Actualités

Hell Mask – The Secret Fire of Agartha

Pays : États-Unis
Genre : Old-School Ambient / Dungeon Synth
Label : Indépendant
Date de sortie : 31 Août 2017

La musique électronique se veut incroyable vaste, et bien que le dungeon synth conte des récits d’un autre temps ou d’un autre monde, il appartient bel et bien à cet extraordinaire répertoire. Seulement voilà, une simple touche extérieure aux codes originels du genre suffit à le faire dévier de son but initial, parfois avec un résultat très moyen, mais parfois avec des conséquences presque merveilleuses. Il y a peu, le projet américain Hell Mask a mis au monde sa cinquième sortie, intitulée The Secret Fire of Agartha, et son approche du dungeon synth vaut assurément le détour. Bienvenue dans vos propres rêves.


Pour quelqu’un qui ne connaît pas particulièrement le projet californien, difficile de savoir ou même de deviner ce que pourrait contenir The Secret Fire of Agartha. Mais fort heureusement, dès le premier titre, l’auditeur est plongé dans une torpeur absolument époustouflante que seuls les albums aux atours old-school parfaits sont capables de produire. Hell Mask, c’est effectivement du dungeon synth, mais pas uniquement. Imaginez un mélange entre ambient old-school, dungeon synth minimaliste, et musique électronique confidentielle des années 1970. L’assemblage est déroutant, je vous l’accorde de bonne grâce, surtout qu’il pourrait tout aussi bien être lacunaire ou incomplet. Car Hell Mask, c’est tellement plus que cela.

The Secret Fire of Agartha nous conte différents événements ayant lieu à Agartha, contrée mythique apparue pour la première fois dans la littérature française du XIXème siècle. Selon le mythe qui lui est associé, Agartha est un royaume souterrain où la connaissance et les pouvoirs surnaturels sont légion. Le royaume va par ailleurs dans le sens de la théorie de la Terre creuse. Une fois ces quelques précisions thématiques faites, revenons sur la musique du projet américain. De manière générale et pour la majorité des titres composant l’album, c’est effectivement une vision assez classique du dungeon synth qui semble être proposée aux auditeurs, mais lorsque l’artiste prend quelques libertés, notamment sur quelques pistes typées ambient, l’atmosphère de The Secret Fire of Agartha prend de suite des accents plus majestueux.

La musique de Hell Mask est riche d’une dimension vintage parfois très impressionnante, elle semble d’ailleurs emprunter certains de ses codes à la musique électronique soviétique des années 1980, je pense notamment à l’artiste russe Edouard Artemiev, dont certains travaux se rapprochent parfois de l’ambiance présente sur The Secret Fire of Agartha. Assurément, notre artiste américain sait chercher l’inspiration là où il faut. Mais surtout, il arrive à faire de sa musique quelque chose de fabuleusement éthéré et distingué. Jamais une note au dessus d’une autre, et toujours ce climat doucereux et rassurant, comme si l’on vous prenait par la main pour vous faire découvrir quelque chose d’absolument inouï. La musique de Hell Mask, c’est avant tout un voyage dont vous n’êtes pas prêt de vous lasser.

The Secret Fire of Agartha aurait très bien pu sortir il y a trente ou quarante ans que personne n’aurait rien remarqué, tant son contenu s’inspire de ce qui était en vigueur à cette époque. Et à l’heure où le dungeon synth se rapproche parfois de la qualité technique et sonore des grosses productions qui illustrent les films, il est tout à fait satisfaisant de voir que certains artistes préfèrent regarder derrière que devant. À l’exception de « The Unspeakable Abomination From the Void », les titres de l’albums sont relativement courts. Si la chose est assez frustrante au premier abord, elle pousse surtout l’auditeur à réécouter chaque titre une ou deux fois, ou même à renouveler l’expérience apportée par The Secret Fire of Agartha autant de fois que nécessaire pour déceler toutes les richesses que contient l’album.

La piste précédemment évoquée est une parenthèse de noirceur bienvenue à la fin de l’album. « The Unspeakable Abomination From the Void » est sans doute la principale piste dark ambient proposée, et son atmosphère incertaine nous prouve que la sérénité en vigueur jusqu’alors n’est peut-être pas aussi solide qu’escompté. Une seule piste se situe un peu en deçà des autres, il s’agit de « Battle With the Crystal Troll ». Mais après tout, rien ni personne n’est parfait. Hell Mask est finalement un projet plein de ressources, et il en possède peut-être même davantage qu’une bonne partie de la scène actuelle, n’en déplaise à nos amis russes. De son commencement à son terme, The Secret Fire of Agartha captive l’attention comme par magie, comme si son contenu était hypnotisant. C’est après tout probablement le cas, un album normal ne peut pas se montrer aussi réussi sans cacher quelque chose…

Loué soit le passé, car il apporte une inspiration des plus louables aux artistes talentueux de notre temps. Avec sa cinquième sortie, le projet américain Hell Mask a accouché d’un album non seulement excellent, mais aussi très éminent et raffiné. Le raffinement n’est sans doute pas un critère de choix dans le dungeon synth, mais lorsque l’on se trouve face à de tels chefs d’oeuvre, on se dit finalement que de tels futilités n’ont pas lieu d’être. Hell Mask peut continuer sur cette voie que personne ne s’en plaindra, et qu’importe le manque de visibilité du projet, pourvu que l’on soit toujours au moins une poignée à profiter de son incroyable musique. Un travail et une atmosphère fantastiques.

About Maxime (302 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :