Actualités

Botanist – VI : Flora

Pays : États-Unis
Genre : Metal d’Avant-Garde
Label : The Flenser
Date de sortie : 11 Août 2014

La dernière sortie des américains de Botanist, à savoir le split réalisé en collaboration avec Oskoreien, m’ayant rudement laissé sur ma faim, j’estime le moment propice à me replonger dans l’un des chefs d’oeuvre de la formation si atypique nous venant des États-Unis. Sorti en 2014, l’album VI : Flora, dernière sortie conséquente en date des américains, est riche d’une dimension enchanteresse et brillante que l’on croise très rarement dans le metal de manière générale. Ajoutez à cela une thématique qui pourra faire sourire, et vous obtenez un groupe qui produit une musique à l’identité très marquée et qui intrigue autant qu’elle fascine. Bienvenue au coeur du royaume verdoyant.


Botanist est un groupe assez particulier au sein du vaste océan que représente les groupes d’avant-garde, qui est lui-même déjà à part, admettons-le. Même si son style musical lui est propre, c’est avant tout par ses thématiques inhabituellement représentées dans la musique que Botanist fait office de groupe d’exception. Comme son nom l’indique lourdement, la formation américaine concentre sa musique autour de ce fascinant domaine qu’est la botanique. Elle évoque ses mystères, son imagerie resplendissante, ainsi que les différentes curiosités qui lui sont associées. On ne va pas se le cacher, il s’agit là de quelque chose de surprenant pour ceux qui ne sont pas habitués à voir des groupes emprunter des chemins que l’on qualifiera d’atypiques. Et pourtant, il est tout à fait captivant de voir que Botanist arrive à mettre dans sa musique les ingrédients nécessaires au voyage de l’auditeur au coeur d’une canopée époustouflante.

Derrière le plus bel artwork de la carrière de Botanist se trouve un album à onze pistes, chacune ou presque étant nommée, comme à l’accoutumée, de la même manière que des espèces végétales. C’est ainsi que nous avons l’occasion d’écouter des titres tels que « Callistemon » (rince-bouteille), « Dianthus » (genre de plantes herbacées), ou encore « Leucadendron Argenteum » (plantes à fleurs endémiques de l’Afrique du Sud). On ne croise pas ça tous les jours, vous en conviendrez. Mais là où Botanist frappe le fort, c’est concernant l’approche technique du style qui le caractérise tant. Même si une oreille avisée et connaisseuse pourrait sans doute déceler quelques influences dans la musique des américains, force est de constater qu’elle se veut quasiment unique. Et pour cause.

Quelle est donc cette chose qui confère à la musique de Botanist ce caractère si cristallin ? Alors que pour l’immense majorité des groupes de metal, ce sont les guitares qui sont utilisées pour les sonorités principales, les américains usent quant à eux de deux dulcimers à marteau pour apporter à leur musique quelque chose d’indéniablement clair et transparent. Cet instrument, différent du dulcimer classique dans la mesure où il est posé sur un support lorsqu’il est joué de manière martelée, apporte énormément au style de Botanist. Si vous avez l’impression de marcher au coeur d’une splendide clairière lorsque vous écoutez Botanist, c’est en grande partie grâce à cet instrument. Et lorsque l’on sait qu’ils sont au nombre de deux au sein du quintette, ça ne désintensifie pas ce sentiment.

Les deux dulcimers à marteau prennent tellement de place que les autres instruments sont relégués au second plan, sauf peut-être concernant la batterie, dont le son clair et perçant bat la cadence avec beaucoup de justesse. Les chants, mi-chuchotés mi-éraillés, semblent assez lointain, ce qui confirme la sensation selon laquelle les dulcimers sont mis au premier plan. Le ton adopté est quant à lui assez mélancolique. Pour chacune des pistes dont il est question, les évocations se font vaporeuses, incertaines, comme si ce qui se dégage de la musique de Botanist souhaitait nous faire prendre conscience de quelque chose d’inquiétant. Un parallèle avec l’état de santé de l’écologie doit-il être fait ? Difficile à dire, toujours est-il que Botanist parvient à nous enivrer avec des sonorités qui rappellent à merveille les thématiques que sont exposées dans son univers.

Botanist fait partie de cette catégorie de groupes reconnaissables à l’instant même où vous posez une oreille sur leur musique. Une identité propre, un univers inhabituel et séduisant, et une formidable propension à dépayser et à faire voyager. Telles sont les joyeusetés qui vous attendent au moment de vous abandonner à corps perdu à la musique unique des américains de Botanist. VI : Flora a vu le jour il y a maintenant près de trois ans, et nous n’attendons qu’une chose, pouvoir à nouveau mettre la main sur un album aussi impressionnant que celui-ci.

 

About Maxime (261 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :