Actualités

Live Report – Throne For Pain Tour – Lille

Dans le cadre de la soirée Throne For Pain Tour, organisée par l’association Ondes Noires Lille, nous avons eu l’occasion de nous rendre au Midland pour assister aux prestations de deux groupes de la région. Beleriand, appartenant à un registre black metal qui peut se montrer mélancolique ou épique, et Antilife, dont il a déjà été question ici-même, et qui n’est plus vraiment à présenter aux adeptes de la scène underground lilloise. Initialement, trois groupes devaient occuper la scène du Midland, mais l’annulation du concert des lettons d’Urskumug suite à une fracture incapacitante de leur guitariste a contraint l’organisation à revoir ses plans. De trois groupes, l’affiche est passée à deux, avec la présence des picards de Beleriand.

Huit heures et demie. Le petit contingent de spectateurs souhaitant assister à l’événement de la soirée est rassemblé devant le bar, une bière à la main, profitant d’un début de soirée très agréable pour une fin de mois de mars. À l’intérieur, maquillés comme il se doit, les musiciens de Beleriand plaisantent et effectuent les derniers préparatifs nécessaires à la tenue d’une prestation de qualité. Les spectateurs entrent petit à petit dans la salle après avoir payé les cinq euros de participation aux frais. Les lumières s’éteignent, les voix s’étouffent. Place au spectacle.


Très rapidement, un climat délétère et nocif s’installe. Le rythme est soutenu, les musiciens sont concentrés et maîtres de leurs instruments. L’ambiance bon enfant qui était alors effective s’évapore au son massif et diablement prenant d’un groupe qui en impose sur scène malgré le jeune âge de ses membres. Profitant de la désertion du devant de la scène, le chanteur n’hésite pas à vagabonder à sa guise tout en vociférant ses paroles impures, parfois même à quelques centimètres du visage des plus proches spectateurs. Il se dégage quelque chose de très noir de la musique de Beleriand, et le contexte intimiste de la prestation permet à cet aspect de devenir encore plus fascinant, voire même envahissant.

Malgré un léger souci technique, à savoir une corde de guitare ayant lâché (problème rapidement corrigé grâce à prêt de guitare de la part de l’un des guitaristes d’Antilife) le concert est une franche réussite et a permis au public de commencer la soirée sur d’excellentes bases. La formation picarde fait preuve d’une certaine maturité et arrive à installer une atmosphère très agréable. Une très belle entrée en matière avant l’arrivée d’Antilife.


L’installation de viande fraîche et de bannières sur la scène, sur lesquelles sont inscrits « Hail Satan » et « Kill Yourself », marque l’imminence de la représentation des lillois d’Antilife. Déjà vus à Roulers il y a quelques semaines, nous savons pertinemment de quoi est habituellement composée la prestation du groupe local. Et pourtant, c’est le même plaisir de découverte qui nous envahit. Démarrant sur l’habituel combo « Intro » et « Worms », le show se veut déchirant et lancinant d’entrée de jeu, comme pour signifier aux âmes sensibles qu’elles n’ont pas leur place au sein de ce marasme glauque et sanglant. Fidèle à son jeu de scène, Psycho étale tout le déséquilibre et l’instabilité de son personnage pour donner naissance à un spectacle riche d’une violence malfaisante rare.

Entre lacérations à la lame de rasoirs, autoflagellation, rituel ensanglanté et chant possédé, les ingrédients sont comme toujours réunis pour faire de la prestation d’Antilife quelque chose de mémorable. Sur les plans musical et sonores, il faut avouer que tout était de très bonne qualité. Comme pour Beleriand, aucun instrument ne prenait le pas sur un autre et les chants étaient parfaitement audibles de manière à rendre l’ensemble très satisfaisant. Saluons à ce titre le travail effectué par les bénévoles, dont la qualité fut tout simplement propice à proposer deux prestations de très bon aloi. Après les derniers titres et la traditionnelle charge du bassiste et du batteur en direction de la foule, la prestation d’Antilife s’achève, comme toujours, par de convaincus applaudissements.


Ce fut une soirée plutôt courte compte tenu du nombre de groupes présents et de la durée de leurs prestations respectives, mais ce fut également un événement à ne pas manquer pour tous les amoureux de black metal de la métropole lilloise et de ses environs. Ondes Noires sait toujours se donner les moyens de proposer des soirées de qualité, même lorsque le destin désire lui mettre des bâtons dans les roues. Deux groupes de qualité pour une soirée très réussie. La recette est finalement très simple.

About Maxime (257 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :