Actualités

Les Chants du Hasard – Les Chants du Hasard

Pays : France
Genre : Black Metal Orchestral
Label : I, Voidhanger Records
Date de sortie : 23 Juin 2017

On entend souvent dire, la plupart du temps de la part de ses détracteurs, que le black metal est un genre pauvre techniquement. Concernant certains projets, sans doute, concernant d’autres, absolument pas. C’est ainsi le cas de Les Chants du Hasard, projet français de black metal orchestral, qui vient de sortir son tout premier album. Ce dernier arrive au sein de la scène black metal tel un véritable ovni, tant ses spécificités en font un album à part. Nous vous parlions de Wreche il y a de ça quelques temps, mais le one man band français va bien plus loin que les américains…


Le terme orchestral compris dans le genre auquel appartient Les Chants du Hasard ne doit pas vous abuser. Si le black metal qui est ici est orchestral, il n’est évidemment pas symphonique. Cela signifie que le seul caractère technique propre au black metal traditionnel présent dans cet album est le chant. Oui, c’est tout. Et encore, les chants éraillés ne constituent pas la seule complainte qui émane pernicieusement de l’album. C’est plutôt par son essence et ses évocations que Les Chants du Hasard clame son appartenance au genre black metal, et le travail de sa tête pensante, Hazard, n’en demeure que plus impressionnant.

Derrière un artwork somptueux réalisé par la valeur sûre que représente Jeff Grimal, se cache un album aux atours bien plus imprévisibles et inaccessibles que prévu. En effet, Les Chants du Hasard n’est pas un simple album de musique, ou du moins, il serait incroyablement réducteur de le réduire à ce simple caractère, car le travail de fond pour faire de lui une oeuvre unique est considérable. Outre la musique, sur laquelle nous reviendrons par ailleurs, Hazard a effectué un travail d’écriture remarquable concernant les paroles de chaque titre. Plutôt que de se cantonner aux limites de la forme versifiée, l’artiste français a laissé libre court à son imagination et a fait de chaque titre un chapitre, et les a accompagnés d’un court passage de prose, qui rappelle effectivement Les Chants de Maldoror, par le talentueux Comte de Lautréamont.

La qualité littéraire des textes qui accompagnent les titres sublime à merveille une musique majestueusement sombre, et qui vient captiver l’attention de l’auditeur avec une simplicité étonnante. De suite, difficile de ne pas penser à toutes les influences classiques qui ont inspiré notre artiste, de Prokofiev à Mussgorsky, en passant évidemment par Strauss. Si l’aspect technique est la seule chose à vous émouvoir dans le black metal, il est clair que rien ne pourra vous faire percevoir le lien qui existe entre ce genre et l’album dont il est question. Mais si la question de la perception n’est pas un problème pour vous, sachez que vous avez l’occasion d’embarquer pour un voyage absolument extraordinaire au sein d’une oeuvre picturale, musicale et littéraire qui sait charmer avec la manière.

L’âme de Les Chants du Hasard dépasse même le simple cadre musical. L’album transcende tellement qu’il devient ridicule de limiter son champ d’action aux simples évocations musicales. Il joue sur plusieurs tableaux, et, portés par une composition et une production sans faille, il fait mouche dans bien des secteurs. Riche de six titres de longueur similaire, soit autour des sept minutes, Les Chants du Hasard nous dépeint un récit de contemplation marqué du sceau de l’indifférence et parfois même du dégoût. Le narrateur nous conte son aversion naissante pour l’espèce humaine, ainsi que tous les vices et reproches qu’on peut lui faire. Le tout est porté par un orchestre aux variations prenantes et à la puissance impressionnantes.

Il devient vain de mettre des mots sur un chef d’oeuvre pareil, tant ils semblent futiles face à une telle vision du monde et de l’humanité. Aussi, aucun titre en particulier n’est à dégager de l’ensemble, car Les Chants du Hasard est un tout à part entière, il est bien évidemment indivisible, et ne saurait être écouté que partiellement. Il perdrait ainsi toute son essence et sa force dévastatrice. Il s’agit là d’un album que l’on écoute encore et encore, à la recherche des moindres détails disséminés çà et là par l’artiste. La mariage fantasmatique qui unit la musique classique au black metal a peut-être enfin trouvé son hymne.

Sans trop nous avancer, il est clair que le projet français Les Chants du Hasard a frappé un grand coup à l’occasion de la sortie de son premier album. Ce dernier, non content de repousser énormément les limites du black metal, se permet en plus de l’associer à un autre genre, le tout de manière très risquée. Si le pari pouvait se vautrer en beauté, force est de constater que Hazard a mis les bouchées doubles pour faire en sorte que tout se passe de la meilleure façon qui soit. C’est effectivement le cas, et c’est peu de le dire. Les Chants du Hasard vient sans doute de signer l’une des sorties de l’année. « Ennuyé, je détournai mon regard. »

 

About Maxime (257 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :