Actualités

Black Wine Order – VVVVV

Pays : France
Genre : Post-Rock Expérimental
Label : Indépendant
Date de sortie : 2 Janvier 2017

Il existe des albums très basiques, des albums originaux, des albums atypiques, et il y a les autres, qui appartiennent à une catégorie que nous assimilerons de manière vulgaire à la musique expérimentale. Cette appellation a un peu tendance à rassembler tous les genres de musique trop peu rationnels pour appartenir à un genre donné, une sorte de fourre-tout. Il est donc difficile, au milieu de ce véritable marasme, de faire connaissance avec les albums qui sortent du lot, car l’océan les recouvre tout entier. Avec un peu d’aide, il est malgré tout possible de les trouver, et, avec une certaine excitation, de voguer sur les flots de leur contenu.


J’aime autant vous l’annoncer d’emblée, le genre post-rock expérimental qui est spécifié dans les caractéristiques de l’album ne représente que la face visible de l’iceberg qui symbolise VVVVV. Le cryptoprojet français Black Wine Order, qui se montre aussi mystérieux que sa musique, a accouché au début du mois de janvier d’un album qui se distingue de toute règle, de toute norme, et qui aime à rire au nez des codes, qu’il méprise au plus haut point. Il est relativement fascinant, d’une certaine manière, qu’une musique qui peut se montrer stochastique puisse se montrer aussi prenante que celle forgée par Black Wine Order. Car si le projet français s’est effectivement affranchi de tout usage pour la composition de VVVVV, il est parvenu à lui procurer une efficacité et une douceur qui devrait en surprendre plus d’un.

L’artwork vous toise et vous jauge du regard avant même que la musique qu’il illustre ne vous ait pénétré. Cette introduction suscite une forme de curiosité, mais elle nous conforte dans notre volonté d’écouter VVVVV de bout en bout, comme pour s’abandonner à lui. Ainsi, dès les premières notes de « Taste of the Svn », voilà que la pièce débute. L’image du théâtre n’est pas prise au hasard dans la mesure où chaque titre pourrait passer pour un acte, et la chose est renforcée par des sonorités assez différentes d’un titre à un autre. En revanche, si les sonorités changent, les thématiques et les évocations, elles, ne varient pas réellement. L’auditeur se situe toujours au coeur d’une atmosphère assez intime et introvertie, en grande partie grâce aux chants chuchotés la plupart du temps, tels des murmures dans l’ombre, qui gagnent lentement mais sûrement la confiance de l’auditeur avant de le mener vers quelque chose de plus effrayant.

VVVVV dégage évidemment quelque chose d’assez sombre, mais cet aspect n’est pas dérangeant, pas repoussant, et encore moins désagréable. La distance est mince entre l’auditeur et l’âme de cet album, une proximité intéressante s’établit rapidement grâce à une rythmique très lente et à des sonorités d’atmosphère brumeuses et éthérées. La seule montée en puissance qui est à signaler est celle qui se remarque grâce à des touches synthwave, dans la deuxième moitié de la piste introductive. L’initiative n’est pas follement superflue, mais c’est lorsque VVVVV se montre langoureux et léthargique qu’il est le plus captivant, notamment sur « Vnder » et « Lvmen ».

La propension de Black Wine Order à rendre son album attachant malgré sa variété manifeste est assez impressionnante. De la même manière, vous aurez sans doute besoin d’un certain nombre d’écoutes avant de vous estimer pleinement conquis par les profondes réminiscences de VVVVV. Mais une fois le parcours initiatique effectué, les différents tableaux picturaux qui composent cette ode à l’évasion vont vous offrir un voyage atypique et inoubliable vers l’une des faces cachées de la musique, celle qui possède et obsède. Une alchimie risquée mais séduisante, pour un résultat irréprochable.

Vous qui êtes lassés de vos écoutes du moment, et si vous preniez le temps de faire connaissance avec quelque chose de nouveau ? VVVVV, le premier album de Black Wine Order incarne à merveille le virage que vous pourriez prendre vis-à-vis de vos habitudes musicales. Sorti au format digital uniquement et dans l’anonymat le plus total, cet album mérite une exposition au moins plus importante que celle à laquelle il a droit depuis sa sortie. Mais pas trop, il ne faudrait tout de même pas qu’il tombe entre les mains de ceux qui ne seraient pas capables de l’apprécier à sa juste valeur. La musique de qualité, ça se mérite.

About Maxime (321 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

1 Trackback / Pingback

  1. Black Wine Order – Dirt – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :