Actualités

DeepDark & Araphel – Communion

Pays : Russie / États-Unis
Genre : Dark Ambient
Label : Indépendant
Date de sortie : 19 Mai 2017

Et nous poursuivons cette série estivale de chroniques des splits dark ambient. Cette fois-ci, nous retrouvons DeepDark, accompagné pour l’occasion d’Araphel. Les deux projets se rejoignent pour une production à caractère éminemment religieux, sans réelle ambiguïté. Leur rejeton s’appelle Communion, et se divise en huit pistes qui alternent entre les travaux de DeepDark et d’Araphel.

À projet ambient ritualiste, on s’attend logiquement à une abondance de clochettes, d’encensoir, de litanies troubles et autres chants religieux enténébrés. Certes, ces éléments sont quelque peu utilisés ici, mais les deux artistes ont choisi de composer une musique plus abstraite, plus onirique. Votre imagination n’est pas instantanément projetée dans un univers religieux et liturgique. L’espace vous est donné pour constituer votre propre retraite intérieure.

Les musiciens ont conçu leur travail de manière à ce que l’album soit parfaitement homogène. Difficile de distinguer à l’oreille des spécificités permettant d’identifier qui a composé quoi. Globalement, la musique proposée se compose de sonorités profondes, sombres mais pouvant laisser place à une certaine luminosité. Les voix lointaines, les incursions de violon et de piano, les notes fantomatiques se suivent et se mêlent, permettant à différentes ambiances de se déployer. Une certaine angoisse peut bien sûr se manifester, notamment sur « Temple of Hidden Wisdom » par exemple, où les percussions et les voix inversées, classiques mais intelligemment utilisées, viennent vous faire glisser sur la peau une subtile sueur acide. Mais loin de se limiter à vous effrayer, DeepDark et Araphel vous proposent également de ambiances plus dégagées, plus aériennes. « The Silent Twins » par exemple, semble vous placer près d’une cascade, autour de laquelle résonnent d’étranges sons.  Vous n’êtes pas étouffés, vous n’êtes pas saisis aux tripes ni transis, vous êtes simplement présents, à écouter ces sons de barres de metal frappées et ces masses sonores successives. Sur ce paysage de son dense et très abstrait, vous avez la liberté de projeter ce que vous désirez.

Plus la musique avance, et plus l’on s’imprègne profondément de ce voyage sonore conceptuel et éthéré. De petites touches de romantisme, un peu d’occulte, des clairs-obscures troublés, quelques incursions de voix éthérées… Moins sombre que ne le promet son artwork, ce split se fait très agréable dans le sens où il n’est pas fondamentalement immersif. Vous pouvez vous plongez dedans en écoute active et vous noyer dans son enchevêtrement de sonorités si vous le désirez, mais vous pouvez aussi simplement l’écouter comme trame sonore tout en lisant ou en faisant autre chose. Contrairement au dernier split présenté ici, qui lui accapare immédiatement toute votre attention, jusqu’à en devenir presque désagréable si vous avez l’audace de vous en extraire ou de reporter pendant quelques minutes votre concentration.

DeepDark et Araphel offrent une belle étoffe sonore, homogène, assez vague et imprécise pour vous laisser dériver mentalement, tout en orientant habilement vos pensées vers une certaine religiosité, ou au moins vers un cheminement spirituel. Un album qui s’écoute avec ou sans attention particulière, accessible, et franchement agréable pour qui aime l’abstrait en musique. La communion se fait douce, le voyage reste lointain.

About dantefever (148 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :