelle. En revanche, il faut bien avouer que le choix des paroles est plus que cohérent et se marie à merveille avec l’atmosphère de Vastiia Tenebrd Mortifera.

Ce sont donc des poèmes de Charles Baudelaire qui ont été choisis pour illustrer la musique de Mortifera. Ou plutôt l’inverse, car ces deux titres ont sans doute été construits autour de ces deux poèmes. Extraits du recueil Les Fleurs du mal, ces derniers collent parfaitement à l’imaginaire musical mis en place par le duo, ce qui en ajoute encore à la cohérence de l’ensemble et à la réussite de l’initiative. D’ailleurs, il est normal que le titre le plus réussi, en l’occurrence « Ciel Brouillé », soit l’un des deux ayant reçu un petit coup de pouce de la part de Charles Baudelaire.

De manière générale, il faut avouer que l’album est une franche réussite, même s’il semble bien trop court aux oreilles de ceux qui se montrent réceptifs à son atmosphère macabre et plaintive. En outre, des titres un poil plus longs auraient sans doute permis d’installer quelque chose de bien plus prenant. Mais ce genre de chose n’a que peu de valeur lorsque l’on voit le résultat. Vastiia Tenebrd Mortifera est bien évidemment l’un des albums à inscrire au panthéon du black metal français, tant son authenticité et sa sincérité lui permettent de s’emparer sans mal de l’auditeur. Une âme égarée, et voici que la puissance de la musique fait le reste.

Qu’il est bon de se replonger ainsi dans de telles pièces. La collaboration de deux monuments du black metal français avait alors donné naissance à quelque chose de très engageant. Petit pincement au coeur cependant lorsqu’il s’agit de penser à ce que Neige était capable de produire avant qu’il quitte la poix du black metal pour les volutes vaporeuses et légères du blackgaze. Mais sa contribution ne s’envolera jamais, alors profitons-en encore et encore, même si cela venait à nous tuer.

 

About Maxime (261 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :