Actualités

Antichrist Siege Machine – Morbid Triumph

Pays : États-Unis
Genre : Black Death / Thrash Metal
Label : Stygian Black Hand
Date de sortie : 25 Août 2017

Aujourd’hui, nous cessons définitivement d’être raffinés et subtils, ou d’essayer de l’être. Soyons honnêtes deux minutes, c’est fatiguant, ça ne sert à rien, et surtout, c’est beaucoup trop difficile. Acceptons d’être des bêtes primaires et impulsives mettant leurs rares neurones au service de la création d’hymnes proclamant sur le monde le règne de la violence et de la brutalité. Wearg avait déjà bien commencé le travail d’anéantissement de toute trace d’intelligence il y a quelques mois, mais certains irrécupérables résistants ont encore besoin d’un assaut de violence démesuré et primitif pour définitivement cesser d’essayer d’échafauder péniblement des embryons de raisonnements logiques. Antichrist Siege Machine est là pour ramener dans le bas chemin ceux qui tentent d’échapper à la bestialité.

Antichrist Siege Machine… Tout un programme. En trois mots tout est dit. L’entité américaine est un duo mélangeant death, black et thrash metal pour en faire un gigantesque bélier destiné à enfoncer les portes des Cieux. Plus death qu’un Impiety, plus écrasant qu’un Angelcorpse, moins black qu’un Diocletian ou qu’un Vesicant, le groupe se distingue par un soupçon de crust tout en finesse qui parachève ce patrimoine génétique dans lequel chaque chromosome est dédié à la bestialité.

Après une introduction à base de ferraille traînée sur un sol en béton brut semble-t-il, le bélier bicéphale entame sa charge. Et autant vous dire qu’on ne fait pas dans la broderie fine. Il s’agit ici de détruire, massacrer, mettre à bas, puis éparpiller les morceaux. Pluie de blasts, tempête de guitare à ascendance suédoise, pilonnage de basse en fond, éructations primitives… La formule existe depuis des décennies, mais ASM a un talent très supérieur à la très grande majorité des groupes officiant dans le style. Les mélodies sont directement inspirées du death à la Entombed, ultra-directes. Les patterns de batterie sont plus travaillés que ce à quoi on pourrait s’attendre, et rajoutent une certaine diversité aux assauts du monstrueux duo. Ne vous y trompez pas pour autant, tout dans la musique des américains est dirigé vers la violence totale. L’artwork vous donnait déjà quelques ténus petits indices, si vous regardez bien…

L’EP est court, beaucoup trop court. On aimerait être plongé dans cette charge cataclysmique pour une bonne demi-heure au moins, et pas simplement pour une petite vingtaine de minutes. On ne saurait dire comment, mais ASM a quelque chose de viscéralement violent, qui dépasse la simple agression sonore pour aller faire bouillir les tripes de l’auditeur assommé de violence. Les quelques soli chaotiques typiques de ce genre de musique, très courts et sifflants, ajoutent encore une strate de chaos à cet ensemble de fin du monde par la guerre. Pour vous donner le temps de ramasser vos membres tombés pendant l’attaque, ASM a même calé quelques parties plus mid-tempi, énergiques et galvanisantes, parfaites pour avaler sa salive avant de repartir joyeusement marteler à tout-va. Pour parachever le tout, le groupe s’est doté d’une production parfaite, toute en lourdeur et en puissance.

ASM a tout compris à la guerre, et décharge avec une haine intarissable ses  chargeurs et canons sur quiconque ose s’approcher de lui. La machine de siège est faite de tout ce que la musique a su faire de plus violent et de plus haineux, et ne laisse aucune chance à ses victimes. Laissez tomber Drudkh et Lunar Aurora, ça ne vous apportera jamais rien. Ce qui compte, c’est de détruire, détruire encore, et ne laisser qu’un magma de cendres et de chairs anéanties. Vous avez déjà fait la bêtise de rester assez civilisé pour être capable de lire cette chronique, ça fait déjà une grave erreur, alors n’en commettez pas une deuxième, et allez écouter Antichrist Siege Machine. Vous avez rendez-vous avec la guerre.

About dantefever (160 Articles)
Bonsoir

1 Trackback / Pingback

  1. Osi and the Jupiter – Uthuling Hyl – Heiðnir Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :