Actualités

Ulven – Void Worship

Pays : États-Unis
Genre : Black Metal
Label : Indépendant
Date de sortie : 22  Juin 2017

Ulven semblait originellement linéaire, peu original, ennuyeux et finalement bien long, malgré les trente-huit minutes au compteur de son premier album. Après quelques jours d’écoute, il se révèle finalement être un projet quelque peu exigeant, mais plein de subtilités et porteur d’une vraie émotion. Derrière ses airs d’album de black metal très classique, Void Worship cache une vraie profondeur et un travail de composition assez léché. Le genre d’album qui demande du temps, mais qui ne fait pas regretter de lui en avoir consacré, et qui ne laisse même pas rancunier de l’âpreté initiale.

Ulven vient des États-Unis, de l’Ohio plus précisément, et n’a rien à voir avec son quasi-homonyme norvégien. Quoique… Plus d’éléments que ce que l’on pourrait croire rapprochent les deux projets, en y repensant. Dans son Void Worship, Ulven déploie un son raw et lourd, bien consistant. Les guitares sont résonnantes et épaisses, la basse sonne comme un ressac saturé toujours audible. La voix officie dans un registre déchiré sans être trop haut-perché, pas vraiment rageuse, mais plutôt déclamée. La particularité d’Ulven vient donc de ses mélodies, un peu comme pour le premier Eternal Alchemist.

Et cela tombe bien, puisqu’il y en a de fort belles dans les chansons du groupe. Jamais bien compliquées, souvent répétées, mais jamais lassantes. Sean Deth, unique membre du groupe, a visiblement bien travaillé leur mise en valeur et leur variété. Les trémolos picking arrivent à poser des ambiances vraiment poignantes, comme sur « Moonless ». Une autre particularité d’Ulven se situe dans l’incorporation dans ses chansons de parties folk à la guitare réverbérée, soutenues par la basse. Si ce genre d’élément n’a rien de nouveau ni même d’original dans le black metal, celles-ci sont particulièrement bien composées, assez rêveuses et douces au milieu des chansons fortes en émotions qui les encadrent. « Wülfcult » vient par exemple apporter une énergie punk à l’album, qui n’est par ailleurs jamais réellement violent. Pour sympathique que soit la chanson, elle est sans doute la moins prenante de l’album, se reposant sur un riff entraînant une fois, deux fois… Mais pas plus.

Heureusement, cette piste sert de transition entre les deux moitiés du disque. Et passée cette bonne dose d’énergie tout de même un peu redondante, les trois dernières chansons ne sont plus que des chefs d’œuvres. « Worship of Drowned Idols » vient installer son mid-tempo arpégé hypnotisant, parvenant à insuffler un vrai climat désolé et mélancolique, avant de passer à un riff blasté reprenant les arpèges en y ajoutant une vitalité désespérée. Votre serviteur est pourtant assez taquin en ce qui concerne les mid-tempi dans le black metal, mais ici, rien à redire… Surtout que la piste se termine sur une nouvelle partie à la guitare clean de toute beauté, plus apaisée et caressante. Dernière « vraie piste » de l’album, « Funeral Lights » instaure un riff magnifique, d’abord joué sur une guitare folk puis repris en saturé dans une ambiance mortuaire et pleine de regret. Une très, très belle piste. Enfin, « Void Worship » conclue le disque avec six minutes de de nappes de claviers entrecoupées de notes de synthé un rien trop appuyées. Une bonne conclusion, pour un album franchement réussi.

Comme Ulver, Ulven décide de ralentir très régulièrement le tempo, d’insérer beaucoup de parties folk et surtout de mettre le plus d’émotion possible dans son black metal. Nous sommes en plein black metal occulte tourné vers l’au-delà pour Ulven, et non plongés dans les anciens contes nordiques, mais les émotions se manifestent des deux côtés avec force et sincérité. Cette comparaison entre les deux groupes vaut ce qu’elle vaut, mais rassemble les démarches des deux projets sous une même égide. Et il se trouve que souvent, le black metal est au paroxysme de sa capacité à toucher quand il se plie à ses propres codes, tout en épousant l’intériorité de ses pratiquants.

Ulven réussit à composer un black metal classique mais personnel, et de qualité qui plus est. Nous n’en demandons guère plus pour être convaincus. Il ne s’agit pas d’un bon disque parmi tant d’autres, mais bien d’une manifestation de l’aspect tout personnel et individuel dont le black metal peut se parer. Ulven est touchant, émouvant, poignant par moment. Comme pour toute œuvre très personnelle, il est parfois difficile d’apprécier dès la première écoute. Mais Void Worship en vaut la peine, croyez-le bien !

About dantefever (149 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :