Actualités

Eternal Alchemist – Demon Summoning

Pays : Allemagne
Genre : Black Metal
Label : Golden Age of Blasphemy Production
Date de sortie : 30 Avril 2016

Passer à côté de sorties de cette qualité est franchement déplorable. Avec le temps, on devient critique. On recale parfois, un peu facilement il est vrai, une bonne partie des albums qui nous sont proposés à l’écoute, voire on ne prend même pas le temps de jeter une oreille dessus. Et un an plus tard, on se mord les doigts, et on se demande comment a-t-on pu laisser passer de telles perles. Eternal Alchemist aurait mérité une bien plus grande attention au moment de la sortie de son premier album Demon Summoning, et on ne peut qu’essayer de réparer le tort une année après.

Demon Summoning a été révélé en avril 2016 par une écurie allemande, Golden Age of Blasphemy Production. Tout un programme en un seul nom. Et on peut dire que le label a été particulièrement bien inspiré. Eternal Alchemist a beaucoup de choses à dire. À commencer par son artwork qui ne manque vraiment pas de charme, artisanal jusqu’au bout des ongles comme on les aime dans le black metal traditionnel. Et traditionnel, Eternal Alchemist l’est fichtrement. Le one-man-band venu de Germanie officie dans le black metal inspiré de l’école finlandaise, mélodique, possédé et occulte. La production trouve le juste équilibre entre lisibilité et authenticité grésillante. Comprenez que tous les instruments et toutes les mélodies sont bien audibles, sans pour autant être diminuées par un son trop clair et clinquant. Nous sommes clairement dans le black metal fait à l’ancienne. Le meilleur, si l’on me demandait mon avis.

Concrètement, Eternal Alchemist n’a pas grand-chose de particulier. Soit vous accrocherez, soit vous n’accrocherez pas. La différence se fera sur votre appréciation des mélodies. À l’exemple de Sargeist, la musique ci-présente mise tout sur la capacité à conquérir le cœur des auditeurs par des mélodies prenantes, ensorcelantes. La plupart est en trémolo, évidemment, mais se décline également en arpèges hypnotiques et en picking plus classique. La majorité du temps, la batterie blast ou pose des rythmes soutenus, les trémolos déploient leurs splendides mélodies pleines d’emphase, et le jeu se calme régulièrement pour laisser percer des éclaircies. Le tout est parcouru par le chant rauque et puissant d’Unkraut, maître à penser du projet.

Eternal Alchemist a un certain sens de l’épique. Pas épique comme dans Immortal, mais plutôt épique dans le sens poignant, un rien tragique peut-être. Comme Sargeist, Eternal Alchemist met dans sa musique énormément de passion, de l’emphase et des émotions fortes, sans jamais trop en faire. Les mélodies sont porteuses et puissantes, sans jamais devenir théâtrales ou outrageusement affectées. Au contraire, la musique sur Demon Summoning respire la sincérité, l’authenticité et la composition mûrement réfléchie. Les chansons durent six minutes maximum, tournent globalement autours de cinq, et sont construites de manière intelligentes. Pas de longueurs rébarbatives, pas d’approximation. La batterie est livrée au naturel, la basse est bien audible, l’aspect raw est bien présent sans exagération… Rien à redire, l’album n’a pas de défaut formel.

Comme dit plus haut, l’appréciation de cet album se fera selon vos goûts en matière de mélodies. Il faut tout de même dire que cet album surnage au milieu des multiples productions black metal. La construction ne souffre d’aucun défaut, les mélodies sont particulièrement bien trouvées, l’enregistrement est très satisfaisant. Une production de black metal underground qui se démarque franchement des autres. On ne note rien d’original, ni aux niveau des thèmes abordés ni dans la musique en elle-même, mais à une époque où l’on pourrait se dire que la saturation de la production black metal amène à une dilution de la qualité des albums composés, Eternal Alchemist vient récompenser ceux qui prennent encore le temps de s’immerger dans la masse des sorties pas forcément mises en valeurs par les labels prestigieux.

L’Allemagne est décidément un pays qui déçoit rarement en termes de black metal. Le territoire foisonne de groupes et de labels de qualité. Eternal Alchemist n’a pas eu la chance d’être reconnu à sa juste valeur lors de sa sortie, et il fallait au moins lui donner l’opportunité de toucher quelques personnes de plus. Si vous manquez de black metal de qualité inspiré par les grands maîtres finlandais, vous voici servis. Homogène sans être monolithique, Demon Summoning a toutes les qualités pour figurer dans les groupes à suivre de près.

About dantefever (125 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :