Actualités

Sovereign – Spirit Warfare : Demo MMXVII

Pays : États-Unis
Genre : Black Metal
Label : Fólkvangr Records
Date de sortie : 28 Avril 2017

Une démo de trve black metal sortie en cent exemplaires cassettes avec un artwork monochrome, ça a du charme. C’est comme revenir aux origines du black, comme redécouvrir cette musique même des décennies après sa naissance. Cette aura continue d’entourer à mes yeux les productions de black metal underground. Alors certes, on tombe (très) souvent sur des copies de Darkthrone, mais il arrive également parfois de vivre un instant de grâce.

Sovereign ne fait clairement pas du Darkthrone, mais reste intègre au black metal des origines avec un fanatisme impressionnant. La démo dont il est question dure un quart d’heure, se compose de trois pistes, sans introduction ni conclusion. La production est une horreur, comme il se doit. Les guitares sonnent comme sur Nattens Madrigal d’Ulver, la batterie ressemble plus à un assemblage de casseroles qu’à autre chose, la basse est inaudible et le chant semble avoir été enregistré avec un casque Logitech. Le tout baigne dans un grésillement continu, qui ne se calme que lors des passages durant lesquels les mélodies de guitare se croisent. Pour être plus explicite, prenez la première piste, « Hammer of Fevered Light » ; la ligne mélodique est soutenue par la seconde guitare qui ajoute de la puissance par une rythmique qui, du point de vue audio, ressemble plus à de l’eau jetée en continue sur un lit de braises qu’à une guitare. En revanche sur la seconde piste « Diadem of Wound », la seconde guitare vient galoper aux côtés de sa consœur pour former un ensemble plus facilement discernable, plus lisible.

Après avoir disserté sur la production d’une démo de black metal d’obédience trve, attaquons-nous pour relever le niveau à la musique en elle-même. Pas de surprise là non plus,  les trémolo-pickings à toute allure vont et viennent, inlassablement, et délivrent des mélodies habitées qui suintent de fièvre et de ferveur. Les riffs sont inspirés, douloureux, un rien tragiques par moments, comme sur ceux qui ouvrent la première piste. On note une alternance de la voix écorchée avec des vocalises plus graves et profondes. La dernière piste, plus courte, s’ouvre sur une nappe de clavier que vient posséder une mélodie en trémolos stellaires. La batterie s’est tue, et la démo se clôt sur cette guitare grésillante. Pas le temps de s’attarder avec Sovereign. Le groupe préfère faire parler le talent plutôt que d’essayer de faire de la finesse avec vous. Les américains savent composer des pistes énergiques, violentes et ambiancées, et vous les balance aux oreilles plutôt que de prendre des gants.

Quatorze minutes seulement. C’est court ! Mais la musique de Sovereign tape juste et réussit à atteindre. Son black metal est on ne peut plus classique, traditionnel, marqué par l’esprit des Grands Anciens du genre. Les trois chansons sont prenantes, véloces et assez accrocheuses. Pas un moment de flottement à relever. On ne sait en fait pas trop quoi dire face à ce type de production. Sovereign arrive, envoie pendant un petit quart d’heure son black metal sincère et taillé dans la passion, puis repart comme il est venu, sans regarder derrière lui.

About dantefever (149 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :