Actualités

DIM – Compendium I

Pays : États-Unis
Genre : Dungeon Synth
Label : Indépendant
Date de sortie : 6 Mai 2017

Voilà un mois qu’est sortie la toute première production du projet DIM, officiant dans un registre poétique et léger propre à une certaine partie de la scène dungeon synth. Comme si le nombre déjà impressionnant d’artistes incontournables ne suffisait pas, il a fallu que le projet américain mette la barre très haut dès sa première sortie, et ainsi se faire une place de choix à la table des grands. Voici Compendium I qui, bercé par la grâce et la douceur dont il est riche, fait en sorte que le dungeon synth atteigne des hauteurs insoupçonnables. Et de manière remarquable.


Comme nous le conte avec beaucoup de beauté le petit texte introductif à l’EP, Compendium I nous conte le récit d’un petit royaume paisible et pacifique, où les créatures fantastiques n’ont aucun mal à partager la terre avec les hommes. C’est à la suite d’une petite escapade qu’un ménestrel nous chante donc les louanges et les péripéties de cette région sans histoire. Effectivement, à l’écoute de cette petite merveille d’élégance qu’est Compendium I, difficile de faire le lien avec le dungeon synth conventionnel porté sur des sonorités old school et épiques. Ainsi, à l’aide de la flûte et du clavecin, principalement, DIM nous emmène explorer ses verdoyantes contrées. Il n’a de plus aucun mal à nous émerveiller, tant sa musique se veut belle.

Si nous devions comparer DIM à un artiste de renom au sein de la scène, il serait impossible de ne pas penser à son compatriote de Fief, tant leurs styles respectifs font appel aux mêmes douceurs chez l’auditeur. Encore une fois, le but n’est clairement pas de relater quelconque mystère ou bataille, mais plutôt de faire état de tout le charme de la campagne et de tout l’attrait de l’éclat des fleurs. Seule l’introduction de « King’s Arrival » nous emmène sur un terrain farouche et sauvage. Quarante secondes, et c’est tout, la majesté reprend le dessus bien vite. Ce genre d’album peut sembler fade, mais le travail musical est tel qu’il arrive à tenir en haleine par toutes les images qu’il propose à l’auditeur. Et la chose est rare, très rare.

DIM est en effet un projet rare par sa qualité. Chaque titre, chaque sonorité semble en effet parfaite. Compendium I ne dure certes pas une heure, mais aucune baisse de régime n’est à signaler. Chaque nouveau titre se montre encore meilleur que le précédent, chaque chose est à sa place, comme si la musique avaient été composée par l’harmonie en personne. Rarement la notion de tout aura si bien été retranscrite que dans Compendium I. La première sortie du projet américain fait preuve d’une quasi-perfection que l’on aurait presque peur d’avancer. Rarement le dungeon synth aura été si prenant. Et ce genre l’est déjà tellement…

Vous l’aurez compris sans mal, Compendium I est un album purement et simplement exceptionnel par ce qu’il évoque en chacun de nous. Le travail de l’artiste américain est plus que louable, et nous n’attendons qu’un chose, pouvoir à nouveau jouir de son univers musical unique. Alors que l’été arrive à grands pas, voici l’album à écouter lors d’une après-midi dans le hamac ou à l’occasion d’une balade champêtre. Déjà l’une des sorties de l’année.

About Maxime (321 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :