Actualités

Omega – Eve

Pays : Italie
Genre : Ambient Black / Doom Metal
Label : Dusktone
Date de sortie : Octobre 2017

Le dark ambient est un domaine musical incroyablement vaste, si bien que ses déclinaisons sont multiples et que l’on peut très facilement l’associer à d’autres genres, en particulier dans le metal. C’est ce qu’ont fait les quatre italiens d’Omega, originaires de Rimini. En associant leur dark ambient à des touches black et doom (ou le contraire, c’est selon), les artistes ont accouché d’un album assez cohérent et dont l’atmosphère sait faire voyager l’auditeur. Eve sortira ce mois-ci via Dusktone, et nul doute qu’il saura contenter par son charme et son utilisation de l’ambiance.


Un premier aperçu à la musique d’Omega suffit à nous prouver que l’alchimie voulue par le groupe tient plutôt bien la route. Même si le black est beaucoup moins audible ou simplement présent que le doom ou l’ambient, le mélange est correctement effectué pour transmettre un certain nombre d’émotions à l’auditeur lors de l’écoute d’Eve. Le black metal est peut-être davantage représenté par un post-black vaguement émotionnel que par un black metal tranchant et cru à souhait, comme on peut l’entendre sur « Arboreis », ce qui est sans doute plus conforme à l’ambiance générale voulue par le groupe.

C’est en effet l’aspect doom metal qui ressort le plus des moments belliqueux d’Eve, notamment grâce à des riffs très lourds et un rythme qui s’emballe pour sortir l’auditeur de sa torpeur. Eve joue assurément avec la variété de sa musique, passant habilement des moments calmes et léthargiques à des moments plus agressifs marqués par une batterie bien cadencée et des chants en arrière-plan qui hurlent l’isolement et la noirceur. La chose est particulièrement audible sur « Sidera » et « Laudanum ». Omega n’a rien d’un groupe en marge de la norme, rien dans sa musique ne laisse supposer l’existence d’une expérimentation quelconque, mais sa recette marche malgré tout du tonnerre auprès de quiconque sait s’abandonner correctement à ce type de musique.

Le doom metal se marie particulièrement bien au dark ambient éthéré et vaporeux du groupe. Peu d’artifices sont néanmoins audibles, le groupe aurait sans doute gagné à étoffer davantage ses plages atmosphériques sans que cela ne surcharge l’ensemble pour autant. Le second point noir concerne évidemment la répétition. Avec quatre titres assez similaires dont la durée gravite autour du quart d’heure, la lassitude se fera ressentir si l’auditeur n’arrive pas à se faire bercer correctement par la musique de l’album. Omega a évidemment réussi son coup en composant son album, mais attention à ne pas tomber dans le désœuvrement.

Le rendu général est malgré tout très satisfaisant lorsqu’il s’agit de traiter d’Eve. Les quelques touches post-black et doom qui viennent clore « Laudanum » permettent une fin en beauté pour un album qui n’aura pas eu de mal à faire naître à la fois le voyage et l’acerbité. Pour un premier jet, les italiens d’Omega s’en sortent très bien. Attention toutefois à ne pas omettre une certaine variété d’ensemble pour ne pas endormir l’auditeur. Le dark ambient doit pouvoir détendre, mais peut-être pas à ce point.

About Maxime (321 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :