Actualités

Interview – Havukruunu

Chez Heiðnir Webzine, nous avons un faible pour Havukruunu. Avec quelques démos, un EP d’exception et un excellent album, les tous jeunes finlandais ont réussi à nous convaincre qu’ils étaient un îlot de talent et de sincérité dans une scène pagan metal en chute libre. J’ai donc eu le plaisir d’échanger quelques mots avec Stephan, le compositeur du groupe. L’interview vise à vous éclairer sur le groupe et à vous préparer à son nouvel album. 

Salutations ! Peux-tu nous présenter le groupe ?
Bien sûr, Havukruunu vient des terres boisées de Finlande et parle à travers elles, à jamais à l’écoute des cieux étoilés de la nuit, et pour évoquer les secrets de l’acier et du feu en arpentant les plaines et les anciennes ruines.

Nous avons adoré votre EP Rautaa Ja Tulta. Votre prochain album sera-t-il dans le même esprit ?
Oui et non. Il sera beaucoup plus sombre et plongé dans des atmosphères prenantes, ainsi que plus porté sur les performances individuelles. Une grande part de cette direction musicale vient de la nouvelle et très émotionnelle technique de batterie de Noitavalo, notre nouveau batteur. Je n’avais jamais envisagé un tel changement dans le ton dû à la seule batterie. Cette fois-ci, le travail de guitare ne sera pas aussi heavy dans les riffs (bon, évidemment qu’il le sera, mais pas autant que sur nos premières productions) et mes chants se feront un peu plus variés cette fois-ci. Au-delà de ça, je voudrais dire que l’album sera réellement un cran au-dessus, car la musique que nous faisons est beaucoup plus passionnée et évocatrice qu’auparavant, même si elle gardera toujours ce son raw et imparfait des premières productions. J’ose dire que vous ne serez pas déçus, même si l’album sera somme toute très différent.

Vous avez créé un mélange très personnel de pagan, de raw black metal et de heavy traditionnel. Votre musique est puissante, très authentique et définitivement unique. Je ne connais aucun autre groupe produisant le même type de composition. Quelles étaient vos motivations en commençant Havukruunu ?
Je ressentais ces émotions fortes de langueur et de mélancolie en moi, et par coïncidence le metal est devenu mon lieu d’expression. J’imagine que j’ai été capté par le furieux pouvoir d’expression que possède cette musique.

Peux-tu nous parler des groupes que vous aimez et qui vous auraient influencés ?
Bathory, avec le travail si riche et génial de Quorthon, nous a évidement influencé. Il est l’unique raison pour laquelle notre musique sonne comme de cette manière, même chose pour Judas Priest. De plus j’apprécie Venom, Celtic Frost, Kreator et leurs semblables… Autrement j’écoute aussi beaucoup Darkthrone et Moonblood. Personnellement, je suis beaucoup plus influencé par le Tangerine Dream des débuts, avec ses albums comme Ricochet, Rubycon et les autres, plus que par le metal. Bo Hansson, ses sonorités rêveuses et ses chansons à piège.

Quelle est ton opinion sur la scène pagan actuelle ?
Ça dépend de quoi tu parles en disant pagan metal. Si tu parles de ces groupes qui ressemblent à des attardés avec leurs costumes de jeu de rôle grandeur nature qui jouent sur leurs foutus accordéons ou violons, avec leur délire avec la bière insupportable, alors mon opinion est claire.  Je déteste ça. Mais bon, qu’est-ce que j’en sais, beaucoup de gens aiment leurs refrains faciles quand ils sont bourrés, et je n’ai rien contre le fait qu’ils passent un bon moment. Par contre, si le pagan metal est du black metal, ou affilié, qui devient une base pour contempler les peuples disparus depuis longtemps, leurs traditions et leur culture, et qui implique que tu réfléchisses à ton propre environnement, alors je n’ai pas de problème avec le pagan metal. Mais je n’en écoute pas vraiment.

Parle-nous des tes inspirations pour les paroles.
Oh merde. Je n’ai pas vraiment envie d’en parler. Mais disons juste que l’inspiration en est personnelle. J’écris avec mes émotions, et les expériences de vie que j’ai vécues jusqu’à maintenant.

Planifiez-vous de venir jouer en France ?
Bien sûr, si nous y mettons les efforts ensemble. Impossible à dire, aussi longtemps que nous aurons des boulots et d’autres obligations, et il est déjà difficile de prendre du temps en-dehors du travail. Je suis personnellement fatigué d’être anxieux à propos de l’argent ou autre tout le temps, j’ai donc décidé de faire des études et de travailler afin de payer mon loyer et le reste. C’est donc un gros peut-être. Mais nous avons une organisation et un groupe fonctionnel maintenant, ce qui signifie que si un concert est donné, ce sera avec beaucoup de passion et d’authenticité.

Écoutes-tu la scène metal française ?
Pas beaucoup, si l’on met de côté la brève fascination que j’ai eu pour les groupes des Légions Noires, mais je n’y ai malheureusement pas accordé beaucoup de temps. Certaines chansons de Vlad Tepes et Mütiilation m’ont marqué.

Avez-vous envie de parler de groupes finlandais locaux ?
Pas vraiment, excepté Tenhi qui est excellent, et que nous adorons.

Dans Havukruunu, tout le monde peut ressentir un culte et un respect très fort envers le metal old-school. Rejetez-vous les styles de metal modernes ?
Absolument. En ce qui me concerne du moins. Il faut aussi dire que je dis tout le temps que la quantité de metal que j’écoute est la plus petite partie de tout ce que j’écoute. Je ne ressens que rarement l’effet que c’est supposé me faire. Bien sûr que j’écoute des chansons qui me donnent des frissons, mais c’est toujours dans les anciens styles de metal. Je suis peut-être trop stupide pour ces genres modernes, mais j’en doute vraiment tant ça ressemble juste à une démonstration de technicité et de capacité à faire plein de choses en même temps. J’aime la musique que l’on peut vivre et respirer. Comme une image de la pensée toujours changeante derrière elle.

Qui s’occupe de vos artworks ?
Heidi, comme c’est écrit dans nos livrets. C’est une artiste très talentueuse, qui sait exactement quel type de langage visuel correspond à notre musique.

Êtes-vous influencés par de la peinture, des films, des livres ?
Bien sûr, Tarkovsky, Bergman, Herzog, Jodorowsky… Tous ces trus sont géniaux. Les livres aussi, mais récemment je me suis concentré sur les études de physique. Notre musique tend réellement à être influencée par la vie réelle et les émotions.

Écoutez-vous de la musique folk ?
Pas du tout. Pas comme base régulière d’écoute. Je suis plus dans le classique, l’électronique, et les sensations que ces compositeurs canalisent. J’imagine que la musique folk (je veux dire, la vraie musique traditionnelle) est très bien, et est capable de faire ressentir les traditions et l’histoire derrière la musique. Mais je n’en écoute pas souvent.

Merci à Stephan pour le temps qu’il nous a consacré.

About dantefever (124 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :