Actualités

Wearg – Hæðen War Metal

Pays : États-Unis
Genre : Black/Death Metal
Label : Haftvad Records
Date de sortie : 17 Mars 2017

Vous savez, on dit souvent que plus on écoute de musique, plus les années passent, et plus les goûts deviennent nuancés et précis. L’expérience amène un penchant pour les productions les plus subtiles et recherchées, et la quête de la perfection artistique se fait toujours plus pressante. Et bien dans mon cas c’est l’inverse. Plus ça avance, et plus j’aime le bestial et le bas du front.

C’est sûrement parce que je régresse intellectuellement, mais Wearg m’a tout de suite parlé. Lui, son war metal tout ce qu’il y a de plus bestial et basique, et son artwork bien krieg. Le projet vient de San Diego, et vous propose son premier EP intitulé Hæðen War Metal. Dix petites minutes, quatre pistes. Une introduction bien anxiogène et massive, deux pistes qui viennent tout massacrer, une dernière chanson dark ambient, et bonsoir. L’album se dit « Heaten », mais c’est surtout pour avoir un prétexte à tout casser. Quelqu’en soit la bannière, le résultat est le même. Wearg fait en gros du Diocletian, mais en plus sauvage. C’est tout.

Wearg ne fait pas, mais alors vraiment pas du tout dans la dentelle. Les pistes sont tout ce qu’il y a de plus war metal, avec une production mal équilibrée et raw, des riffs simples et belliqueux, une batterie qui matraque et un chant guttural hurlé. Les deux pistes principales viennent tout écraser sans se poser de questions en incluant de gros ralentissements bien gras et lourds pour vous faire bouger la nuque en rythme. On repassera par contre sur la dernière piste ambient qui n’a pas grand-chose à dire. Elle propose une vague atmosphère sombre avec de grosses notes de piano bien appuyées, mais rien de vraiment intéressant… Vous devrez vous contenter des quelques minutes de carnage précédentes. Les deux pistes sont jouissives comme rarement des chansons l’auront été, puant le bouc et la violence bestiale. En somme, un concentré de ce que le metal fait de mieux !

Bon, on s’arrête ici, il n’y a vraiment rien à dire de plus sur Wearg. Le seul but de cette chronique est de toute façon de vous enjoindre à aller découvrir l’EP sur BandCamp. Vous aimez la bestialité, la brutalité et ne pas réfléchir ? Allez vous mettre ça dans les oreilles, c’est du tout bon. On peut se dire qu’on est un esthète, qu’on est infiniment touché par Moonsorrow et Dissection tant qu’on veut, il n’empêche que le metal, on aime ça avant tout parce que c’est krieg !

About dantefever (124 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :