Actualités

Sons of Crom – The Black Tower

Pays : Suède
Genre : Epic Heavy Metal
Label : Nordvis Produktion / Bindrune Recordings
Date de sortie : 18 Août 2017

Décidément, Quorthon a décidé d’envoyer son souffle depuis les Salles de Valhöll en ce moment. Ereb Altor a déjà rendu un bel hommage à Bathory, et c’est maintenant le tour de Sons of Crom, venu du même pays. La Suède porte haut les couleurs de Quorthon, et cela fait plaisir à voir. Les fils de Crom ont eux aussi des louanges à adresser à Bathory, et The Black Tower va faire gonfler des poitrines cet été !

Sons of Crom tire son nom de l’univers de Robert E. Howard, le géniteur de Conan le Barbare et de Solomon Kane. Dans la pure tradition heavy metal, Sons of Crom s’inscrit dans la lignée des groupes passionnés de Sword and Sorcery, narrant de puissantes histoires dans un monde âpre et dur où l’héroïsme et les exploits guerriers sont un mode de vie. On pourrait parler de heavy metal épique, mais quelques incursions de black se font entendre, comme au début de la première piste « In the Fire Reborn ». Blast, trémolo, puis rythmique heavy. Les chœurs virils et les accords de guitare folk rappellent immédiatement Bathory, période Nordland. La grandiloquence et la majesté sont bien présents, la musique de Sons of Crom est construite toute en puissance et en évocation. La guitare folk fait de multiples apparitions tout au long de l’album, soutenant les compositions et leur donnant une atmosphère plus riche et plus profonde. La formule est certes classique, mais particulièrement bien appliquée, et avec un vrai talent pour créer des passages marquants.

« Fall of Pandemonium » donne lieu à quelques passages plus power, nerveux et rapides, très mélodiques. On est emporté sans aucun soucis dans un autre âge. La production donne un bon coup de main, ajoutant une dose de puissance supplémentaire. Sons of Crom n’hésite pas à utiliser beaucoup d’orchestrations au clavier, et s’offre le luxe de quelques vrais instruments, comme le violon, sur l’introduction de « Step of Doom » ou sur « Viimeninen Laki ». Ainsi, les passages plus calmes où les orchestrations prennent le dessus sont assez nombreux, et réussissent à tirer l’album vers le haut là où ils auraient facilement pu l’alourdir.

L’album commence très bien, c’est sûr. « Legacy » vient faire office d’interlude après deux morceaux bien heavy, et c’est là que les premiers gros frissons de l’album viennent courir sous la peau. Dans la lignée d’un « Ring of Gold », ce morceau entre intimisme et épique est bâti autour d’un chant bas et grave, entrecoupé de mélodies instrumentales d’une rare beauté. On est venu chercher la bagarre et les batailles, et on trouve la paix. C’est tout de même magnifique, un groupe qui arrive à surprendre et à surpasser ce que l’on pourrait attendre de lui. Magnifique chanson, qui mériterait presque à elle seule l’achat de l’album.

Mais ce serait sans compter sans la suite ! « Black Wings Up High » débarque avec ses gros accords heavy, et le refrain en ascension de plus en plus aigu accroche bien. On regrettera tout de même une légère redondance sur le refrain passé les deux tiers de la chanson, en particulier quand il passe un ton au-dessus, mais rien de grave, vraiment. S’ensuite le chef d’œuvre du disque, « Summoning the Starborn« . Voici la seconde raison d’acheter cet album ! Six minutes de pure perfection musicale. Dès le début, le rythme des guitares et de la batterie surplombé par les magnifiques orchestrations prennent aux tripes. Tout y passe, l’émotion, l’aspect prenant et galvanisant, l’exultation… Morceau d’exception, avec des mélodies inoubliables. Vous qui aimez partir dans d’autres mondes, Sons of Crom vous salue !

Sitôt la conclusion « Rebirth of the Sun » passée, on a juste envie de relancer le disque. La musique de Sons of Crom est immédiatement jouissive, bien composée, ambitieuse, puissante et majestueuse. Tout ce que l’on attend d’un disque de heavy épique qui parle d’aventures dans un autre univers. Tout ce que l’on attend, et même plus à vrai dire. Votre serviteur ne s’attendait pas à autant apprécier ce disque, réellement marquant ! Le heavy épique ne se limite pas aux groupes sans intérêt tous semblables les uns aux autres au son ultra-lisse. La Sword and Sorcery a encore de beaux jours devant elle, et est toujours parfaitement capable d’inspirer de belles œuvres musicales.

Du heavy metal travaillé, classique, plein de talent et de choses à dire, le tout traversé par l’esprit de Bathory. Franchement, on ne pouvait pas souhaiter mieux. Si le black metal vous devient hermétique à mesure que le temps devient estival, vous serez heureux de vous tourner vers les deux guerriers de Sons of Crom, qui vous emmèneront volontiers vivre d’incroyables histoires à leurs côtés !

About dantefever (139 Articles)
Salut vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :