Actualités

Kassad – Faces Turn Away

Pays : Royaume-Uni
Genre : Black Metal
Label : Hypnotic Dirge Records
Date de sortie : 6 Juillet 2017

Au royaume du black metal, heureux soit l’apeuré, car il donne du crédit à la musique qui le touche au plus profond de son être. Voici comment nous pourrions résumer avec plus ou moins d’évasion ce qui nous fait aimer ce genre musical. Le black metal cristallise certaines de nos peurs les plus prenantes. Kassad aussi. Loin d’offrir un ouvrage dont l’effroi qu’il inspire résiste à tous les artifices, la formation britannique peut au moins se targuer de faire régner un climat hautement anxiogène au sein de sa musique. Le projet londonien revient en juillet avec Faces Turn Away et une sérieuse envie de tourmenter son monde. Claustrophobes s’abstenir.


L’aspect passéiste du black metal, tout le monde connaît. En revanche, loin des idéaux païens et autres odes à la gloire d’une période plus que révolue, la formation londonienne de Kassad s’inscrit dans des thématiques autrement plus actuelles. Ainsi, le mépris de la vie urbaine moderne est l’une des joyeusetés au menu de ce premier album, sorti un peu plus d’un an après Humans. Riche d’un style irrespirable et affolant, le projet remet le couvert avec un album qui a tout pour propulser son ou ses auteurs (peu d’informations filtrent sur Kassad) sur le devant de la scène. En soi, Kassad n’a rien de bien original à nous proposer sur le papier. Sa musique est assez classique, avec un black metal qui peut se montrer très rapide ou très lent, sans réellement connaître de demi-mesure, et on y décèle également d’infimes touches post-black, pour le côté émotionnel me direz-vous. Malgré cela, Faces Turn Away a une force de frappe phénoménale

Dès le commencement de « Shame », l’auditeur est plongé au coeur d’une minuscule pièce, dangereusement prostré aux côtés de ses plus atroces cauchemars. Kassad martèle un black metal horrifique et angoissant au possible, bien qu’il n’en ait pas réellement les aspects techniques. Mais dans par ses chants, sa rythmique, et par toute la peur qu’il inspire, le projet londonien dépeint une ignoble toile montrant les limites grotesques de l’être humain. Faces Turn Away est un album qui veut du mal à la vie, il la montre du doigt en énumérant toutes les choses qui font d’elle une futilité destructrice. Kassad nous sert donc un album riche d’une petite dimension spirituelle plutôt intéressante. Mais le plus important demeure sa musique.

On ne va pas se mentir. Sur le plan structurel, cet album ne fait pas dans la variété la plus incroyable. La construction de chaque titre fait alterner des tempos tantôt diablement vifs, tantôt plus posées et enclin à faire vriller notre âme vers l’un de ses penchants les plus obscurs. Mais si le rythme tombe de temps à autre, on ne peut clairement pas en dire autant de l’étau qui se resserre dangereusement autour de notre gorge. Car oui, Kassad est avant tout ici pour nous asséner sans répit un black metal effrayant et pour nous faire passer son message anti-moderniste. Et naturellement, il s’en donne les moyens.

À l’aide de titre plutôt longs (sept titres pour trois quarts d’heure de musique), Kassad instaure petit à petit son atmosphère glaçante autour d’un auditeur qui a de plus en plus de peine à comprendre quel marasme il tente de s’approprier. La chose paraît banale à l’échelle du genre, mais elle est en réalité très prenante, tout simplement car Kassad sait faire évoluer sa musique au moment opportun. Faces Turn Away déploie sa force dévastatrice quand il le faut, tout comme il fait baisser la température juste avant que l’auditeur sombre. En somme, il met à mal l’état mental de son auditeur pour repousser toujours plus loin les sensations éprouvées durant l’écoute de cet album.

Kassad applique à merveille les principes de l’efficacité pour donner naissance à un album qui inspire la peur et l’enfermement. Le monde d’aujourd’hui se veut menaçant, et le projet anglais tient à le rappeler à l’aide d’une musique qui fascine autant qu’elle foudroie. Kassad n’a pas accouché d’un chef d’oeuvre incomparable, et peut-être n’en sera-t-il même jamais capable. Mais Kassad vient de signer un album très cohérent, surtout pour une première sortie. C’est lorsqu’il effraye que le black metal adopte sa forme la plus attirante, et Faces Turn Away sublime tout cela avec la manière.

About Maxime (321 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :