Actualités

Wreche – Wreche

Pays : États-Unis
Genre : Black Metal Expérimental
Label : Fragile Branch
Date de sortie : 26 Mai 2017

Même si le black metal tend parfois à faire valoir ce petit aspect borderline qu’on aime lui attribuer, notamment sur le plan technique, il est rare de constater que les projets réellement en marge restent fidèles aux idéaux du genre. De manière générale, lorsque l’on s’éloigne trop de sa propre maison, on finit bien évidemment par en rejoindre une autre, parfois bien différente. C’est le cas d’une bonne partie des groupes et projets expérimentaux, dont les expériences, justement, viennent mettre à mal l’essence black metal initialement présente au sein de leur musique. Arrêtons maintenant cette logorrhée indigeste. Heureusement, certains artistes prouvent que l’expérimentation n’empêche pas de rester fidèle à un genre en particulier.


Pour n’importe quel groupe de metal lambda, la musique sera composée et jouée à l’aide d’une ou deux guitares, d’une basse, d’une batterie, accompagnées par des chants, peu importe leurs caractéristiques. Oui, mais non. Certaines formation choisissent de se dédouaner de ce genre de futilité, et Wreche en fait partie. Le duo américain s’apprête à sortir son premier album via le label Fragile Branch, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Et pourtant, en se penchant un peu plus sur la musique du duo, on s’aperçoit, non sans une certaine surprise, que la guitare et la basse sont troquées pour un piano. Oui, un piano. On sait ce que vous pensez, mais détrompez-vous, l’astucieuse association vaut le détour. Elle vaut même bien plus que ça.

Après une introduction au piano ponctuée de grincements aussi inutiles que désagréables, toute la majesté de Wreche peut s’exprimer. Pour le coup, l’emprise sur l’auditeur est absolument totale. Le pauvre spectateur, assailli de toute part par ces sonorités aussi charmantes que surprenantes, qui aiment à l’hypnotiser au rythme effréné des doigts parcourant les touches du piano, ne sait que penser. Il est parfaitement fascinant de constater que le piano se marie à merveille aux thématiques que le duo veut répandre. Emprunté au vieil anglais, le mot wreche fait référence à une grande misère ou à une détresse profonde. Et même si la musique de Wreche fait preuve d’une distinction et d’une grâce impressionnantes, il est vrai qu’elle dégage également une certaine forme de tristesse.

Le tout est très bien soutenu par les chants éraillés au possible, bien qu’un peu lointain, de John S. Morgan, qui s’occupe aussi de marteler les pauvres touches du piano. Il émane de la musique de Wreche un certain prestige, voire même une forme très pure de magnificence, tellement loin des productions sales et occultes que l’on sait habituelles du black metal. Car le doute n’est à vrai-dire pas réellement permis, par ce qu’elle inspire et par le message de mal-être qu’elle entend faire passer, la musique de Wreche appartient bel et bien au registre du black metal, quoi qu’en disent les puristes. Guitare ou non, Wreche fait du black metal.

Le rythme de jeu de John S. Morgan au piano est parfois affolant, et cela nous confirme effectivement que nous écoutons actuellement un album de metal extrême. La rythmique de la batterie, oeuvre de Barret Baumgart, étoffe comme il se doit un style de plus en plus captivant au fil de l’album. Il est d’ailleurs incroyablement frustrant que l’album ne soit doté que d’une demi-heure de musique. Preuve s’il en est que Wreche a frappé un grand coup. Telle une funeste symphonie, la mélodie du duo, à la fois douce et impétueuse, s’abat avec la force d’un marteau, mais caresse aussi avec la délicatesse d’une plume. Un contraste saisissant pour un album émouvant.

Au sein d’un genre contesté et qui n’est parfois qu’une parodie de lui-même, une bouffée d’air frais telle que celle-ci peut faire office de réel renouveau. Pour son entrée au coeur de la scène black metal, Wreche nous pousse à nous interroger sur le rapport que le genre entretient avec le vaste monde de la musique, et notamment sur sa relation vis-à-vis de la musique classique. Vous avez souvent ri en entendant certains adeptes de black metal annoncer leur amour pour la musique de Wagner ou celle de Chopin, principalement parce que ce sont là deux des compositeurs les plus adulés au sein de la communauté. Peut-être est-ce aussi parce que ces deux branches de la musique sont moins éloignées l’une de l’autre que ce que vous croyiez jusqu’alors.

Finalement, Wreche n’entend pas révolutionner quoi que ce soit, ni même insuffler une quelconque dynamique. Simplement, à l’aide d’un choix technique bénin au premier abord, il donne à sa musique une dimension extraordinairement vaste, peut-être même aussi vaste que la musique elle-même. Pauvre, l’album l’est sans doute un petit peu sur le plan technique, mais lorsque l’on voit ce que les deux américains arrivent à faire d’un piano et d’une batterie, on se dit finalement que le talent est la seule chose qui prime réellement dans ce cas de figure. Wreche sublime sa vision de la musique pour nous offrir un premier album d’une qualité colossale. Un fantastique chef d’oeuvre.

Peut-être ne le mesurent-ils pas encore, mais les deux artistes ont créé quelque chose de grand avec leur premier album. À la croisée des chemins entre un black metal subtil et émotif, et une mélodie au piano actuelle et novatrice, Wreche vient mettre à mal la moitié des albums prévus ou déjà parus pour l’année 2017. En termes de créativité, pour passer devant les américains, il faudra faire fort, très fort. Si Wreche reste fidèle à sa ligne de conduite, une carrière d’exception peut s’offrir à lui. En attendant, jouissez de son premier album. Sans aucun doute l’une des sorties de l’année.


About Maxime (261 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

1 Trackback / Pingback

  1. Les Chants du Hasard – Les Chants du Hasard – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :