Actualités

Cult of Erinyes – Tiberivs

Pays : Belgique
Genre : Black Metal
Label : Code666 Records
Date de sortie : 17 Mai 2017

Cult of Erinyes est un groupe de black metal belge qui avait été lancé à l’occasion de son premier album en 2011 par Les Acteurs de L’Ombre. Le groupe pratique un black metal moderne du point de vue des sonorités, avec des structures complexes et imprévisibles, maniant des sonorités souvent assez denses. Le premier album du groupe, A Place to Call My Unknown, avait eu son heure de gloire à l’époque. Le second en revanche, baptisé Blessed Extinction, était passé un peu plus inaperçu. Tiberivs sortira le 17 Mai, et est d’ores et déjà disponible sur la page BandCamp du groupe.

Nous disions donc que Cult of Erinyes opérait dans le black moderne. À l’écoute de ce disque, rien ne saurait être plus vrai. Le son de guitare est lourd, épais, massif et pas raw pour un sou. Mais cette modernité s’exprime également et même surtout par la structure des chansons, souvent longues, que propose le groupe. L’introduction laisse entendre une basse agitée qui vient délivrer de longues mélodies enfiévrées tandis qu’une atmosphère pesante s’installe progressivement.

Tout de suite, si vous n’aimez pas les albums trop produits, passez votre chemin. Cult of Erinyes ne fait pas du tout dans le black qui sent bon l’enregistrement dans la cave avec une connaissance instrumentale se limitant au strict minimum. Ici, il s’agit de black metal très travaillé, répété, bien léché et somme toute assez intellectuel. À l’image de la pochette, le groupe se déploie tout en délicatesse et en subtilité, dans une propreté remarquable. Aucune approximation. C’est carré, net, bien découpé, très professionnel. À voir si vous aimez ou pas. Mais si vous aimez Les Acteurs de L’Ombre, vous n’avez à priori pas trop de souci avec ça. La production est d’ailleurs très réussie pour ceux qui aiment ce genre de sonorité, puissante et fine. La batterie est mixée en retrait, les guitares feraient penser à un écran de fumée opaque toujours en mouvement.

Cult of Erinyes commence son nouvel album avec « Nero (Divine Providence) », qui se fend de belles mélodies et de ralentissements habités de soli vraiment intéressants. La chanson est très bonne, plonge dans l’univers du groupe et fait se dire qu’on tient là un album prometteur. La piste suivante est également assez alléchante, avec son entrée en matière écrasante et massive. Mais petit à petit, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine monotonie. Cult of Erinyes donne parfois l’impression d’appliquer sa formule sans vraiment chercher à la rendre habitée ou puissante. S’enchaînent les mid-tempi et les passages plus virulents, mais il devient vite assez difficile de trouver quelque chose de réellement marquant.

Cult of Erinyes fait un peu penser à Pénitence Onirique par moments, comme quoi il n’y a pas de coïncidence. Le groupe manie des masses sonores très denses pour former des ambiances finalement assez aériennes, composant dans la délicatesse des atmosphères fantomatiques. L’album est très homogène, et il est assez difficile de distinguer une piste en particulier. La musique du groupe est parfaitement illustrée par l’artwork ; un magma de formes et de nuances, sans que l’on ne s’aperçoive tout de suite que quelque chose s’en dégage. Et c’est un peu le problème avec cet opus. Il est en soi difficile de lui reprocher quoi que ce soit, mais une fois l’écoute terminée, on en retient finalement que peu de choses. Alors évidemment, le disque se veut avant tout atmosphérique et ne compte pas sur des mélodies particulièrement marquantes, mais il est tout de même dommage que rien se reste spécifiquement en tête après les cinquante-cinq minutes de l’album. Quelques passages sont à relever, comme le ralentissement à la troisième minute sur « Damnatio Memoriae ». L’ensemble de la piste est d’ailleurs assez remarquable.

En fait, ce disque est honnêtement plein de qualité, mais prend du temps à se révéler. Trop de temps de mon point de vue.  Les deux meilleures pistes, les deux finales, ne viennent apporter quelque chose de vraiment  marquant qu’à la fin de l’album. C’est un petit peu tard… Les éléments à la Deathspell Omega qui se manifestent tout au long de la dernière piste « For Centuries To Come » sont très bien amenés et plongent réellement dans une atmosphère prenante, mais sont handicapés par l’impression d’avoir sous les yeux les premiers passages réellement forts du disque alors que sa fin approche à grands pas. Le long solo qui vient se poser sur une basse ronde fait bien son effet, mais on a presque envie de lui dire : « non, tu n’es pas mal du tout, mais tu arrives après la bataille… »

Il faut toutefois rester honnête. L’album n’est jamais mauvais et propose quelque chose de très personnel. Vous ne passerez en aucun cas un mauvais moment en l’écoutant. Tiberivs est un album de qualité, mais qui s’endort peut-être un peu en cours de route. Quoique, plus l’album tourne, plus il a l’air de se rendre intéressant… Il faut rendre à Néron ce qui est à Néron, qui n’est d’ailleurs pas le Néron empereur de Rome dans ce cas-ci ; l’album a beaucoup de qualité, mais pêche sur un manque d’accroche, de point d’ancrage. Petite aparté, mais j’ai vraiment du mal à voir en quoi le groupe est ritualiste, comme il le professe…

Rien à reprocher de manière formelle, Cult of Erinyes fait parfaitement tout ce qu’il propose d’accomplir. Les reproches que l’on peut lui adresser sont extérieurs à sa démarche et relèvent peut-être plus d’un avis personnel. Je persiste tout de même à souligner un manque d’accroche. Le disque gagne à être écouté de nombreuses fois, et parvient à pallier à ce défaut grâce à des ambiances sommes toutes bien travaillées et une bonne alternance entre passages rapides et plus lents. À vous de voir si vous vous aventurerez dans les remous de la fumée mauve.

About dantefever (149 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :