Actualités

Elkenwood – Elkenwood

Pays : Australie
Genre : Black Folk Metal Atmosphérique
Label : Indépendant
Date de sortie : 11 Août 2017

Bien que n’étant pas en reste en matière de black metal atmosphérique, l’Australie compte cependant peu de groupes de black folk/pagan dans sa scène. C’est pourtant entre ces deux genres qu’évolue le groupe Elkenwood. Ce groupe, créé en 2015, a attendu deux ans pour nous sortir ce premier EP éponyme de manière indépendante, et doit donc tâcher de nous convaincre.


La première piste, « Uncreation », commence donc avec une introduction très accrocheuse, où viennent se succéder lentement les guitares rythmiques et un lead mélodique. Lead qui va ensuite cohabiter avec un clavier, une guitare acoustique, et un violon, qui reviendront pendant l’EP. On a donc ici une introduction très lente, assez progressive, où les parties blast beat et vocale n’arrivent qu’au bout de cinq minutes de folk/black purement instrumental. »Winter Cometh » témoigne encore de ce goût pour les introductions lentes, atmosphériques et instrumentales, qui plairont sûrement aux fans du genre, mais qui pourront en décourager certains.

On célèbre donc ici l’hiver qui vient, à grand renforts de chœurs et de riffs très accrocheurs. Cette saison est ici sublimée à l’aide d’un hymne mélancolique, avec une mélodie assez répétitive qui reste vraiment en tête. Et ce côté répétitif  évoque vraiment un genre d’hibernation, renforcé par ce oh we dwell, in fortresses of steel répété de nombreuses fois par le vocaliste, que je me suis surpris plusieurs fois à fredonner. Blague à part, c’est assez amusant de voir tant de groupes australiens comme Woods of Desolation ou Austere s’obstiner à nous parler de saisons comme l’hiver ou l’automne. À quand un groupe de black atmosphérique australien qui nous évoquera le désert et la sécheresse ?

« Hemlock & Wolfsbane » est quand à elle la piste plus épique du projet, laissant plus de place aux blasts et aux chœurs. D’ailleurs ces derniers sont un des gros point forts de cet EP. Ils permettent en effet de donner un réel intérêt aux leads en mid tempo, qui sans eux, seraient assez vite lassants. Cependant, on fait ici face à un gros problème qui revient dans cet EP et qui est assez marquant dans ce titre. Les passages acoustiques ne sont pas comme ils pourraient être, chez d’autres groupes, à savoir de simples pauses qu’on pourrait trouver apaisantes entre des passages plus violents. Ici, ils apparaissent surtout comme des temps morts assez inutiles, et qui, à la longue, peuvent gâcher le plaisir d’écoute.

La dernière piste, « The Elk, the Wolf & the Cloaked Companion », se veut plus progressive et moins accessible que le reste de l’album. Elle constitue certes une prise de risque de la part du groupe, ce qui est tout à fait respectable, mais elle souffre encore plus de ce défaut de coupures récurrentes entre les différents passages. En dix minutes, on navigue entre du blast beat et un mid tempo qui laisse place à un lead assez éculé au fil de l’EP. Le tout en passant par des interludes se voulant plus ou moins mystiques, le chanteur récite un genre d’incantation sur un ton tragique, on utilise des instrumentale acoustiques ressassées encore et encore… Mais là ou le bât blesse, c’est qu’on a plus de mal à faire voyager son esprit que sur le reste du projet. Le temps paraît plus long, et on ressent plus la chanson comme une suite de sous-passages que comme une piste à part entière où les différents passages glisseraient et seraient cohérents entre eux.

Le groupe a fait le choix d’une production assez raw pour de l’atmosphérique, à l’opposé de ce que pourrait faire Wolves In The Throne Room par exemple, mais sans aller aussi loin dans la démarche qu’un Wędrujący Wiatr. Ce genre de production convient très bien à la musique d’Elkenwood, même si on peut regretter que le groupe n’ait pas un peu plus joué sur un effet d’écho ou de reverb sur la voix du chanteur, comme c’est le cas sur certains leads et sur les chœurs. Malgré ses petites imperfections et la dernière piste un peu en dessous du lot, on a quand même affaire ici à un projet très correct et qui va satisfaire sans problème les amateurs du genre. Elkenwood est un groupe qui n’a pas encore démontré tout son potentiel et on peut s’attendre à un projet suivant de très bonne qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :