Actualités

Vouïvre – Au Gouffre

Pays : France
Genre : Black Metal
Label : La Mesnie Herlequin
Date de sortie : 26 Septembre 2017

Si vous vivez dans une grotte, Vouïvre, c’est le projet black metal français que beaucoup attendent avec appréhension depuis des mois. Et pour cause, on a du beau monde qui y participe : Sün (Malsaint), Ardraos (Sühnopfer), HGM (Elitism), Xaphan (Seigneur Voland), et bien sûr Famine (Peste Noire). Il faut bien dire que le teaser réalisé par La Mesnie Herlequin avait de quoi nous faire trépigner d’impatience. Mais comme toujours avec ce genre de projet, on obtient à la sortie des réactions démesurées. Des réactions d’émerveillement pour certains, et de déception totale pour d’autres. Sans se ranger dans un camp ou dans l’autre, nous allons ici essayer de faire la part des choses.

Vouivre 2

Me rapprochant plus de la catégorie des déçus sans l’être complètement, je suis assez mitigé à propos de cet EP, même si, au fur et à mesure, j’ai quand même réussi à en apprécier certains aspects. En fait, ce que je trouve vraiment décevant ici, c’est que l’on sent qu’il y avait énormément de bonne volonté et de bonnes idées dans la composition de cet album. Mais le rendu final est gâché par certains éléments de réalisation et des détails ont été laissés de côté voir bâclés. Le problème, c’est que tout ceci devient vraiment gênant au fils des écoutes. Je m’explique. Dans les deux premiers titres, les mélodies sont bien ficelées et entraînantes, et vous allez les apprécier si vous avez aimé les dernières sorties de Peste Noire. Mais elles sont difficiles à apprécier dans la durée, car au fil des écoutes, elles sont gâchées par ce rythme et ce son de batterie vraiment fade. On se demande d’ailleurs si c’est vraiment Ardraos qui a pu faire ça, lui qui faisait du si bon travail avec Peste Noire et encore plus dans Sühnopfer…

Autre exemple, les chants plus ou moins cleans, quasiment chantés, ou simplement parlés, sont certes bien placés, biens réalisé, et donnent de l’intérêt à certains passages. Mais à l’inverse les chants black ont l’air bien moins travaillés et moins bien produits que ce à quoi nous a habitué La Mesnie Herlequin. Et c’est aussi dommage qu’il n’y ait eu aucune participation vocale de Ardraos et de Xaphan sur les pistes black, quitte à utiliser plusieurs chanteurs, autant aller à fond dans la démarche. D’ailleurs, en parlant de production, c’est toute la production de l’EP qui a perdu en qualité si on la compare aux dernières sorties de La Mesnie Herlequin.

Mais rassurez vous, cet EP est quand même loin d’être médiocre. On ressent très bien ce que Vouïvre veut nous exprimer, à savoir la crasse urbaine, la misère sexuelle, la perdition humaine des grandes métropoles. Et tout ça ressort encore mieux en ayant les paroles sous les yeux. On peut d’ailleurs accorder à Sün que la promesse faite dans le teaser, à savoir celle de raconter via Vouïvre leur réalité quand ils faisaient de la merde en ville, a été tenue.

La première piste, « Au Gouffre » nous fais donc voyager dans notre belle capitale de Paris, non pas le Paris de la belle époque, mais le Paris que viennent visiter les touristes en croyant visiter la plus belle ville du monde. Ici, c’est la déchetterie humaine décrite par Sün qu’on nous dévoile. Avec son lot de décadence, de tristesse et de crasse. Et pour ça, on vient nous jouer ces fameux riffs catacombesques. Le problème ici, c’est que l’on a quelques riffs assez entraînants au début, mais le fait qu’on essaye de nous les rejouer et rejouer à toutes les sauces par la suite leur fait perdre de leur intérêt au fil des écoutes.

Cependant, il faut noter que cette redondance colle bien à cette volonté de décrire cet abysse que serait Paris la nuit tombée, où seuls l’alcool et les descentes de police viennent rompre la morosité ambiante. Heureusement, des éléments viennent donner un peu de profondeur à l’ensemble, je pense aux passages où Famine décide de chanter, ou aux soli de guitare façon Peste Noire. Bien que je les trouve bien moins inspirés que d’habitude.

« Paris Cadavre » utilise encore cette formule de redondance dans les mélodies, qui déjà commence à faire moins effet, même si il faut bien admettre que la mélodie principale reste en tête, surtout les parties où l’on chante Paris cadavre ! tu me tueras !, passage qui m’a d’ailleurs trotté dans la tête pendant plusieurs jours. Fait intéressant ici, les paroles nous évoquent dans la même chanson la mort et la luxure la plus débridée, la crasse de Paris et les habitudes de certains bourgeois qui y habitent. En ce qui concerne les deux dernières pistes, puisqu’il faut bien en parler, j’avoue que je n’ai pas bien compris quel était le but. Il faut certes, saluer la prise de risque et la volonté de faire dans l’expérimentation, mais j’ai aussi envie de dire qu’on aurait bien pu s’en passer.

Difficile en effet de trouver de l’intérêt à cet outro fait d’un genre d’ambient expérimental un peu plat. La troisième piste passe un peu mieux. Bien qu’elle aussi soit un peu ennuyante, elle possède une certaine ambiance mécanique et froide qui n’est pas complètement dénuée d’intérêt. Xaphan a composé la musique dans un genre de cold/dark wave qui ferait presque penser à du Saison Froide s’il n’y avait pas ce mélange avec de la techno pauvre et répétitive.

Au Gouffre est comme l’enfer (ou comme les catacombes pour le coup ?), il est pavé de bonnes intentions et partait sur des bonnes idées. Mais certains aspects de la composition et de la réalisation ont fait que ce projet est au final tout juste moyen. Certes, malgré leurs défauts, les deux premiers titres passent très bien lors des premières écoutes, mais la deuxième partie de l’EP étant assez inutile, on s’en lasse très vite. Comme je le disais plus haut, tout n’est pas à jeter, et Vouïvre arrive à nous évoquer le côté sombre de Paris et le fait bien, mais des groupes de punk comme Paris Violence le faisaient déjà il y a des années, et mieux.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :