Actualités

Krolok – Flying Above Ancient Ruins

Pays : Slovaquie
Genre : Black Metal
Label : Hexencave Productions
Date de sortie : 29 Avril 2017

Englués entre l’Europe de l’est, l’Europe de l’ouest et l’Europe du nord, les pays du centre du continent ont parfois un peu de mal à se faire une place à la table des grands. Ainsi, il est clair que l’Ukraine, la Norvège, la France ou même l’Allemagne sont des pays qui sont en général plus mis en avant que la Hongrie ou la Slovaquie. Justement, la Slovaquie est aujourd’hui mise à l’honneur à l’occasion de la sortie du premier album du trio de Krolok. Et les musiciens originaires de la capitale ont pris le temps de bien préparer le terrain dans la mesure où ce premier album est déjà la cinquième sortie du groupe.


Avant même de faire connaissance avec son contenu musical, il faut avouer que Flying Above Ancient Ruins en jette visuellement. Fort de son artwork sans doute réalisé à la main par Dávid Glomba, l’album attire le regard grâce à un attrayant mélange coloré mettant en scène une grande figure enveloppant de vieilles ruines dans la nuit. La chose n’est pas follement originale, toujours est-il qu’elle capte l’attention et amène l’auditeur à se pencher sur la musique du groupe. Cette dernière saura d’ailleurs ravir les adeptes du black metal de la première heure, car ses sonorités ouvertement raw et old school charment autant qu’elles se montrent efficaces. Deux titres de l’album avaient déjà été présentés lors de la sortie d’une démo promotionnelle, mais occultons cela le temps de la chronique.

Il est rassurant d’une certaine manière de voir que des groupes sont là pour perpétrer l’ancienne tradition en 2017. Bien entendu, on est ici très loin des classiques norvégiens, mais le trio s’est efforcé de piocher dans la deuxième vague du black metal pour étoffer sa musique, et quand on voit le résultat, on ne peut que lui donner raison. Les guitares sont assez rarement saturées, et la batterie de Miroslav se contente de battre la mesure avec justesse. Seuls les chants de HV viennent nous rappeler de temps à autre que la beauté dont cet album fait preuve demeure teintée de quelques touches de noirceur. Nous retrouvons donc effectivement au sein de ce groupe certaines des figures de la scène black metal slovaque. En effet, les trois membres font également partie de l’incontournable Malokarpatan, et HV et Miroslav garnissent également les rangs du très talentueux groupe Remmirath. On a vu pire.

Il n’est donc finalement pas surprenant de voir ce premier album faire mouche, surtout lorsque l’on constate effectivement que les trois membres de Krolok ont déjà un certain vécu derrière eux. Ces différents ingrédients ont apporté beaucoup de richesse et de variété à Flying Above Ancient Ruins. Car si cet album est avant tout efficace, il propose également un périple pictural dont feraient bien de s’inspirer un paquet d’acteurs de la scène européenne. Mais là où Krolok surprend, c’est qu’il n’a pas besoin d’en faire des caisses pour transporter son monde, et à l’heure où la surcouche est régulièrement de mise pour apporter de la profondeur à un album, faire preuve de simplicité pour un résultat au moins aussi satisfaisant relève de l’exploit.

Simplement à l’aide de ruptures et de soli bien placés, Krolok parvient à capter l’attention de l’auditeur pour ne plus jamais la lâcher. La durée de cet album aide également sensiblement. Avec seulement un peu plus d’une demi-heure de musique, il devient délicat d’écourter le voyage avant la fin. Malgré tout, les cinq titres de l’album se montrent consistants par leur longueur, ce qui atténue quelque peu la frustration due à la durée un peu courte de Flying Above Ancient Ruins. Krolok sait définitivement manier la musique avec énormément d’efficacité. Mentions spéciales aux ruptures de « The Wanderer Ascends » et à l’atmosphère secrète et intimement dungeon synth de la piste éponyme. Sans faire de bruit, Krolok s’installe comme un incontournable.

Oui, l’Europe centrale a d’innombrables pépites à proposer. Et bien évidemment, les cadors de Krolok nous ont offert au mois d’avril l’une de ces pépites, avec la sortie de l’excellent Flying Above Ancient Ruins. Rien d’extravagant au programme, simplement un black metal sobre et bien ficelé, quelques touches ambient utilisées avec la plus grande parcimonie, et voici un album exceptionnel par sa capacité à tenir l’auditeur en haleine du début à la fin. Peut-être que Krolok manque un peu de rayonnement en Europe, peut-être qu’une bonne partie de la communauté black ne connaît pas encore son nom. Qu’à cela ne tienne, le trio vient peut-être de signer l’une des meilleures surprises de l’année.

About Maxime (360 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :