Actualités

Florilège de black metal tricolore

Quels meilleurs jours que ceux englobant la fête nationale pour se rappeler au bons souvenirs des quelques albums qui ont fait la fierté de la scène black metal française ? Ceci étant, aucun album fondateur n’aura sa place parmi cette modeste sélection, qui a surtout vocation à dépoussiérer quelques pépites passées, récemment ou non. Riez, car la France n’a à rougir devant aucune des scènes black metal qui composent la scène mondiale. Ainsi, sachez l’apprécier à sa juste valeur. Jamais homme noble ne hait le bon vin.

Malevolentia – République (2016)

« Voici de quoi sérieusement vous réconcilier avec le black metal symphonique, qui véhicule tant d’aprioris, la faute à de nombreux groupe un peu éclectique au goût de la maison. Malevolentia use qui plus est de très pertinente thématiques propres à la riches histoire de France, si bien que l’écoute de République n’en demeure que plus enrichissante. »

Régiment – On les aura! (2015)

« Un black metal cru et terreux sur le thème des guerres du XXème siècle, et voici que Régiment vous offre son unique album, sorti en 2015. On les aura! aura à coeur de vous prendre par la main au rythme des thématiques belliqueuses qui lui donnent corps. Une écoute parfaite pour effectuer un voyage dans le temps, à l’époque où le patriotisme était l’un des piliers de l’Hexagone. »

Murmuüre – Murmuüre (2010)

« Un bien curieux album que voici. À mi-chemin entre l’avant-garde et l’ambient, Murmuüre propose un black metal stochastique et hypnotique qui n’a pas la moindre difficulté à exercer sur l’auditeur une emprise des plus féroces. Sans soute l’album le plus abstrait de cette sélection. Un voyage fantasmagorique. »

Olc Sinnsir – The Throne of Dead Emotions (2003)

« Quel dommage que la formation francilienne n’ait eu qu’un unique album à son actif. Et quel album. The Throne of Dead Emotions est un album rempli de haine, et il chante l’animosité à qui veut bien s’en imprégner. Un sympathique condensé d’agressivité s’il en est, mais une agressivité pleine de cohérence et de rectitude. »

Wyrms – Morcar Satoric – Les VI Chemins du Crépuscule (2013)

« Le black metal pratiqué est véloce, mélodique et souvent épique. On fait difficilement plus traditionnel que Wyrms, avec ses artworks dessinés à la main, sa production franche et authentique et ses textes en français. Discret sur scène et peu communiquant, Wyrms a deux albums, un EP, une démo et un split à son actif. Ce dernier album est sans doute ce que le groupe a fait de mieux, entre vifs assauts de trémolos mélodiques et passages plus mélancoliques. »

Nécropole – Nécropole (2016)

« La compilation présentée contient les deux démos du groupe, Atavisme et Ostara. Le black metal de Nécropole s’inspire pas mal de la scène finlandaise, avec ses mélodies possédées qui feront parfois penser au premier Catacombes. Comme pour Wyrms, les textes sont en français, empreints de mysticisme et de vieilles haines. Une belle musique, aussi revancharde que déterminée, qui arrive à toucher par son rappel constant au passé. »

Khaos-Dei – Tell Them Lucifer Was There (2015)

« Si le second disque de Khaos-Dei se faisait beaucoup moins destructeur et violent que son grand frère, il s’est aussi peut-être fait moins marquant. Le patriotisme virulent de Khaos-Dei s’exprime avec force et puissance dans ce disque, reprenant des airs qui s’oublient petit à petit sous le poids des décennies. L’amour de la France n’est pas présent dans les paroles, mais plutôt dans les mélodies, qui, on ne sait pourquoi, donnent envie de se replonger dans le passé de son pays. L’atavisme de la patrie enfoui dans les cervelles qui émerge au contact de mélodies imprégnées d’une culture spécifique. »

Peste Noire – La Sanie des Siècles – Panégyrique de la Dégénérescence (2006)

« Peste Noire ceci, Peste Noire cela. Toujours est-il que le premier album de la formation controversée est riche d’une musique fort bien travaillée et d’un rappel du terroir dont peu d’albums peuvent se targuer. Loin de l’atmosphère des derniers albums, La Sanie des Siècles se veut authentique au possible, et se donne musicalement les arguments pour exister. »

Alcest – Tristesse Hivernale (2001)

« Bien avant que le projet de Neige ne s’exporte du côtés du blackgaze, Alcest officiait dans un registre black metal en adéquation parfaite avec un vision traditionnelle du genre, ce qui nous a notamment offert cette excellente démo. Pour les nostalgiques, voici de quoi faire renaître les heures les plus noires du projet français. »

Aorlhac – À la Croisée des Vents (2008)

« Difficile de clore cette sélection sans évoquer un groupe chantant les louanges de l’époque médiévale. C’est le cas d’Aorlhac, qui nous transporte littéralement au Moyen Âge occitan au rythme de son black metal épique et furieux comme il se doit. De quoi clore une belle après-midi passée à réécouter certaines pépites du black metal français. »

About Maxime (261 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :